La situation est pleinement sous contrĂ´le en Turquie

0
La situation est pleinement sous contrĂ´le en Turquie

Le Premier ministre Binali Yildirim a déclaré que la situation était sous le contrôle des autorités turques. Dans la nuit de vendredi à samedi, une junte militaire a tenté un coup de force.

EntourĂ© du chef d’Ă©tat-major Hulusi Akar, du ministre de l’IntĂ©rieur Efkan Ala, du ministre de la DĂ©fense Fikri Isik et du ministre de la Justice Bekir Bozdag, le chef du gouvernement Binali Yildirim a dĂ©clarĂ© que les autoritĂ©s avaient repris le contrĂ´le de la situation en Turquie après la tentative de coup d’Etat.

Les violences dĂ©clenchĂ©es vendredi soir ont fait 161 morts et 1440 blessĂ©s. 2839 arrestations ont eu lieu dans les rangs de l’armĂ©e.

InterrogĂ© sur le rĂ©tablissement de la peine de mort, Yildirim a indiquĂ© que cette peine avait Ă©tĂ© supprimĂ©e de l’ordre juridique turc.

Il a accusĂ© l’imam Fethullah GĂĽlen d’ĂŞtre derrière la tentative de putsch. Celui-ci est devenu, depuis la rĂ©vĂ©lation des affaires de corruption en 2013, la bĂŞte noire du rĂ©gime qui estime que ses sympathisants veulent renverser le prĂ©sident Tayyip Erdogan. GĂĽlen a dĂ©menti ces accusations, dĂ©clarant qu’il avait Ă©tĂ© victime de tous les coups d’Etat depuis 50 ans et qu’il dĂ©fendait depuis des dĂ©cennies les valeurs de dĂ©mocratie et de droits de l’Homme.

Yildirim a mis en garde les Etats-Unis oĂą vit GĂĽlen en exil depuis 1999. “Le pays qui se trouve derrière celui-ci n’est pas un pays ami, c’est un pays en guerre avec la Turquie”.

Le président de la République Tayyip Erdogan se trouve actuellement à Istanbul. Le palais présidentiel a appelé les Turcs à rester dans la rue afin de protéger la démocratie.

La Grèce arrĂŞte les militaires d’un hĂ©licoptère de l’armĂ©e turque

Le ministère grec de l’IntĂ©rieur a annoncĂ© avoir arrĂŞtĂ© samedi huit hommes Ă  bord d’un hĂ©licoptère de l’armĂ©e turque qui a atterri en milieu de journĂ©e Ă  Alexandroupolis, une ville du nord de la Grèce.

Les huit hommes auraient demandĂ© l’asile en Grèce.

Peu après cette annonce, le ministère turc des Affaires étrangères a demandé à Athènes de les remettre aux autorités turques.

Selon la chaĂ®ne de la tĂ©lĂ©vision piblique grecque ERT, les hommes arrĂŞtĂ©s ont pris part Ă  la tentative de coup d’Etat qui a Ă©branlĂ© le pouvoir turc dans la nuit de vendredi Ă  samedi.

De son cĂ´tĂ©, le parquet d’Ankara a lancĂ© des investigations contre l’ancien commandant de l’aviation, Akin Ă–ztĂĽrk, et le gĂ©nĂ©ral Metin Iyidil, commandant en charge de la doctrine au sein de l’armĂ©e de terre.

De nombreux généraux ont été placés en garde à vue.

De nombreux pays expriment leur soutien Ă  Ankara

De nombreux pays occidentaux, parmi lesquels les Etats-Unis et la France, mais aussi des pays considĂ©rĂ©s comme des rivaux d’Ankara ont condamnĂ© la tentative de coup d’Etat qui a Ă©branlĂ© le pouvoir turc dans la nuit de vendredi Ă  samedi.

Le prĂ©sident amĂ©ricain Barack Obama et le secrĂ©taire d’Etat John Kerry considèrent “que toutes les parties en Turquie doivent soutenir le gouvernement dĂ©mocratiquement Ă©lu, faire preuve de retenue, Ă©viter la violence et les effusions de sang”, dit la Maison blanche dans un communiquĂ©.

Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003, est souvent taxĂ© d’autoritarisme en Turquie et sa politique Ă©trangère lui a valu de nombreuses crises diplomatiques, notamment avec IsraĂ«l, l’Iran, la Russie et l’Union europĂ©enne.

