Loi instituant les autorités intérimaires : Comment l’opposition sauva le Mali !

1

Le 31 Mars 2016 est une date à retenir désormais dans les annales de l’Assemblée Nationale du Mali. C’est ce jour-là qu’elle a voté  la loi instaurant les autorités intérimaires. Même si l’opposition parlementaire a quitté la salle avant le vote de cette loi, il n’en demeure pas moins que grâce à son combat en amont, elle a pu éviter le pire pour le Mali, car, si cette loi avait été votée  sous  sa mouture initiale, elle allait causer un tort incommensurable.

 

Vigilance patriotique de l’opposition                                                                          

En effet, la première mouture de la loi prévoyait de doter les autorités intérimaires des mêmes pouvoirs qu’une assemblée régulièrement élue: par exemple, la possibilité de souscrire à des emprunts, de recruter du personnel, et surtout de mettre en place une police territoriale. Mais, grâce à la vigilance de l’opposition parlementaire, la loi en question a été revue et corrigée pour éviter cette catastrophe.  Si les autorités intérimaires pouvaient mettre en place une police territoriale, il est facile d’imaginer à quel point ce corps serait submergé par les forces néfastes au Mali. Coup de chapeau donc à l’opposition, qui n’a même pas fait de publicité autour de cette clairvoyance. Quand l’on aime sa patrie, cela se voit. Maintenant que le vin est tiré et qu’il faille le boire,  essayons de voir dans quelle mesure il est toujours possible de sauver les meubles.  Cela n’est possible qu’au prix du patriotisme et de l’amour pour le Mali.                                                                                                                           Dans le cas de figure du choix des représentants des différentes entités par ces autorités intérimaires, il est dit que pour une délégation de 17 membres, le gouvernement malien choisit  5, la CMA 5, la plateforme 5 et la société civile 2. Donc normalement, dans la mesure où la plateforme est plutôt proche du gouvernement, et même taxée de pro-gouvernementale, le camp du Mali est majoritaire.

Il s’agira alors de profiter de cette majorité pour gérer au mieux les intérêts du Mali. C’est là où réside l’exigence de patriotisme, car le Mali et la plateforme doivent choisir des hommes et des femmes intègres, incorruptibles, qui ont le sens de l’Etat, de la dignité, qui sont conscients qu’ils ont l’avenir de ce qui reste de l’intégrité de notre territoire en partie entre leurs mains. Ces hommes et ces femmes choisis par le gouvernement et la plateforme doivent  refuser  toute offre alléchante pour se taire et monnayer leur dignité, notre souveraineté. Existe-t-il encore de telles personnes au Mali? Espérons-le.                                                                                                   En tout cas, l’opposition républicaine a prouvé qu’il existe encore des citoyens qui aiment le Mali.

Kalifa Gadiaga

Professeur d’Enseignement Secondaire

Columbus Ohio-USA

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Prof l'oppisition a fuit le débat pour apporter les corrections qu'il faut. Elle a menti et trompé peuple. Les débutés de la majorité ne sont pas des ignards qui ne peuvent faire la part des choses.Ne defendez pas l'indefendable et continuez à tromper la population

Comments are closed.