Projet construire une paix durable au Mali: la contribution de la CONASCIPAL et de SIPRI

0
Projet construire une paix durable au Mali: la contribution de la CONASCIPAL et de SIPRI

La CONASCIPAL (Coalition nationale de la société civile pour la paix et la lutte contre la prolifération des armes légÚres), et le SIPRI (Institut international de recherche pour la paix de Stockholm) ont organisé, le samedi 11 mars, un Forum national pour présenter les résultats préliminaires de leur projet intitulé : « Construire une paix durable au Mali : contribution de la société civile aux politiques de sécurité des populations ». Un livre blanc de la société civile sur la paix, en janvier 2018 y est attendu.

Le Forum national de prĂ©sentation des rĂ©sultats prĂ©liminaires de ce projet portĂ© par SIPRI et CONASCIPAL a eu lieu au Grand hĂŽtel sous la prĂ©sidence du ministre de la SĂ©curitĂ© et de la protection civile, le GĂ©nĂ©ral Salif TRAORE. C’était en prĂ©sence de l’ambassadrice du Royaume de SuĂšde, Eva EMNEUS ; du prĂ©sident de la CONASCIPAL, Bamoussa TOURE ; de la directrice exĂ©cutive de la CONASCIPAL, le Dr Mariam Djibrilla MAIGA ; du reprĂ©sentant de SIPRI, le Dr Gregory CHAUZAL ; de l’ancien Premier ministre, Ousmane Issoufi MAIGA ; des reprĂ©sentantes de la PremiĂšre dame et du haut reprĂ©sentant du chef de l’Etat pour la mise en Ɠuvre de l’Accord pour la paix et la rĂ©conciliation.

Le forum national avait pour objectif de prĂ©senter les rĂ©sultats prĂ©liminaires de la recherche sur la sĂ©curitĂ© dans 35 communes au Mali et de les valider; de prĂ©senter une Ă©tude de cas menĂ©e en profondeur dans deux localitĂ©s au Mali, permettant une approche et une comprĂ©hension plus qualitative des dynamiques sĂ©curitaires et prĂ©senter les phases suivantes du projet et les possibilitĂ©s d’implication des dynamiques sĂ©curitaires.
Le prĂ©sident de la CONASCIPAL, Bamoussa TOURE, a informĂ© que dans le cadre de ce projet, 108 personnes ont exĂ©cutĂ© un travail de recherche en questionnant les populations de 36 communes sur leurs prĂ©occupations et leurs contributions dans la construction d’une paix durable dans notre pays.

Le reprĂ©sentant du SIPRI, Dr Gregory CHAUZAL, a indiquĂ© que ce projet, qui a une durĂ©e de trois ans, vise Ă  suivre dans la durĂ©e l’évolution de la situation sĂ©curitaire au Mali. Il a soulignĂ© que le projet est unique de par sa mĂ©thodologie et son ambition de rĂ©unir l’ensemble des expertises en touchant plus de 2 000 participants au niveau local.

Le représentant de SIPRI a fait savoir que la crise que traverse le Mali a des origines régionales, politiques et économiques. Selon lui, le projet a permis de constater comment les populations gÚrent la crise à leur niveau et comprendre leurs besoins spécifiques.

L’ambassadrice du Royaume de SuĂšde, Mme Eva EMNEUS, a ajoutĂ© que le fait de regrouper les acteurs de diffĂ©rents niveaux, les autoritĂ©s et les organisations qui Ɠuvrent pour la paix est un grand atout pour le prĂ©sent projet. Selon elle, l’approche du projet constitue Ă  rĂ©unir des rĂ©ponses multiples et diversifiĂ©es. Elle a notĂ© que la contribution de la sociĂ©tĂ© civile est une nĂ©cessitĂ© pour Ă©tablir un lien entre l’Etat et les populations. Aussi, l’ambassadrice de la SuĂšde a saluĂ© l’idĂ©e de mettre l’accent sur le rĂŽle des femmes et des jeunes qui sont au centre du projet.

Elle a enfin rassurĂ© que son pays s’engage Ă  aller au-delĂ  des mots pour contribuer concrĂštement Ă  la mise en Ɠuvre d’une paix durable au Mali.

Le ministre de la SĂ©curitĂ© et de la protection civile, le GĂ©nĂ©ral Salif TRAORE a dĂ©clarĂ© que son dĂ©partement a accueilli avec joie l’initiative du projet ‘’Construire une paix durable au Mali, contribution de la sociĂ©tĂ© civile aux politiques de sĂ©curitĂ© des populations’’. Il a tĂ©moignĂ© l’attachement du gouvernement Ă  tout ce que fait la sociĂ©tĂ© civile dans le sens de la promotion de la paix et du vivre ensemble.

Il a rassuré que le livre blanc qui sanctionnera les travaux de recherche de ce projet fera partie des référentiels du département de la Sécurité pour la recherche de la paix et de la sécurité.
Lors de la confĂ©rence de presse, qui a suivi la prĂ©sentation du projet, le chef du projet SIPRI a informĂ© que les rĂ©sultats des recherches ont mis en Ă©vidence que les prioritĂ©s, en matiĂšre de sĂ©curitĂ© diffĂšrent des personnes et d’une rĂ©gion Ă  une autre.

Selon lui, les rĂ©sultats fournis par les GSPS permettent de faire ressortir les diffĂ©rences de perceptions entre femmes et hommes, autoritĂ©s et populations et les diffĂ©rentes conceptions de la sĂ©curitĂ© par diffĂ©rentes couches de la population. En outre, les analyses permettent de suggĂ©rer le rĂŽle que la sociĂ©tĂ© civile joue, ou pourrait jouer, dans l’élaboration d’initiatives locales ou nationales, permettant de contribuer Ă  combler le vide sĂ©curitaire au Mali.

La directrice exécutive de la CONASCIPAL, le Dr Mariam Djibrilla MAIGA, a soutenu que les recherches effectuées ont permis de déceler les causes des conflits et les rÎles des communautés dans leur gestion. Pour elle, il est important de prendre en compte les préoccupations des populations dans les communes.

PAR MODIBO KONE

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here