Ankara reste toutefois un alliĂ© essentiel des Etats-Unis, qui utilisent la base turque d’Incirlik dans le cadre de la lutte contre les djihadistes de l’Etat islamique (EI) et la cite souvent en exemple dans le monde musulman, malgrĂ© des atteintes Ă  la libertĂ© d’expression.

Washington a toutefois reprochĂ© ces dernières annĂ©es Ă  la Turquie de ne pas faire le nĂ©cessaire pour combattre l’EI en Syrie. Erdogan s’est quant Ă  lui indignĂ© du soutien des Etats-Unis aux rebelles kurdes syriens proches des sĂ©paratistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Hillary Clinton, candidate dĂ©mocrate Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle du 8 novembre, a elle aussi exprimĂ© son soutien au gouvernement turc et a dit suivre les Ă©vĂ©nements “avec une grande inquiĂ©tude”.

Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’Otan, Jens Stoltenberg, a pour sa part dĂ©crit la Turquie comme “un alliĂ© estimĂ© au sein de l’Otan”.

Ayraulty salue “le courage” des Turcs

Le ministre français des Affaires Ă©trangères, Jean-Marc Ayrault, a Ă©galement condamnĂ© le coup de force en Turquie et saluĂ© la “grande maturitĂ©” et le “courage” de la population turque qui s’est engagĂ©e “pour le respect de ses institutions”.

La France espère en outre “que la dĂ©mocratie turque sortira renforcĂ©e de cette Ă©preuve et que les libertĂ©s fondamentales seront pleinement respectĂ©es”, a Ă©galement affirmĂ© le chef de la diplomatie française dans une dĂ©claration Ă©crite.

Son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, s’est dit “profondĂ©ment prĂ©occupĂ© par les rĂ©cents dĂ©veloppements en Turquie”.

Donald Tusk, prĂ©sident du Conseil europĂ©en, et Federica Mogherini, porte-parole de la diplomatie europĂ©enne, qui se trouvent en Mongolie pour un sommet du dialogue Europe-Asie, ont rĂ©clamĂ© le respect de l’ordre constitutionnel.

“La Turquie est un partenaire clĂ© pour l’Union europĂ©enne. L’UE soutient pleinement le gouvernement Ă©lu, les institutions du pays et l’Ă©tat de droit”, a dĂ©clarĂ© Donald Tusk.

“La stabilitĂ©, la dĂ©mocratie et la sĂ©curitĂ© sont des prioritĂ©s pour le peuple turc”, a dit quant Ă  lui Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne, sur Twitter.

La Chine a souhaitĂ© le rĂ©tablissement de l’ordre et de la stabilitĂ© au plus vite, par la voix de son ministère des Affaires Ă©trangères.

L’Arabie saoudite a elle aussi saluĂ© l’Ă©chec du coup de force. Citant un responsable du ministère des Affaires Ă©trangères, l’agence de presse SPA a indiquĂ© que le “royaume se rĂ©jouissait du retour Ă  la normale sous la direction (…) du prĂ©sident Tayyip Erdogan et de son gouvernement Ă©lu, conformĂ©ment Ă  la lĂ©gitimitĂ© constitutionelle et aux voeux du peuple turc”.

Rival de la Turquie au Moyen-Orient, l’Iran a Ă©galement exprimĂ© son soutien au gouvernement turc par la voix de son ministre des Affaires Ă©trangères, Mohammad Javad Zarif.

Moscou et Tokyo ont Ă©galement exprimĂ© leur inquiĂ©tude par les voix de Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, et du Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a dit “espĂ©rer que la situation se normalisera rapidement et que la paix et l’ordre seront restaurĂ©s”.

Boris Johnson, nouveau chef de la diplomatie britannique, s’est lui aussi dit “très inquiet” pour la Turquie, oĂą des milliers de Britanniques et d’autres EuropĂ©ens passent leurs vacances.

En Syrie, des centaines de partisans de Bachar al Assad, dont Erdogan est l’un des plus virulents dĂ©tracteurs, sont descendus dans les rues pour cĂ©lĂ©brer la tentative de coup d’Etat et des tirs de joie ont retenti Ă  Damas.

ZAMAN FRANCE

PARTAGER