Réaction du Pr. Cissé Idrissa Ahmadou à l’interview du directeur de l’Université Kankou Moussa

10

A

Monsieur Le Directeur de Publication du journal « Le Prétoire »

Monsieur,

Je viens par la présente vous proposer pour publication dans les colonnes de votre journal ma réaction de citoyen à l’interview exclusive du Directeur de l’Université KANKOU MOUSSA [UKM] publiée dans votre parution N° 503¬28 AVRIL 2016 à la page 09.

Je l’intitule:

« Le CYNISME méprisant du Directeur Général de l’Université KANKOU MOUSSA » !

Lisez ci-après :

Monsieur Le Directeur Général de I’UKM Nen la personne du Professeur Sinè BAYO déclarait à propos de l’UKL dont il est le Promoteur en 2013 dans le journal « LE FLAMBEAU » parution N° 148 du Mercredi 11 Décembre 2013 à la page 06:

« ….Troisièmement, nous existons depuis 5 ans et sommes tout à fait en règle. Sinon, pourquoi pensez-vous que les autorités nous laissent faire ?)           ».

Quand bien même la loi N° 201-013 du 24 Février 2012 exige pour un Etablissement Privé d’Enseignement Supérieur deux (02) Arrêtés :

–           un Arrêté portant création de l’établissement

–           un Arrêté portant ouverture de l’établissement.

A t-il oublié cette déclaration ou il estime les maliens amnésiques.

Hier il glosait fièrement que l’UKM est en règle et aujourd’hui il indexe les autorités de faire obstruction à son dossier de demande d’ouverture qu’il prétendrait avoir en 2013.

La logique est ainsi malmenée par le Directeur de I’UKM qui a une accréditation pour une structure sensée non ouverte car non autorisée. Mieux c’est le Mali qui est Etat membre du CAMES donc reconnu par lui et non l’UKM dont le MALI n’a pas encore autorisé l’ouverture.

Je suis persuadé que Monsieur le Directeur de l’UKM fait la différence entre: accréditation, habilitation d’une formation et la délivrance de Diplôme qui du reste ne relèvent pas des mêmes instances.

Le doute est permis à propos de la qualité de formation et de s’interroger sur son caractère excellent lorsque:

–           une partie des étudiants de l’UKM ont été exclus de la Faculté publique FMOS pour insuffisance en raison du numerus clausus non appliqué à l’UKM

–           l’essentiel des enseignants relèvent de la fonction publique d’état.

Les établissements privés devront disposer d’Enseignants Permanents et de Vacataires selon des proportions réglementairement définies. Il peut décliner les effectifs respectifs dont il dispose dans chaque catégorie d’Enseignants et préciser leur lieu d’exercice pour les vacataires (FMOS et/ou FAPH ?).

–           Devons-nous comprendre que l’Etat autorise à dessein une concurrence peu réglementée à son détriment au cas échéant cela ressemblerait bien à un « complice débauchage autorisé » de son personnel Enseignant nettement insuffisant du reste.

Les CHU sont un lieu de stage pratique des étudiants de I’UKM et cela ne saurait se faire sans signature d’une Convention Hospitalo-universitaire. A ma connaissance le CHU Point G où j’exerce n’en a pas officiellement signé avec l’UKM même si leurs étudiants y sont en nombre dans certains services.

Le caractère général, impersonnel et immanent de la Loi suffit pour rappeler qu’elle est valable pour tous.

L’Etat est garant de l’égalité des chances et des droits envers tous les  citoyens. Il serait incompréhensible que l’Etat puisse délivrer un diplôme  pour une formation qu’il n’a pas encore autorisé.

Les Maliennes et Maliens sont appelés à faire leur examen de conscience de citoyen face à la situation suivante qui se présentera à court terme:

–           Un étudiant exclu de la FMOS du seul fait du numerus clausus (travail insuffisant donc) parce que ses parents sont « nantis » va s’inscrire à l’Université KANKOU MOUSSA n’ayant pas de surcroit une autorisation d’ouverture de la Tutelle. Il se retrouve sept [07] ans plus tard à concourir pour intégrer la fonction publique d’état avec celui qui a franchi le numerus clausus et obtenu son diplôme à la Faculté Publique [FMOS] autorisée par l’Etat.

