Souleymane Koné, ancien Ambassadeur du Mali en Mauritanie : « L’espoir d’un Mali uni et réconcilié, démocratique et prospère s’éloigne chaque jour un peu plus »

16
Souleymane Koné
Souleymane Koné

C’est peu dire qu’en moins de deux ans de pouvoir de IBK, le Mali est partagé entre la douleur de l’effondrement continue de sa nation et l’angoisse d’une guerre civile. L’espoir d’un Mali uni et réconcilié, démocratique et prospère que nos concitoyens avaient placé dans la gouvernance promise par le Président s’éloigne chaque jour un peu plus; jamais le Mali n’a été autant divisé dans son histoire récente.

La classe politique est totalement compartimentée et classée en patriotes, apatrides ou aigris, selon que l’on soutienne ou non la majorité présidentielle. La motion de censure présentée par l’opposition a été le signe révélateur d’un tel comportement chez les tenants du pouvoir chez lesquels une vision réductrice de la nation tient lieu de discours de réconciliation. La violence verbale s’est installée dans le style de la gouvernance en cours. La jeunesse qui, au lendemain des élections présidentielles de 2013, pouvait presque toucher des mains l’espoir d’un Mali uni, démocratique et prospère, n’a plus que ses yeux pour pleurer. Toutes les nominations de jeunes ont un lien avec l’appartenance à la famille ou au clan du Président. L’octroi des marchés publics suit les mêmes sillons sociaux.

La lutte contre la corruption promise dans la campagne est, par moments, devenue une stratégie d’intimidation des adversaires politiques avant d’être remisée dans les tiroirs. La fonction d’opération cosmétique de celle-ci vis-à-vis de l’extérieur ayant disparu, faute de crédibilité auprès de nos partenaires après les scandales de l’avion présidentiel et des équipements militaires. Jamais la gouvernance financière du Mali n’a été aussi opaque. L’utilisation abusive de l’article 8 du code des marchés publics témoignait de la volonté d’enrichissement personnel de certains acteurs-clé du régime. Le regard de l’extérieur sur un pays conditionne les investissements et les possibilités de soutien de toutes sortes. Le Mali sous IBK n’offre comme image à nos partenaires que les scandales financiers et les ordures domestiques. Ce qui impacte lourdement les capacités de mobilisation de fonds pour le pays. Le résultat de cette façon de gérer conduit à une grave menace sur l’ensemble national.

 

Sécurité collective hypothéquée

Le sentiment d’abandon chez une partie des populations va en grandissant, le Président Ibrahim Boubacar Kéita a quitté Bamako le 20 janvier 2015, date symbole pour notre armée s’il en fut, pour une marche de soutien à la liberté d’expression en France, dit-on. Le 26 Janvier, on tire sur un Officier Général en plein Bamako; le 27 janvier, la ville de Gao s’enflamme au cours d’une marche de protestation: le président, imperturbable continue son séjour à l’extérieur. Celui qui a publiquement dit qu’il n’a pas peur d’affronter le peuple malien  confirme son optique de ne jamais rendre compte.

Ce qui est caractéristique de la présidence actuelle, c’est  aussi son incapacité à la compassion avec les Maliens quand ils sont victimes de la nature ou des groupes armés et terroristes. Par exemple, à peine élu, il y eut des inondations à Bamako. Devant ce sinistre, le président a préféré faire le tour des chefs d’Etat qui ont financé sa campagne que de rendre visite aux sinistrés. Des voix s’étaient élevées à l’époque pour attirer son attention: ce fut peine perdue. Il y eut les noyades de Mopti avec plus de 80 victimes, les incendies des marchés de Bamako. Le mouvement informel “Je suis Nampala” lui reproche les mêmes faits: depuis les attaques de Nampala, Djoura et Tenenkou, Douékéré, Goundam etc., le président n’a pas pu compatir à la douleur et à la détresse de ses compatriotes. Qu’est ce qui explique ce  manque de compassion d’un président devant la détresse de son peuple ? Nul ne le sait, mais le constat est que de toute l’histoire politique du Mali indépendant, aucun président n’a été aussi distant, en si peu de temps, de son peuple. Faut-il le rappeler, plus que les triomphes personnels ou collectifs, ce sont les deuils qui ont ressoudé cette nation ! Il nous souvient l’événement tragique de la mort, le 23 septembre 2006, des jeunes du “Mouvement citoyen”, lorsque tous réunis au stade Mamadou Konaté, des membres du RPM et nous même, nous tenant par les mains, avions toutes les difficultés du monde à cacher les larmes qui coulaient sur nos joues. Il en fut de même pour la mort accidentelle, le 30 septembre 2006, des lycéens de retour de vacances de Gao. Dans ces deux cas, l’Etat avait su mettre l’émotion du peuple au bénéfice de l’unité nationale. L’organisation d’un deuil national pour des circonstances comme Nampala ou Gao nous aurait permis de faire partager la douleur des victimes à l’ensemble du pays; en même temps qu’elle nous aurait permis de tirer des épreuves un renforcement de l’unité nationale qui se délite de jour en jour depuis la crise institutionnelle et sécuritaire. Si le président IBK a pu aller aider la France à le faire chez elle, qu’est ce qui l’empêche de le faire chez lui, au Mali ? Mystère !

