Opinion : Futur Projet de Révision Constitutionnelle au Mali Comment faire participer tout le Peuple Malien quand les conditions de l’Article 118 seront rigoureusement respectées !

2

La Constitution de 1992 du Mali Démocratique étant le fruit d’un Consensus National, il est évident que sa Révision doit se faire avec la participation de tous les citoyens Maliens. Pour ce faire, une commission Ad Hoc de spécialistes Maliens de Droit Constitutionnel doit être constituée par l’Etat Malien pour étudier et rassembler les diverses propositions des Maliens.

La Loi Fondamentale qui va régir les Maliens doit être l’affaire de tous les Citoyens Maliens. L’Etat Malien doit demander aux Maliens de tout bord de faire leurs propositions dans le cadre de l’amélioration de la Constitution de 1992. Les réseaux sociaux peuvent être d’une grande utilité dans ce domaine.

J’ai des propositions pertinentes pour notre futur Projet de Révision Constitutionnelle dès que les conditions de l’Article 118 seront rigoureusement respectées au Mali. En d’autres termes quand la souveraineté du Mali sera effective sur toute l’Etendue du Territoire Malien.

-Vu le nombre trop élevé des Partis Politiques Maliens, je pense que la Création des PARTIS politiques doit se faire dans trois Blocs différents. Les Maliens ne vont pas refaire l’histoire humaine avec cette diversité de folie de Politiques pour des Maliens qui ont été formés dans le même « Moule Social » depuis des millénaires.

Le Bloc Libéral, ou Capitaliste représenté par un carton unique de couleur Bleue.

Le Bloc Socialiste ou Communiste représenté par un carton Rouge.

Le Bloc intermédiaire ou Communautaire représenté par un carton Noir.

Chaque Parti Politique fera le choix de l’un de ces trois Blocs en fonction de son Projet de société.

 

Plus de 120 Partis Politiques au Mali ne favorisent pas l’Unité

 

Sachant que le Créateur Suprême a mis la mesure en toute chose, un Multipartisme sans mesure est une pure bêtise humaine.

Avec ce système de trois cartons qui va réduire le cout, le Mali n’aura pas besoin de Bailleurs extérieurs pour organiser ses élections de souveraineté. Ce système facilitera le vote de tous les Maliens

-Pour mettre un terme aux cycles de Rébellions féodales au Nord Mali on doit écrire dans la future Constitution que tout Malien qui prendra des armes contre l’Etat Malien sera déchu de ses Droits Politiques durant quinze ans.

-Sous aucun prétexte international les principes de solidarité, de justice, d’égalité, d’équité et de vie du Couple (homme et femme) pour perdurer la création naturelle entre les cycles de création naturelle sur Terre ne feront l’objet d’aucune modification.

Au Mali, l’unanimité est faite sur ces principes inviolables de vie communautaire harmonieuse depuis des millénaires.

Que l’on soit athée, animiste, chrétien, musulman etc. ; tous les Maliens sont unanimes sur ces Principes de fondement humain. L’unanimité ne se fera jamais au grand jamais sur les détails sectaires religieux.

Pour une bonne gouvernance au Mali il faut que les dirigeants Maliens  actuels cessent d’être de véritables « Colons Blancs » ou de « Petits Roitelets Noirs qui ne respectent pas les Textes de l’Etat Malien.

Le Président Malien IBK et son gouvernement doivent savoir qu’ils sont payés pour servir tout le Peuple Malien et non se servir en ne respectant pas les Textes qui fondent l’Etat Malien.

Un Président Malien doit faire la déclaration publique de ses Biens. Quand il ne le fait pas, il viole les Textes de l’Etat Malien qui ont fait de lui un Président. Il n’y a qu’un Peuple Malien sur toute l’étendue du Territoire y compris la zone de Kidal.

Ne nous laissons pas diviser pour laisser le champ libre à ceux qui veulent s’accaparer des richesses minières du Nord Mali sans l’Etat souverain du Mali

A bon entendeur salut

Par Bâkoro

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Si les conditions de l’article 118 sont respectées, les maliens vont accepter et contribuer à l’élaboration du nouveau projet de constitution sans exception. L’indépendance entre le politique et le judiciaire sera à l’ordre du jour.

  2. S’agissant de la revision de la constitution du 25/02/1992, IBK n’est pas indique. Ses interets sont en jeu. Tant que la revision doit se faire par IBK , jamais le peuple souverain ne va l’accepter. Du moins s’il n’est pas candidat a sa propre succession.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here