–           Il serait inadmissible voire révoltant pour tout individu épris d’équité et de justice que ce sortant de l’UKM devienne un fonctionnaire au détriment du médecin formé à la FMOS.

–           Le cynisme sera à son apogée lorsque cet ancien étudiant de l’UKM passera au concours de recrutement des assistants et maitres-assistants pour enseigner dans la faculté publique et encadrer éventuellement le médecin formé à la FMOS.

Le Directeur de l’UKM en la personne du Professeur Sinè BAYO reconnaissait dans sa réponse à Madame la Ministre de l’époque en date du 22 janvier 2010 avoir reçu une lettre lui demandant de fermer sa structure. La lettre en question demeure introuvable dans les archives du département en charge de l’enseignement supérieur pour l’instant.

Le Directeur Général de l’UKM, haut cadre de l’état retraité en maintenant sa structure ouverte en dépit de sa fermeture ordonnée, décide simplement de défier l’Etat.

Je réitère mon interpellation de 2013 à l’endroit du Directeur Général de l’UKM peut-il partager avec les citoyens et l’opinion publique les documents suivants étant attendu maintenant qu’il reconnait ne pas détenir un arrêté portant autorisation d’ouverture de son Université en l’occurrence l’UKM :

1-         l’accord tripartite: FMPOS-Vacataires-UKM affirmée dans sa lettre réponse du 22 Janvier 2010 ci-dessous publiée.

2-         les Conventions signées avec les CHU autorisant l’encadrement des étudiants de l’UKM dans ces structures publiques.

Au regard de cette cascade de défiance et de volonté les citoyens que nous sommes contrairement au Directeur Général de I’UKM nous userons de tous les recours légaux pour qu’un Ministre de la République ne délivre pas un arrêté autorisant l’ouverture de l’Université KANKOU MOUSSA en l’état.

Je reste ouvert à toute procédure que Monsieur le Professeur Sine BAYO et Directeur Général de l’UKM jugerait nécessaire pour définitivement clarifier  cette situation au nom du droit à l’information non tendancieuse de nos  concitoyens et notre devoir de vérité à leur endroit.

Je vous saurai gré Monsieur le Directeur de Publication de l’attention que vous accorderiez à cette lettre citoyenne pour publication.

 ** PJ:

  • une copie de la lettre réponse du Directeur Général de l’UKM en date du 22 Janvier 2010
  • une copie de la page 6 du journal « LE FLAMBEAU » N° 149 du 18 décembre 2013.
  • une copie de ma lettre conjointe en date du 30 Novembre 2012 aux deux (02) Ministres en charge de la Santé et de l’Enseignement Supérieur.
  • une copie de la lettre du Secrétaire Général du comité l’AEEM-FMPOS datant du 07 Janvier 2013.

Bamako le 13 Juin 2016

Pr. CISSE Idrissa Ahmadou                                    

Cité Administrative Villa N°4

CHU Point G. Bamako       

Maître de Conférence FMOS / USTTB

 

xxxxxxxxxx

UNIVERSITE KANKOU MOUSSA

Faculté des Sciences de la Santé

 

Le Directeur Général

 

A

 

Madame le Ministre de l’Enseignement Supérieur et

de la Recherche Scientifique

 

V/Réf. 0019/MESRS/CAB N/Réf.

 

Madame le Ministre,

Nous accusons bonne réception de votre courrier ci-dessus référencé et nous vous en remercions.

Nous sommes assez surpris par sa teneur, car comme vous le rappelez si bien nous vous avons effectivement saisi d’une demande d’autorisation à la date du 03 Septembre 2009, et depuis sommes restés en contact permanent avec vous-même, ainsi qu’avec vos services techniques pour réunir les conditions pour un exercice idéal.

En aucun moment nous n’avons reçu d’objection, ni de votre part ni de vos services. Bien au contraire, vous n’avez cessé de nous encourager.