Aujourd’hui, les mauvais calculs nous mènent à la dérive. Ils ont permis de renforcer la rébellion touareg et créer les conditions favorables à une partition de fait du pays. La visite inopportune de Moussa Mara à Kidal n’a semé que désolation. Il en est résulté une absence totale de l’Etat à Kidal et le reflux de l’Administration malienne dans toutes les régions du nord. Le Mali a perdu tous ses acquis administratifs, politiques et militaires dans les régions du Nord à la veille de négociations que tout le monde prévoyait cruciales pour notre avenir commun. Aucun hommage national n’a été rendu aux victimes. Pire, cette visite a condamné notre armée à l’errance ou au cantonnement sur son propre territoire. La sécurité du Mali est sous-traitée à des échelons divers dont le plus visible semble être celui  tenu par des groupes armés d’autodéfense. Enfin, les ressources de l’armée ont servi à enrichir des cercles mafieux sans qu’aucune sanction crédible ne soit en vue. Pendant ce temps, le Président et son gouvernement ont de  l’aversion pour tout débat national en vue de renforcer la cohésion nationale avant que d’aller négocier  avec les groupes qu’ils ont contribué à consolider par leurs maladresses. Pourtant, un débat national aurait  eu la vertu de donner aux négociateurs du gouvernement plus de poids, de légitimité et même de certitude d’avoir un consensus national minimal, pour certains points qui font l’objet des discussions. C’est un gouvernement affaibli, acculé à l’intérieur comme à l’extérieur, qui quitte Bamako pour les négociations qui engagent l’unité de la nation. Devant ce tableau angoissant, plutôt que de poser les véritables jalons d’une réconciliation nationale, le président Ibrahim Boubacar Kéita s’enferme dans une quête effrénée de revanche sur ses adversaires politiques. Le pouvoir s’épuise  dans des arguments périphériques où aucune question de fond n’est abordée. Plutôt que de répondre aux arguments politiques avancés par les partis de l’opposition, le pouvoir a toujours préféré s’engluer dans les invectives, les attaques personnelles et les menaces. Notre pays est dans la  déprime pendant que le pouvoir tourne  à vide.

 

 

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. On sait qui vous êtes dans le grin de Quinzambougou , la famille de qui tout le monde connait Sankingba ,Fousseini Coulibaly , Jeremy Dako, Shikassy Hama vous devez faire plutot profil bas attention on sait qui est qui au Mali surtout toi Sankingba à bon entendeur salut!

    • :mrgreen: 😆 :mrgreen: 😆 😆 Au secours de ce monsieur qui est vraiment en detresse!!!!!!!! :mrgreen: 😆

      • Curieux que cela peut paraitre, je te rassure que je n’ai même pas vu physiquement l’honorable Karim Keita dont vous faites allusion peut être, ou peut être Isac (le Président de l’Assemblée Nationale). J’ai connu ce dernier en même temps que son collegue commissaire Youssouf Traoré dans les années 1981 à l’aéroport international de Senou. ATT était jeune Capitaine aux ordres du capitaine Baba Maiga dit Lennine. Et si je devais compter sur la grâce de ce monsieur ou même de IBK ou de Aminata Maiga, je cesserai d’écrire sur le reseau Maliweb. Retiens que je suis et je demeure républicain. Uniquement au service de la République pour sa Gloire et sa Dignité. Tranquilise toi bien. Je connais 85% des cadres de la République qui ont servi de 1968 à ce jour. Je suis un republicain terrible car je connais toutes les régions de mon pays comme la paume de ma main et presque tous les services d’Etat. N’en doute point. Lorsque Solo faisait la cour à des conseillers de ATT, je n’étais pas loin car je préfère être dans le pénombre comme le conseille Adam Ba KONARE dans son livre (l’Os de la parole). Je deteste les avantages acquis par népotisme. Quand on meurt pour la république, on n’est jamais un cadavre interdit. Mais Solo, de toi à moi, peux-tu me justifier les dépenses des recettes de chancellerie de l’Ambassage du Mali à Nouachott sous votre gestion? En reférence au BCS, peux-tu me justifier le salaire des élements fictifs de l’ambassade? Regarde toi un peu dans le retroviseur et tu verras que je n’invente rien. VIVE LA REPUBLIQUE.

