Transition au Mali : Quand Sanogo viole tout !

74 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Front nouveau citoyen (FNC) condamne avec fermeté l’arrestation et la  « démission aidée », le mardi 11 dernier, du Premier ministre M. Cheick Modibo Diarra. Cette « démission justifiée » est une resquille du capitaine Amadou Haya Sanogo, signataire agissant unilatéralement en violation de l’Accord-cadre du 6 avril 2012, auquel il doit pourtant la légitimité dont il jouit et abuse. La Constitution du 25 février 1992 (en vigueur) est également foulée au pied. Telle est la lecture faite des circonstances de la démission de l’ex-PM.

Ni le capitaine Sanogo ni le Premier ministre qu’il a déposé, ne sont des représentants élus de la souveraineté nationale car, depuis le 6 avril 2012, le Mali est régi par la Constitution (avec ses institutions) consolidée extraordinairement par l’Accord cadre (avec ses exceptions).
Selon l’article 26 de la Constitution,  » La souveraineté nationale appartient au peuple tout entier qui l’exerce par ses représentants ou par voie de référendum. Aucune fraction du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.  »
Alors, de qui se moque-t-on dans ce Mali occupé dans le Nord par des étrangers et dans le Sud par des indigènes ?
Pour toute réponse, les gesticulateurs et vociférateurs habituels se terrent dans un mutisme circonstanciel intéressé, espérant, dans le tréfonds de leur âme, être associés au prochain banquet transitoire.
Les vautours de la République ne condamnent ni n’approuvent clairement l’événement, guettant le sens du vent et prêtant l’oreille. Ils attendent pour manifester leur grande complicité amorale, enrobée dans l’indignité des actes égocentrés au détriment de tout sentiment patriotique et de toute compassion pour les victimes sous occupation.
Mais,  » quand les réserves de beurre alimentaire seront toutes épuisées, les plats seront nécessairement assaisonnés avec la lotion de corps !  » (Proverbe bambara)
Que ceux et celles de la société civile et des partis politiques, ceux et celles des « forces vives » de la nation, ayant donné implicitement leur caution à ce coup de force contre l’institution « le Premier ministre », sachent et retiennent que, à ce rythme-là, leur tour pourra être le suivant dans cette « foire aux chats » maliano-malienne.
La question ne saurait se borner au fait d’aimer ou de détester la personne du Chef du gouvernement, d’apprécier ou non la personnalité de Cheick Modibo Diarra.
Que ce dernier ait tenté d’être rigoureux jusqu’à en devenir rigide, qu’il se soit méfié des « forces vives » nombrilistes et sans éclat au point de s’enliser dans un aveuglement inexcusable, ces prétextes restent courts et trompeurs !
L’article 38 de la Constitution dispose : « Le Président de la République nomme le Premier Ministre. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement (…) »
Ce n’est pas ce qui s’est passé à Bamako le mardi 11 décembre 2012 !
Aussi, au nom de la postérité et de tous nos martyrs, le Mali conscient et démocratique attend les explications dignes et crédibles de ceux qui ont « démis pour arrogance et suffisance » le Chef du gouvernement, en continuant de se cacher derrière leur petit doigt, sans jamais apporter la moindre preuve de leur compétence ou de leur préoccupation vis-à-vis de la situation de notre pays.
Nous attendons nos Forces de défense et de sécurité dans les rues de Bamako, de reconquérir toutes nos villes et de nos villages, pour les sécuriser.
Mieux, nous les attendions davantage et aujourd’hui les exigeons aussi et surtout dans les dunes du Sahara, dans les montagnes de l’Adrar, dans les vallées et plaines inondables du nord de notre patrie, pour porter, ne serait-ce, que la contradiction aux envahisseurs que nous rêvons chaque jour hors de nos terres !
Dans les circonstances exceptionnelles que traverse notre pays, le FNC demande au capitaine Amadou Haya Sanogo, à ses compagnons d’armes et de faits, à tous les soldats, hommes de rangs et officiers, d’œuvrer plutôt à : la réconciliation effective de l’Armée nationale avec le peuple qui l’a sécrétée ; la libération définitive du nord de notre pays du joug des criminels et extrémistes religieux ; la sécurisation des personnes, des biens et des terres pour un prompt retour des déplacés et exilés du fait de l’occupation ; la restitution du pouvoir intégral aux « forces vives. »
Le FNC

SOURCE:  du   4 jan 2013.    