C’est donc de bonne foi et à bon droit qu’en mi-décembre, soit plus de trois mois après le dépôt de notre demande, que nous avons ouvert.

En effet, en l’absence de toute décision négative de votre part dans le délai de trois mois, nous avons considéré l’autorisation acquise conformément à l’Article 11 du Décret N° 94/276/P-RM du 15 Août 1994 fixant les modalités d’application de la Loi portant statut de l’enseignement privé.

Cachet 1

Nous rappelons, qu’outre le fait d’avoir réuni les conditions exigées par ledit décret pour un bon exercice, nous nous sommes également pliés à vos différentes exigences, notamment celle relative à la signature d’un accord tripartite entre la FMPOS, les Enseignants vacataires et notre structure.

Nous avons même eu en outre des échanges avec l’AEEM, dans un souci d’apaisement entre acteurs de l’Ecole.

Enfin, nous portons à votre connaissance que votre lettre circulaire

N° 00748/MESRS-SG du 23 Novembre 2010 à laquelle vous faites allusion, ne nous est jamais parvenue.

Aussi, au vu de toutes ces précisions, voudrions nous pouvoir compter sur votre bonne compréhension pour revenir sur votre volonté exprimée de fermer notre structure, étant rappelé qu’une fermeture même temporaire aurait des conséquences dommageables et irrémédiables pour cette Université qui débute et sur le crédit de ses promoteurs.

Dans le cadre du dialogue déjà instauré, nous restons disponibles pour d’éventuelles rencontres.

Dans cette attente, nous vous prions de croire, Madame le Ministre en l’expression de notre profond respect.

Bamako, le 22 Janvier 2010

Le Directeur Général

SINE BAYO

 

Pr. CISSE Idrissa Ahmadou     

Praticien Hospitalier Universitaire Service de Rhumatologie

Tel: 20225002 Poste: 422 Fax 20229790

idicisse@hotmail.com

CHU Point G

Bamako

 

A l’Attention de

Messieurs Les Ministres de :

                     – la Santé

           – l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

s/c

Voie Hiérarchique

 

R/14/12

 

Objet: Stage tacite des Etudiants en Médecine de L’Université Kankou Moussa de Bamako et le Statut de leur Faculté à l’Hôpital du Point G sans aucune signature de Convention Hospitalo-Universitaire avec le CHU.

Messieurs,

Je viens par la présente auprès de votre haute bienveillance vous exposer une incongruité administrative pouvant incidemment être pénale au CHU du Point G où j’exerce et assure la fonction administrative de Chef du Service de Rhumatologie.

En l’occurrence ii s’agit des stages permis aux Etudiants en Médecine de l’Université Kankou Moussa de Bamako dont nous n’avons aucune référence administrative, juridique de cette structure même dans leur projet de convention soumis. Elle n’est liée au CHU du Point G par aucune Convention Hospitalo-universitaire quand bien même dans un premier temps son Directeur avait proposé à celui du CHU un «contrat» de stage pour ces étudiants. J’ai attiré personnellement l’attention du Bureau de la CME, du Directeur de l’Hôpital et du Syndicat que si le statut de la structure est conforme à son appellation c’est plutôt d’une Convention Hospitalo-Universitaire dort il sera question. Mieux si après vérification des différents actes du statut de l’Université Kankou Moussa et de sa Faculté de Médecine privée, en la matière ce sera une première au Mali donc d’impliquer qui de droit [Juristes et les deux Départements conjointement concernés] pour définir les modalités et le contenu de cette Convention première du genre avec une Université privée.