  2. Je reviens dans ce débat Sankingba ,Fousseini Coulibaly , Jeremy Dako, Shikassy Hama vous faites honte on dirait que vous êtes payés pour ça. vous vous attaquez à quelqu’un que vous ne connaissez pas du tout. Solo comme vous l’appelez a toujours été un brillant étudiant. Il a bénéficié de la bourse pour l’université de Dakar comme tous les étudiant brillant de son temps. Ce que je sais il a longtemps ans aux Affaires étrangères avant d’être nommé c’est le couronnement de sa carrière. Ouane est devenu ministre quand Koné etait deja Conseller technique quel est votre probleme. Tous ceux qui ont étudié à Dakar savent que Kone est venu trouver Ouane en 1ere et a fini sa maitrise quand ce dernier était encore en troisième année.pourquoi vous allez les opposer inutilement aujourd’hui?
    il y a des mechants comme vous sans idées qui racontent votre vie sur les autres. Votre IBK a passé toute sa vie à faire le manoeuvre en france le gardien de nuit et il dirige le Mali il n’a même pas de diplome. Vous ne voulez pas parler de corruption on le fera si c’est pas Koné quelqu’un d’autre le fera. Il s’agit du Mali.

  3. C’est le comble quand un voleur se permet de parler du devenir de notre pays , Mais ce qui est sûr notre Mali sera réconcilié et uni aussi !!! .Et quant à vous , vous allez répondre de vos actes à la justice malienne inchala …

  4. AU Nom de dieu IBK est généreux sinon actuellement solomani doit etre en prison
    mais ne t inquiété pas l Etat ne se presse pas bientôt tu répondra pour le retournement de l argent de HCR qui devrait être donner au réfugies dans les camps en Mauritanie
    Le président Mauritaniens na pas voulu te recevoir
    vous etez venu a Bamako sans voir le président c est ma première fois de voire sa
    solomany si tu n est pas propre arrêté de faire des bruits ,comme c est les tonneaux vide qui font des bruits

  5. Chers SHIKHASSY et SANKINGBA
    Vous connaissez l’homme….. Solo doit se taire au risque d’être poursuivi. Il a été imposé par son mentor ATT à Son Ministre du temps Moctar Ouane avec lequel, ils ont étudié ensemble à Dakar. Ouane était très bon étudiant et lui Solo non. Il connaît lui-même la suite (Commentest il venu au Mali….Crrière…..???)

    VIVE le MALIBA ou RIEN. 😆

  6. Les attaques de personne ne nous avancent à rien. Le malien à l’esprit trop obtus. Pensez une fois de votre vie à l’intérêt général. Les Maliens pensent qu’ils sont seuls au monde, malgré les NTIC ils ne voient rien de ce qui se passe dans le monde, on donnera bien raison à sarkozy que l’Afrique est en marge de l’histoire, il aurait dû désigner le Mali

  7. ” Plutôt que de répondre aux arguments politiques avancés par les partis de l’opposition, le pouvoir a toujours préféré s’engluer dans les invectives, les attaques personnelles et les menaces. Notre pays est dans la déprime pendant que le pouvoir tourne à vide”.

    Sankingba ,Fousseini Coulibaly , Jeremy Dako, Shikassy Hama :que faites vous de la liberte d’expression Mr KONE ne vous a pas nommement pris , il parle du Mali qui appartient à nous tous .Lui a un merite , il dit ce qu’il pense etre bien pour tous . Arretons d’etre des petites personnes qui ne pensent qu’à insulter pour ce faire valoir .Qui (hommes politiques) dans ce pays n’a pas travaillé sous /pour ATT pendant ses dix dernieres années ?

