Maître Tidiani Guindo du parti Mali Danbé sur l’Intervention militaire étrangère au Mali : « Ouf l’honneur est presque sauf ! »

1

L’attaque des bandits armés et des djihadistes sur Konna et la riposte de l’armée malienne ont précipité la venue  de l’armée française en soutien. Depuis lors, les armées française et malienne sont ensemble sur tous les théâtres de front pour combattre les assaillants.

 J’avais dit qu’aucun patriote ne cautionnera l’arrivée des troupes étrangères sur notre territoire sans que notre armée nationale ne montre son impuissance devant l’ennemi après avoir reçu les armes nécessaires pour mener la guerre pour retrouver son honneur. A Konna,  l’armée s’est battue avec les armes du bord et a montré son impuissance face à l’avancée de nos ennemis mieux armés que nous. D’où se justifie l’intervention française. Malheureusement, certains souhaitaient qu’on ne parle même pas de l’armée malienne mais des troupes de la CEDEAO. Heureusement pour le Mali, si on avait attendu les troupes de la CEDEAO, Bamako serait occupée aujourd’hui par les djihadistes. C’est finalement la position défendue par les patriotes maliens qui est privilégiée par tout le monde, à savoir venir en soutien à notre armée et non se substituer à elle. Aujourd’hui quel soulagement  de voir que l’armée malienne existe et qu’elle est en première ligne avec les forces françaises au point qu’elle est constamment remerciée par les autorités françaises. C’est la preuve que cette armée qui se bat depuis 2006 au Nord du Mali dans de conditions extrêmes, sans moyens militaires adaptés, est à féliciter et à encourager. Elle a été trahie depuis l’avènement de la démocratie au Mali par les différents gouvernements qui n’ont fait aucun effort de réarmement et de renouvellement des matériels vieillissants et qui l’ont laissée dans un état déplorable révélé au grand jour par les événements de ces derniers mois. Déjà en 1995, le Ministre de la Défense de l’époque, feu Dr Boubacar Sada SY,  à qui je rends hommage, s’était ému de la situation catastrophique dans laquelle vivaient les militaires maliens et leurs familles. Aujourd’hui, les  responsables au pouvoir et leurs alliés politiques ont poussé leur haine contre leur propre armée jusqu’à cautionner le refus de certains pays de livrer du matériel de guerre à nos soldats traités de fuyards, comme s’il fallait affronter nos ennemis à main nue alors que nous ne disposons pas d’armes de guerre à la hauteur des enjeux. La faute à ces mêmes dirigeants qui ont passé 20 ans à détourner nos fonds publics pour s’enrichir. Aujourd’hui les mêmes, qui manipulent à travers les médias l’opinion publique malienne, appellent au soutien de notre armée, quel revirement spectaculaire! Leur erreur a été d’avoir essayé de punir toute l’armée malienne en voulant se venger des auteurs du Coup d’Etat du 22 mars.  Mais enfin, nous devons leur pardonner et  privilégier l’unité nationale,  l’essentiel est que tout le peuple malien soit aujourd’hui mobilisé pour soutenir notre armée nationale et remercier la France pour sa présence au soutien du Mali. Enfin l’armée malienne a recouvré, en partie, son honneur et a permis qu’on parle du Mali en tant qu’Etat, car on aurait disparu, de honte, si on parlait des troupes de la CEDEAO aux premières lignes à la place de l’armée malienne. Ouf l’honneur est sauf, presque.

 « Nous devons profiter de la présence de l’armée française pour jeter les bases de la future armée malienne… »

 Maintenant le Mali doit lancer rapidement une campagne de recrutement massif au sein de nos forces armées pour permettre au maximum de recrues de bénéficier de la formation de l’armée française. J’invite tous les jeunes maliens disponibles à s’engager massivement au sein de nos forces armées.  Nous devons profiter de la présence de l’armée française pour jeter les bases de la future armée malienne mieux formée, mieux équipée et plus républicaine.  Ne laissons pas d’autres soldats africains bénéficier mieux que nous de la présence et de l’expertise de l’armée française. Le Mali nouveau, plus démocratique, débarrassé de la corruption et de l’injustice, est en marche. Un Mali qui ne connaitra plus de Coup d’état car nos militaires seront mieux traités et mieux formés pour défendre la République et notre nouvelle démocratie.   Rien ne sera comme avant après cette guerre. Le peuple malien ne se laissera plus tromper par ces responsables politiques qui n’ont qu’un seul programme : s’enrichir par la corruption et le détournement massif des fonds publics. Certains de ces responsables, pressés d’aller à Koulouba, avaient publiquement évoqué la possibilité d’un Coup d’état le 14 février 2012 et dès qu’il est intervenu un mois plus tard, se sont regroupés dans un front dit anti-putschiste. Comment peut-on appeler quasiment au Coup d’état et être en même temps contre ce même Coup d’état ? La palme d’or de la supercherie et de la manipulation doit revenir à ces responsables politiques maliens, soi-disant anti putschistes, qui ont réussi à tromper même la communauté internationale. Ils sont, certes, contre le groupe qui a fait le Coup d’Etat du 22 mars 2012, mais étaient loin d’être contre  le principe même d’un Coup d’Etat qui leur permettait de prendre la tête de l’Etat malien sans passer par les urnes, tout en écartant le Président ATT avec qui, ils ont pourtant gouverné et partagé le pouvoir mais présenté comme le seul responsable de la tragédie malienne. 20 ans de tromperie, ça suffit !

Vive le Mali

Vive les armées malienne et française.

Maître Tidiani GUINDO 

Candidat et Président du parti Mali Dambe

Avocat à la Cour de Paris – (Pour Maliweb.net)

PARTAGER

1 commentaire

  1. Théâtre de front! quand les avocats mêmes parlent le français des enfants du premier cycle, on n’est pas parti.
    Ah ce monsieur à contre courant de l’histoire roule pour une junte finie? Comment peut-on insulter les anti-pustch au moment même où le temps leur donne raison?

Comments are closed.