J’ai rappelé ces faits aux réunions du 24 Mai 2012 et du 01 Novembre 2012 de la CME et demander une correspondance spécifique portant sur la question. La requête a demeuré sans suite et j’ai informé la plénière du 01  Novembre 2012  que je saisirai par voie hiérarchique les Tutelles concernées  Le Directeur Général de l’Université Kankou Moussa [Recteur séant mieux probablement l] a proposé une esquisse de convention comportant une affirmation inexacte : «Le Centre Hospitalier Universitaire du Point G, représenté par le Directeur General agissant en vertu des pouvoirs en lui conférés après autorisation de la Commission Médicale d’Etablissement» à moins que c’est une autorisation du Bureau de la CME au cas échéant cela n’engage nullement l’ensemble de la CME qui n’a jamais délibéré à propos. Je rappelle que cette Université en particulier la Faculté de Médecine s’y trouvant est vivement contestée par le Comité AEEM [ci jointe copie de leur lettre] pour absence d’autorisation d’ouverture signé par le Ministre de l’Enseignement Supérieur [Arrêté portant ouverture non retrouvé].

Cette condition relève des : Articles 11,12 et 13 du Chapitre II de la  Loi N° 2012-013 du 24 Février 2012.

Messieurs les Ministres, je suis Enseignant et Secrétaire Principal de la Faculté de Médecine et Odontostomatologie [FMOS] d’où mon statut de : Bi-appartenant.

Je rappelle que l’actuel Directeur Général de cette Université a été un des acteurs déterminants dans l’instauration du Numerus Clausus à la Faculté de Médecine de l’Etat au motif entre autres de : l’inadéquation entre effectif  pléthorique des Etudiants et l’insuffisance des Enseignants et des capacités  des structures de formation CHU en l’occurrence. Je pose la question: ces conditions dénoncées ont-elles été améliorées depuis ??

L’inscription est fixée à deux million francs CFA donc indirectement cela équivaut au prix du Numerus clausus comme l’a fait remarquer le Comité AEEM à juste titre et trahissant au moins en partie les Articles 9 et 10 du  Chapitre I DE LA Loi 2012-013 du Février 2012 relative aux Etablissements Privés d’Enseignement en République du Mali.

Admettre ces étudiants sans en savoir sur le statut de leur structure de formation et venant sollicité le même personnel d’encadrement déjà insuffisant, peu disponible du Public [Enseignants de l’Enseignement supérieur de l’Etat] et pour des infrastructures autant tout cela sans cadre formelle pose d’énormes problèmes Messieurs les Ministres.

Accepter voire tolérer ces Apprenants sans statut qui peuvent poser des actes certes sous la responsabilité du personnel hospitalier expose chacun de nous administrativement et juridiquement.

Ainsi votre arbitrage s’impose pour des Hôpitaux assurant soins et formation à qui sont reprochées assez de choses par les Usagers à tord ou à raison I Il est impérieux Messieurs les Ministres: de la Santé et celui de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique que chacun de nous exerçant sous vos autorités respectives doit de le faire dans le cadre réglementaire consacré et l’exiger aussi de tout Usager de l’Administration. Gouverner c’est prévoir et cette situation sans anticipation peut nous amener à des drames évitables, cela demeure le seul objectif de cette lettre conjointe et non une quelconque délation.

Dans l’attente d’une suite appropriée, veuillez croire Messieurs les

Ministres: de la Santé; de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en l’assurance de mes salutations distinguées et de mon: total dévouement pour° un service public plus performant.

Bamako le 30 Novembre 2012

 

Pr. CISSE IAH

Le Chef du service

 

PJ :

– Copie Loi N° 2012 -013 du 24 Février 2012 …………………………….1

– Copie projet de Convention UKM……………………………………………1

– Copie lettre du Comité AEEM………………………………………………..1

 

Ampliations

– Directeur Général CHU……………………………………………..1

– Recteur de l’USTTB…………………………………………………..1

– Doyen FMOS…………………………………………………………….1

– Doyen FAPH………………………………………………………………1

– Vérificateur General…………………………………………………..1

– CME – CHU Point G……………………………………………………..1

– Secrétariat Principal            FMOS………………………………….1

– Comité Syndical      SYNESUP- FMPOS………………………..1

– Comité Syndical      SNSAS……………………………………………1

– Service de Rhumatologie…………………………………………..1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

 

Objet : Objection

Monsieur,

Nous avons l’honneur de vous informer de notre objection à propos des activités de la Faculté des sciences de la santé de l’Université Kankou Moussa (UKM:), dont nous n’avons aucune référence administrative, et Monsieur le Professeur Sinè BAYO en est le promoteur.

