Pour une vraie démocratie : Les élections doivent être supervisées par l’ONU

6 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Apres mure réflexion à propos de  ce qui se dit, de ce que j’entends par-ci par là, j’ai pris le risque de suggérer  l’idée d’une élection présidentielle malienne certifiée par les Nations Unies, a l’instar des élections passées en Côte d’Ivoire.  Je sais que l’orgueil malien va en souffrir un peu, et que des réactions du genre: « nous sommes suffisamment murs pour régler nos problèmes »,  ou « nous sommes descendants de dignes guerriers  et préférons garder notre dignité » vont encore défrayer la chronique.

Kalifa Gadiaga

Mais c’est du déjà entendu, et surtout récemment entendu, au moment ou le FDR (Front Uni pour la Démocratie dont je me réclame),  et tous les patriotes maliens convaincus, ont demandé l’appui de la communauté internationale, pour aider le Mali à faire face a l’invasion narco-jihadiste.  Je maintiens donc ma suggestion: Pourquoi pas les Nations Unies, pour certifier les prochaines élections présidentielles au Mali?  Cela ne met a mon avis ni notre dignité, ni notre honneur en cause.  Il s’agit d’être réaliste et d’organiser dans un contexte très spécial, des élections libres et crédibles.

Ce contexte, tout le monde le sait, c’est  l’invasion de notre pays par des étrangers jihadistes aides en cela par les apatrides du MNLA, l’exode massif de nos ressortissants vers les pays limitrophes,  la guerre qui nous a été imposée pour libérer notre territoire, guerre que nous n’aurions pas pu mener seul, sans l’apport de la France, de la CEDEAO, de l’Union Africaine  et de toute la communauté internationale.  Elle aura cette guerre, de lourdes conséquences sur le tissu économique, les infrastructures, et les documents administratifs de toutes les localités qui serviront de théâtre d’opération.

Ainsi, pour bien préparer les élections, les besoins seront immenses: nettoyage qualitatif du fichier électoral (le mot qualitatif vaut ici son pesant d’or), organisation du retour de nos compatriotes exilés chez nos voisins, retour de l’administration dans les zones antérieurement occupées, raffermissement de l’ordre constitutionnel encore fragile, sécurisation des élections et j’en oublie certainement. Tous ces besoins sont importants  sans aucun ordre de priorité, et seuls, nous ne pourrions pas y faire face. Nous aurons encore besoin de l’appui financier et  logistique de la communauté internationale. Mais le plus important à mon avis, sera de contrer les agendas déjà pré- établis par les uns et les autres, et qui risquent de fausser le jeu démocratique.

En effet, ce ne doit être un secret pour personne,  que la junte qui a fait le coup d’Etat doit avoir son agenda, raison pour laquelle les ministères clés lui sont revenus, en l’occurrence celui de l’administration territoriale. Elle pourrait si cela est nécessaire, créer aussi  un président de la Cour Constitutionnelle, à l’image de l’Ivoirien, Paul Yao Dré, par qui la catastrophe électorale est arrivée en Cote d’Ivoire. En plus de l’agenda de la junte,  là ou les COPAM(S) ont leur agenda, qui pourrait se confondre avec celui du leader de la SADI, les partis politiques ont leur agenda,  et un certain nombre d’indices depuis le coup d’Etat laisse à penser qu’on voudrait mettre en selle un homme qui naguère symbolisait la parole donnée. Et c’est bien dommage que pour une telle tentation, il accepta,  de l’aveu de certains militants démissionnaires de son parti, de s’acoquiner avec  la horde de ceux qui ont manifeste quand notre cher pays était en train de basculer dans le giron des narco-jihadistes. Si les résultats ne satisfont pas ceux qui pensent que ce pouvoir ne doit plus les échapper,  ils pourraient encore réveiller le démon du coup d’Etat qui somnole encore au sein de la troupe.  Et cela va être catastrophique. Nous devons éviter cela.

Si nous souhaitons tous un véritable nouveau départ, une vraie démocratie et non une démocratie de « façade » comme l’ont dit certains pour justifier et légitimer le coup d’Etat, (je ne suis pas de cet avis), nous devons demander a la communauté internationale de parachever un processus qu’elle a déjà entamé.  Pour cela, le président par intérim Dioncounda Traoré doit poser un acte complémentaire a celui déjà posé quand il a fait appel au Président Hollande,  il doit faire appel aux Nations Unies pour certifier les prochaines élections.

En faisant cela, il inscrira son nom en lettres d’or, si ce n’est déjà fait, dans les annales de l’histoire du Mali et de l’Afrique. Ni notre orgueil, ni notre dignité ne seront mis en cause, car avant cela, des experts maliens des élections, et des militaires maliens ont aussi rendu le même service aux Nations Unies, en  supervisant les élections ailleurs et en faisant partie des contingents  de casques bleus, pour le maintien de la paix.

Kalifa Gadiaga, Enseignant, Columbus    Ohio (USA)

 
SOURCE:  du   31 jan 2013.    

6 Réactions à Pour une vraie démocratie : Les élections doivent être supervisées par l’ONU

  1. sambpu

    Kalifa.L’ONU actuellement n’est que l’image d’elle même!L’ONU a fait gagner Charles TAYLOR en truquant les résultats au Libéria contre Hellen Jonson dans le but de mettre fin à la guerre civile!Devant les casques bleus de l’ONU, la RDC a été occupée par des rebelles!Au Rwanda voisin en 1994, tout le génocide s’est déroulé aux yeux de l’ONU…les exemples sont nombreux!Nous devons organiser nous mêmes nos élections avec la supervision des ONG étrangères: ni diaby min bora, an bè o ta ni allah yé.C’est ça la vérité! :wink:

  2. blanche neige

    si le Mali veut repartir d’un bon pied ,il faut eviter que les urnes arrivent déjà pleines dans les bureaux de vote :roll: :roll: :roll:

  3. Ajanga

    Pour une vraie démocratie, les élections doivent etre supervisées par l’ONU
    pour une vraie démocratie, l’économie doit être supervisée par la banque mondiale et le fmi
    pour une vraie démocratie, l’armée doit être supervisée par l’Europe
    pour une vraie démocratie, la santé doit être supervisée par les cubains et les chinois
    pour une vraie démocratie, l’ecole doit être supervisée par la france
    « neko, demokracini yanta ye wa, malou ? Ant’andabo ni kouma la walassa ambekan yere yè »

  4. Ignis

    je suis parfaitement d’accord avec toi car quelqu’un soit les résultats des élections Oumar Mariko and co n’accepteront jamais alors qu’ils savent pertinemment que même les résultats sont à choisir par terre, ils ne gagneront. de grace qu’ilsm épargnent de ridiculiser le pays, on en a de trop souffert. Qu’Allah le tout puissant fasse triompher la raison et l’apaisement des coeurs. Ce qui manque à Mariko c’est l’intelligence