74 Réactions à Transition au Mali : Quand Sanogo viole tout !

  1. Aboubakar Siddik Libore Tonkobangou

    Salam a tous les fils et filles du Mali. J’ai suivi avec interet la situation au Mali voisin.En tant que nigerien, je ne me vois distinguer en rien d’un malien.Au Mali comme au Niger,je me sentirais certainement au pays.L’histoire,la geographie,la culture,la religion,que sais je encore… nous unissent intimement.Je peux vous assurer de mes Prieres et soutien sans condition pour que la paix revienne dans ce beau pays. Que Allah le Tout-Puissant aide le Mali a renouer encore avec la voie de la paix et la prosperite.Amin

  2. dramane coulisakoiba

    Laissez en paix CMD digne fils de ce pays.En mars vous verrez car votre sera brutale inch Allah.

    • Emoo

      Honte a CMD…. Bon debarras… Il nous a trahi et a lamentablement echoue… Il fait partie desormais des archives nationales…

      On le croyait garcon comme disait Kaya Sanogo, mais il s’est revele pire que Bouki l’hyene…

  3. veridique

    Nous en faisons des dieux puis nous nous étonnons qu’ils se comportent comme tels.

    • Sans s'presser

      Veridique
      … »Nous en faisons des dieux puis nous nous étonnons qu’ils se comportent comme tels. »

      Frappé au coin du bon sens, ta remarque, mon frère! Et tu remarqueras un phénomène toujours vérifié: L’étendue de dégâts mégalomaniaques sont inversement proportionnels à l’eétendue de l’intellect de « l’encensé »;
      Certes, on a tous vu des gens très sensés choper la grosse tête après un certain succès, mais quand il s’agit de gens un peu bas-de-plafond, là, la mégalomanie devient aussi immédiate et difficile à endiguer que la vérole au sein d’une compagnie de gendarmes! :-D :-D :-D :-D

      Le « bagage » intellectuel sanogo étant comparable à un petit sac à main de dame, tout au plus, les applaudissements nourris de nos illétrès n’ont pas manqué de nous le propulser au zénith, l’abruti! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  4. adama kone

    vous ne comprenez pas c’est militaire ils ne sont pas venir pour libérer le mali mais s’en remplir les poches donc n’atendont rien d’eux comptont sur nous méme aller courage a tout les patriote

    • Adama konate

      Le petit menteur de kati capitaine ignorant amadou haya sanogo a réculé le mali plus de 10ans irecuperable.les militaires pertubent tout bien du mali.auncun role

  5. toure aameed ben hamat

    capitaine sanogo monte au front afin, de liberer le mali que par ta fuite pour le camp de kati. je crois aussi que tu as bien grossis avec l’argent voler aux pauvres commercants. vas vite liberer ton pays aulieu de passert ta journee a trop parler et manger la pate d’arrachide sous lombre du manguier a kati. tu finiras avec une balle dans la tete comme le capitaine dadis camara, tu mourras cette annee 2013. il faudras payer ton cerceuil d’avance. tant que le mali resteras sous occupation touaregs de par ta faute.

  6. Sanogo n'a jamais fait un seul bien au Mali si ce n'est la démission du goinfre CMD qui était devenu le problème n°1 du Mali

    Le mutin Sanogo n’a eu qu’un seul mérite après avoir livré le pays aux ennemis du Mali, c’était de contraindre à la démission le fléau Chèque Maudit Diarra. Jugez CMD à sa gestion pendant ce temps éphémère, son incompétence, sa soif de pouvoir, son népotisme inégalable malgré la crise et son contexte, son arrogance. Il n’a lutté que pour ses intérêts et ceux de son clan. Un badaud de la rue aurait mieux géré que CMD. Qu’il aille en enfer avec ses suppôts.