Malgré la protestation de notre comité AEEM depuis 2009, la Faculté de Médecine privée de l’UKM continue à dispenser les cours. Nous souhaiterons savoir si cette faculté est autorisée à ces fins par votre département.

Nous avons connaissance d’une lettre, N° 0634 du 29 janvier 2010 copie jointe, dans laquelle le promoteur semble répondre à une injonction de fermeture de l’établissement par le Ministre.

S’il s’avère que la faculté de médecine privée est agrée par l’état, nous exigeons qu’elle soit assujettie au numérus clausus, au cas contraire nous refuserons systématiquement l’application du numerus clausus dans notre faculté, car le seul paiement des frais d’inscription exorbitants pour le Malien moyen ne peut dispenser du passage d’un examen de sélection à moins que cela n’équivaille à son prix ! Rappelons que le numerus clausus a été motivé il y a quelques années par l’insuffisance des enseignants et des structures d’encadrement (CHU et Hôpitaux, laboratoires, etc.) et à notre connaissance, ces deux conditions n’ont toujours pas été améliorées. Pourtant l’UKM n’a pas d’enseignants autres que ceux exerçant à la FMPOS.

Sans appréhension aucune à l’égard de l’élargissement des horizons de formation dans l’Enseignement supérieur qu’apporte le secteur privé, nous dénonçons ici une concurrence déloyale à l’encontre du secteur public dont nous relevons, qui ne contribuera qu’à le ruiner.

A cet effet Monsieur le Ministre, nous en appelons à votre sens élevé de l’état à assurer votre mission de garantir les mêmes chances de réussite à tous les enfants du pays sans aucune distinction.

Il nous est donné de constater que les étudiants de ladite faculté effectuent actuellement les stages dans nos structures d’encadrement (CHU et Hôpitaux, laboratoires, etc.) sans convention avec ces dernières qui définissent normalement les modalités d’accès et d’encadrement de leurs étudiants. Ainsi, nous avons en partage les mêmes Enseignants pour la même mission d’encadrement, mais les motivations sont distinctes. A l’égard de cette injustice, nous demandons l’arrêt immédiat de ces stages afin d’éviter tout désagrément ou conflit.

Monsieur le Ministre,

Nous, étudiants, estimons notre avenir menacé ainsi nous vous interpellons à ce propos. Notre souci, c’est aussi que cette incongruité peut avoir des conséquences pour l’exercice du métier d’agent de santé à l’avenir. Un métier, qui n’autorise pas les erreurs. D’où la nécessité de prendre des dispositions diligentes pour une organisation sérieuse de l’enseignement de la médecine afin de préserver la réputation de la profession de médecin et garantir la qualité des prestations sanitaires dans notre pays.

Le comité AEEM de la FMPOS, déterminé à défendre les intérêts des étudiants de la FMPOS, a aussi le devoir d’anticiper sur tout ce qui est susceptible d’entraver au bon déroulement une année universitaire sereine et apaisée.

Dans l’attente d’une suite logique et objective, veuillez accepter, Monsieur le Ministre, l’expression .de notre très haute considération et profond respect.

Bamako le 07 janvier 2013

COMITE A.E.EM

Le Secrétaire Général

Almanty Ismaila KOÏTA

 

Ampliations

– Présidence de la République ……………………………………………..1

– Primature ……………………………………………………………………….1

– Assemblée Nationale ………………………………………………………..1

– Ministère de la Santé ………………………………………………………..1

– Ministère de la justice ………………………………………………………1

– Médiateur de République …………………………………………………1

– Rectorat USTTB………………………………………………………………1

– Décanats FMOS/FAPH………………….………………………………..1

– CHU ………………………………………………………………………………1

– AMDH …………………………..………………………………………………1

– FENAPEEM ………………….………………………………………………..1

– SYNESup ………………………………………………………………………1

– Commissariat 8ème arrondissement ………………………………..1

– Coordination Nationale/AEEM ………………………………………1

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. En tout cas moi je pense qu'il faut bien clarifier les choses avec ses anciens professeurs qui grâce à l'ETAT sont aujourd'hui sont ce qu'ils sont.

