Prix de reconnaissance au colonel Néma Sagara : Mise au point du président de l’APS-Mali

3

Depuis que nous avons décidé de reporter la remise d’un Prix de reconnaissance au colonel Néma Sagara pour sa participation à la guerre de libération du septentrion de notre pays, il ne passe pas un jour sans qu’un article de presse ne soit consacré à cette affaire avec des commentaires  parfois bidons. Le dernier en date est venu du journal « Le Reporter » qui a profité de la situation pour s’attaquer à l’honneur et à la dignité du président d’honneur de notre association, Monsieur Malamine Koné. Contrairement à ce que ce journal mal intentionné a écrit dans ses colonnes, Malamine Koné a toujours honoré le contrat qui le lie à la Fédération malienne de football. Aussi, il n’a jamais mené une quelconque action politique au Mali. Toutes ses actions au Mali portent sur le social depuis plus d’une décennie. L’on se souvient qu’il a été le parrain du Mois de la solidarité et de la Biennale artistique culturelle. Il a aussi primé plusieurs braves femmes maliennes, notamment feue Sira Diop, Mme Dembélé Jacqueline Goita dite Mme Urbain, Aicha Belco Maiga aujourd’hui député à l’assemblée nationale. Malamine Koné a créé l’Alliance pour la paix et la solidarité (APS-Mali) dans le but de continuer ses actions sociales et humanitaires au Mali. De 2013 à nos jours, cette association a mené plusieurs actions comme les Cantines du cœur pendant le mois du carême ; la donation des fournitures scolaires aux enfants des parents démunis à la rentrée des classes ; l’aide apportée aux centres d’accueil des orphelins et aux malades dans les hôpitaux ; la distribution des équipements et produits sanitaires dans les centres de santé. Toutes ces actions ont été saluées par les Maliennes et les Maliens soucieux du développement de leur pays.

Donc il faut savoir raison garder.

Madiba Kéita

Président de l’APS-Mali

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Des dires de Néma, elle-même, voici le contexte qui l’a amené au front

    Une interview de 2013 dans l’Indépendant

    C’est qu’après que vous avez commencé à faire des apparitions, où étiez-vous au début des opérations ?
    Effectivement, le début des opérations ne m’a pas trouvé au Mali. J’étais aux Etats-Unis mais j’étais en contact permanent avec le colonel-major Didier Dako. Dès le début des opérations, j’ai exprimé mon vœu au Colonel-Major d’être sur le terrain.
    A mon retour, j’avais normalement droit aux congés, mais en période de crise, ce n’est pas possible. On m’a accordé quelques jours pour faire mon rapport. Dans ma tête, je voulais partir au Nord et comme la signature de mon ordre de mission allait prendre du temps, j’ai demandé à ma hiérarchie de m’accorder une permission pour aller voir mes parents au pays dogon. En réalité, ce n’était pas la vraie raison d’autant plus que mes parents sont ici à Bamako.
    En fait, c’était pour aller au front. Et c’est comme cela, que j’ai eu quelques jours de congé, je ne me suis même pas rendue au village, j’ai directement pris la route de Gao. C’est avec mes congés que je suis allée au front et sur place je les ai épuisés en restant là-bas. Mais les conditions n’étaient pas normales faute d’un ordre de mission. Alors, l’administration s’est plainte et j’ai été obligée de retourner pour formaliser ma mission. Dès que j’ai obtenu mes papiers, je suis retournée.

  2. Malamine n’ecoutez pas les aigris….on se connait tous ici Mali qui est qui… on connait tous les grands patriotes qui ont aide et tout donne a ce pays par l’amour….Fredi Kanoute, Yeah Samake, Malamine Kone… et aussi les grandes ONGs europeenes digne de l’humanite qui oeuvrent nuit et jour pour le bien-etre de nos populations…. mais on connait aussi un a un ceux qui ont pille ce pays…

    Merci AIRNESS…fier de vous!

    • Merci frère pkagame pour ton commentaire,
      Un grand merci a toutes ces personnes et ONGs qui contribuent a l’émergence de notre Maliba.

Comments are closed.