    On ne doit pas en vouloir à Sanogo pour avoir chassé ATT que le démon Alpha Oumar Konard a fait élire en brisant l’ADEMA, la démocratie et tous les hommes valables et dont il est responsable de la gestion catastrophique.
    Mais on doit l’en vouloir pour avoir livré le Mali au MNLA et ses alliés en faisant un putsch à un moment mal choisi.

    Djoncounda, le chat que les souris ont tué, doit œuvrer sans délai à la réalisation des objectifs principaux assignées déviés par CMD. Sinon, il sera chassé sans compassion par l’idiot de Kati.

    • Emoo

      Oui nous attendons DT au tournant car il ne fait rien, à moins qu’il ne nous sorte ces fadaises du terroir….. on ne peut distinguer la sueur sous la pluie.Je crainds qu’il ne soit en fait rien que sous la pluie….

      Dioncounda sois un homme, un leader, un courageux , un touramakan, un vrai, sinon rappelles toi, la chanson de Hahawa Doumbia sur le pouvoir et les opportunités…

      Tu ne t’en prendras qu’a toi meme et pleurer d’un seul oei, une experience extraordinaire..

      Je sais que chat echaudé craind l’eau froide, mais si tu ne peux dire la verité en tout lieu et en tout temps, si tu ne peux defendre le pays de tes ancetres avec courage, si tu ne peux défendre le faible contre le fort ou consideré comme tel, alors donne ton sabre et ton pantalon aux femmes qui t’indiqueront le chemin de l’honneur, car de l’honneur notre pays en a vraiment et tellement besoin…. Penses y avant qu ‘il ne soit trop tard, car il n’y aura pas une seconde escalade de l’enceinte de notre palais, le general

      • Sans s'presser

        … »nous attendons DT au tournant car il ne fait rien, à moins qu’il ne nous sorte ces fadaises du terroir….. »

        Je déplore comme toi l’inaction et l’inefficacité du gouvernement de transition! Mais à la décharge de DT, il faut quand même se dire qu’il a déjà failli perdre la vie, (et beaucoup à sa place auraient rendu le tablier), et que depuis son retour, il doit exercer son mandat sous la menace permanente des bidasses omniprésents!

        Moi je trouve au finish qu’il a réellement fait preuve d’engagement et de sens de la mission; Mais comment exercer des fonctions avec une épée de Damocles suspendue au dessus de sa tête? Et jusqu’ici, il devait naviguer non seulement sous la menace des bidasses mais en plus, sous la menace du traître cmd! Ca ne laisse pas une grosse marge de manoueuvre; Je pense qu’il fait CE QU’IL PEUT, même si c’est … très peu!
        Tu ne crois pas?

    • Sans s'presser

      … »Le mutin Sanogo n’a eu qu’un seul mérite après avoir livré le pays aux ennemis du Mali, c’était de contraindre à la démission le fléau Chèque Maudit Diarra » Pas complètement d’accord avec toi mon frère: Certes, je me réjouis autant que toi que ce gros manipulateur prétentieux ait été mis sur la touche, mais ce n’était pas à un petit bidasse de le faire! Tu ne crois pas?

      … »Djoncounda, le chat que les souris ont tué, »
      Là, chapeau bas! Moi qui adore lire de belles formules, le chat que les souris ont tué, c’est du grand Art!!! Respect mon frère! :wink: :wink: :wink:

  7. Attention Yayyy, plus de propos racistes sur ce site sinon vous allez vous retrouver au tribunal en cas de plainte, Maliweb t'a bien répéré.

    C’est la nième fois que vous tenez des propos racistes: « moi j me retrouve colonise par les salles arabes qui ignorent la valeur de humanité »

    Vous connaissez les arabes à Paris, ils pourront s’en prendre à vous et si jamais quelqu’un porte plainte, Maliweb donnera vos références.
    Attention !