  2. Une autre injustice que personne ne veut signaler, c’st d’organiser un recrutement en ne faisant appel qu’au seul fonctionnaire de l’état. Sommes nous tous maliens ou pas? si oui, pourquoi demander d être fonctionnaire pour les poste d’assistant et maitre assistant?
    Si Pr CISSE se bat contre un système, qu’il denonce cela aussi

  3. A ce que j sache ces discours n ont pas d sens pour celui qui veule un développement et le progrès de la santé car c est en collaborant avk les chercheurs et professions qu on progresse , les arguments non ideatoire avec une logorrhée triviale n le définie pas en tant que intellectuel de mon cher p , si cè en faisant ces critiques qu il sera accueillit à l Ukm , il se trompe car on a besoin des professeur avec grand P et les honoraires et non les petits p , l histoire est longue vous qui m écoutez j connais monsieur x plus que tant d autre , posez lui la question pourquoi ces collègues qu il fréquente continu à dispenser chez nous , quel est le rôle de la CEDEAO ? Les directeurs des CHU dorment ils quand nous faisons nos stages ? Quels articles doivent définir notre présence aux CHU ? Nos collègues ont fait tout le service sauf son service pense t il qui est meilleur ou nul ? Où sont les autres privées de santé, dispense t il des cours là bas ou il a reçu une partie j met dans ma poche monsieur le journaliste , j vais attirer votre attention toutes les personnes de l Ukm viennent de Fmpos donc c est pas la guerre cè juste avoir une meilleure formation de qualité à l égard de nos clients , toutes personnes qu ils veulent le progrès de la nation comprendront l objet de ma réaction , dans la vie tout le monde n a pas la mm chance , et dans la vie il y a des hauts et des bas , ce comporté ainsi est défini coe égoïsme .vive !! l Ukm ,vive!!! l union pour l avancement de la santé

    • Mon frère même si ce st les Pr de la Sorbone qui donne cours dans cette université fantôme; ce que dis le Pr Cissé est une triste vérité. Si tu ignores on te le diras et tes soient disant Pr avec P le savent et le directeur de kankoufantômes le sais c’est un Mr qui n’a jamais été 2ème (tjrs 1er) ni jamais allé en sessionet et meme anapath. Donc petit mr peses tes mots et fermes la au lieu d’insulter la qualité.

      • S’il te plait Zou va en stage au près deq élèves du Pr Cissé. Tu auras apris au delà de la science à reconnaître qui est égoïste qui connais qui est grand et qui est petit.

    • A chacune de tes phrases. Nous sentons que tu est très mécontent. Comme disent les ivoiriens on dirai que on a mis du sable dans ton《Atieké dè》. Tu nous prouves a suffisance que tu ignores le Pr Cissé. Il ne combat pas une personne mais un mauvais système. Vous êtes dans l’inégalité que vous mm avez reconnu c’est tt ce que on vous rappelle. UKMFANTOME pas de l’argent payé en Diamants vous n’aurez pas le Pr Cissé. p mr demande à ton directeur s’il m’a pas fait des demarche auprès du Pr Cissé. Il te dira s’il est honnête.

  4. La vérité est aussi que le clausus numerus ne se fait pas au mérite. C’est au plus offrant (billet de CFA) ou au mieux protégé. Système de quota pour les professeurs et la haute administration au niveau de la santé

    • Dans un etat serieux et responsable UKM doit fermer purement et simplement.
      Si l’etat ne prend pas ses responsabilités L AEM prendra la sienne sous peu.
      Merci Prof CISSE du rappel de son dossier qui n a que trop duré.Les promoteurs de cette université sont les artisans du numerus clausus à la Fac qui a jette dans la rue des milliers de Maliens

      • Bonsoir les amis!
        Aidons notre ECOLE PUBLIQUE contre les GIEs des écoles privées boutiques!

        Dr BA

Comments are closed.