  8. “Celui qui sait qu’il a son pantalon troué doit cesser de monter sur un arbre”. Toutes les vérités peuvent être dites mais à condition qu’elles sont dites par la personne qui ne se reproche pas les mêmes fautes qu’elle critique. Mais que dis-je ? Solo ne sais pas qu’on lui reproche la même chose puisqu’il est passé dans l’autre camps. Si le Mali se retrouve dans cette situation, c’est bien parce que le régime dont il était l’un des mentors n’a pas su voir les choses arriver. C’est parce que par leur favoritisme, leur népotisme et leur interventionnisme dans le recrutement de nos vaillants soldats, ils ont mis notre armée en péril. Par le favoritisme et sous le couvert du même 08 du code des marchés, ils ont vendu le pays. Ouf que dirais -je ? Solo ne peut parler de favoritisme puisque lui – même ramassé dans les rues de Dakar comme un vulgaire clochard, on n’est venu l’imposer avec un rang de Conseiller Technique aux Affaires étrangères, pour ensuite le propulser comme Ambassadeur en Mauritanie. Comment peut -il répondre aux interpellations de nos compatriotes, puisqu’il n’a même pas eu le temps d’avoir la formation requise d’un débutant en diplomatie. Mon cher Solo, un adage de chez de la très culture malienne dit que “lorsqu’on la servante chargée de remplir la genre ne fait son boulot, le mieux pour elle c’est de se taire”

  9. L’heure est grave. Faisons la distinction entre la graine et l’ivraie. Les propos de l’auteur de ce article nous alertent autant qu’ils nous interpellent fusse t-il lui même à un moment donné responsable. Faisons attention le péril est dans la demeure. Ne nous enfermons pas aux éclairages lorsqu’ils sont constructifs. L’opposition et la majorité n’existent que lorsque le Mali est. sachons raisons gardées de ne pas perdre de vue la situation gravissime dans la quelle notre pays se trouve. Le peuple du Mali périt faute de lumières.

  10. ta position est connu Mr l’ex ambassadeur,tu viens juste d’être relevé,donc tu es mécontent.
    Tous les ressortissants maliens se plaignaient de toi en Mauritanie, tu n’es pas du tout un bosseur et tu veux encore dire quoi dans ce pays?

  11. Ils beaux ces gens qui critiquent l’Ambassadeur Kone. Messieurs vous lui donnez raison, il vous donne des idées et vous vous attaquez à sa personne en apportant rien du tout. Arrêtez ça un peu !Sankingba il est plus facile à quelqu’un qui veut se faire nommer de se taire que de critiquer dans notre pays tu n’as pas perdu la tête?

  12. Comme le dit les sages le ridicule ne tue pas.Toi Souleymane tu ose parler de la bonne gouvernance au Mali? de toi a moi tu as quel niveau d étude?en Mauritanie tout le monde te connait ,et on sais comment tu as été nommé ambassadeur par ton parrain le faut président A TT; petit immigré au Sénégal.Quel es ton matricule de la fonction publique?Espèce de menteur,coureur de jupon!Tu parle comme ça par ce que tu a été renvoyé de l ambassade humilier,par ce que tu ne connais rien espèce de tarer.Toi qui ne savais meme pas le rôle d un ambassadeur,toi qui poursuivais les mauresques,les Sénégalaises,les halpaulare et toute sorte de femme en Mauritanie comme un bouc. A cause de toi les maliens ont perdu leur crédibilité vis a vis des autorités Mauritanienne de par ta carence,ton ignorance.Tu parle du patriotisme tu connais le patriotisme,tu a dis aux maliens ici que tu n étais là pour les maliens tu là dis,et tu ose parler du patriotisme a qui?espèce d apatride.Tu te prends pour une autorité dont tu ne mesure pas le millième tu n es qu un faut type qui n a que sa bouche qui l appartienne, qui a engloutis frauduleusement le denier de l Etat malien

  13. Mon cher Solo, stratégie de denonciation pour se faire voir ou deversion de rancoeur suite à ton rappel? L’article 8 dont tu fais allusion est une partie du DECRET N°08-485 / P-RM DU 11 AOUT 2008 ARTICLE 8 signé du Président ATT. Il est ainsi stipulé : Des exclusions
    Le présent décret ne s’applique pas aux marchés de
    travaux, de fournitures et de services, lorsqu’ils concernent
    des besoins de défense et de sécurité nationales
    exige ant le secret ou pour lesquels la protection des
    intérêts essentiels de l’Eta t est incomp a tible avec des
    mesures de publicité.
    Alors son Excellence voudrait que cet article soit gommé du Code des Marchés?
    Quand on égorgé des centaines de soldats à Aguel Hoc, avez vous pleuré son Excellence? ou a t-on vu monsieur ATT essuyer ses larmes en publics en signe de tristesse? Pourquoi tant d’agitation pour se faire nommer dans une ambassade? Non, c’est pas de cette manière. En général, ceux qui ont fait le SNJ sont respectueux des Institutions et de la République mais vous vous faites une exception et pour cause on versé votre sauce depuis votre rappel de Nouatchoctt. Celui qui a saigné la gestion de l’ambassade se veut donneur de leçon. VIVE LA REPUBLIQUE.

Comments are closed.