Tribune : Pourquoi s’intĂ©resser au Mali ?

4
Erik Solheim, président du Comité d'aide au développement de l'OCDE et ancien ministre de NorvÚge
Erik Solheim, prĂ©sident du ComitĂ© d’aide au dĂ©veloppement de l’OCDE et ancien ministre de NorvĂšge

Cette semaine, l’OCDE accueille une confĂ©rence coorganisĂ©e avec le gouvernement malien, pour aider le pays Ă  faire face aux enjeux politiques et trouver des solutions en matiĂšre de dĂ©veloppement. La situation de fragilitĂ© perdurera et se propagera aux pays voisins si la sĂ©curitĂ© au Mali n’est pas renforcĂ©e.

 

Pourquoi s’intĂ©resser au Mali ?

 

Nombreux sont les pays qui sortent d’un conflit. Pourquoi alors s’intĂ©resser au Mali ? Il y a Ă  peine six mois que le Mali, avec le concours de l’AlgĂ©rie et d’autres partenaires internationaux, a signĂ© un accord de paix. Mais, nous le savons, ce type d’accord ne garantit jamais une stabilitĂ© sur le long terme.

Le Mali a longtemps Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© comme un exemple pour d’autres pays africains, pour sa dĂ©mocratie, son dĂ©veloppement et son avenir prometteur. Moi-mĂȘme, en tant que ministre du DĂ©veloppement de la NorvĂšge, j’ai souvent considĂ©rĂ© le Mali comme un modĂšle de rĂ©ussite. Lorsque je me suis rendu pour la premiĂšre fois Ă  Tombouctou, j’ai Ă©tĂ© surpris par la beautĂ© de sa culture, par la dĂ©termination de sa population et par l’histoire que nous raconte cette ville. C’est ici qu’a vĂ©cu, au XIVe siĂšcle, l’homme rĂ©putĂ© le plus riche de tous les temps. Mansa Musa, ayant amassĂ© une immense fortune grĂące Ă  la production d’or, se rendit en Égypte pour y montrer sa munificence. Le Mali, autrefois vĂ©ritable centre du commerce pour tout le dĂ©sert du Sahara, possĂšde une histoire culturelle unique, vivante et bien visible.

 

Mais en 2012, le pays se fige. Des terroristes prennent le contrĂŽle de larges pans du territoire et ne sont stoppĂ©s par les troupes françaises et africaines qu’aux portes de la capitale Bamako. Ce pays considĂ©rĂ© comme le pilier du dĂ©veloppement et de la dĂ©mocratie en Afrique implose en l’espace de quelques semaines. Il y a eu beaucoup d’avancĂ©es depuis. La sĂ©curitĂ© est dĂ©sormais assurĂ©e par des forces de maintien de la paix des Nations Unies. Le PrĂ©sident Ibrahim KeĂŻta est arrivĂ© au pouvoir Ă  l’issue d’élections libres, et un gouvernement est en place. Mais la plupart des Maliens sont dans une pauvretĂ© effroyable et les besoins en matiĂšre de dĂ©veloppement sont immenses. Et tout est liĂ© : pas de dĂ©veloppement sans sĂ©curitĂ©. Pas de sĂ©curitĂ© sans dĂ©veloppement.

Plus de 15 millions de personnes vivent au Mali. Dans ce pays grand comme deux fois la France, la majeure partie de la population est concentrĂ©e dans le sud du territoire. Beaucoup de ceux qui vivent dans le nord du pays pensent que le gouvernement consacre tout son budget aux rĂ©gions du sud et oublie le nord. J’ai rencontrĂ© les reprĂ©sentants des plus grands groupes de rebelles la semaine derniĂšre Ă  Bamako ; ils m’ont expliquĂ© que ce dĂ©calage est leur principale prĂ©occupation ; ils se sentent marginalisĂ©s, et ne constatent aucun progrĂšs.

Une telle dĂ©fiance vis-Ă -vis de l’État fait le lit de la violence ; et certains, poussĂ©s par leur mĂ©contentement, se tournent vers les groupes rebelles. Certains de ces groupes sont autochtones, d’autres relĂšvent de la mouvance islamiste internationale, d’autres encore se composent de trafiquants en tous genres. La longueur extrĂȘme des frontiĂšres de la rĂ©gion du Sahel les rend impossibles Ă  surveiller. Dans cette configuration, il existe de multiples possibilitĂ©s pour qu’une situation d’insĂ©curitĂ© au Mali se propage aux pays voisins. Des personnes ont Ă©tĂ© prises en otage et toutes n’ont pas survĂ©cu. La criminalitĂ© transnationale organisĂ©e se dĂ©veloppera dans les sociĂ©tĂ©s oĂč la sĂ©curitĂ© n’est pas assurĂ©e.

La situation de fragilitĂ© perdurera si la sĂ©curitĂ© au Mali n’est pas renforcĂ©e et si le peuple malien n’a pas accĂšs Ă  l’emploi, Ă  l’éducation, Ă  l’espoir et au progrĂšs. C’est pourquoi, lorsque les autoritĂ©s maliennes ont demandĂ© Ă  l’OCDE si, avec d’autres partenaires, nous pouvions les aider Ă  Ă©laborer une stratĂ©gie de reconstruction et de paix, nous n’avons pas hĂ©sitĂ© un seul instant.

Le Mali recĂšle un formidable potentiel de dĂ©veloppement dans de nombreux domaines. Le pays a la capacitĂ© d’ĂȘtre l’un des premiers fournisseurs de riz sur le marchĂ© rĂ©gional de l’Afrique de l’Ouest. Ce pays magnifique peut rĂ©aliser des amĂ©liorations considĂ©rables dans les domaines de l’élevage, des industries extractives et du tourisme, qui est une activitĂ© dĂ©jĂ  ancienne. Les infrastructures routiĂšres et l’éducation doivent ĂȘtre modernisĂ©es. Mais pour concrĂ©tiser pleinement ce potentiel, la stabilisation du nord du pays est essentielle.

Cette semaine, l’OCDE accueillera donc une confĂ©rence Ă  haut niveau coorganisĂ©e avec le gouvernement du Mali et avec le soutien des amis et partenaires internationaux du pays. Nous nous rĂ©unirons afin d’aider le Mali Ă  trouver des solutions en matiĂšre de dĂ©veloppement et faire face aux enjeux politiques. Pour qu’un pays se dĂ©veloppe, l’impulsion doit venir de ses dirigeants. Seuls le PrĂ©sident et le gouvernement du Mali peuvent nous dire, Ă  nous les partenaires internationaux, quelle est leur vision stratĂ©gique – publique ou privĂ©e ; oĂč ils veulent emmener leur pays d’ici vingt ans ; et ce qu’ils veulent offrir aux enfants du Mali.

 

L’impulsion des dirigeants, l’expĂ©rience l’a montrĂ©, est le premier ingrĂ©dient de la rĂ©ussite sur le front du dĂ©veloppement. Viennent ensuite les politiques. Le gouvernement doit faire les bons choix ; prendre les bonnes dĂ©cisions, celles qui vont donner un coup d’accĂ©lĂ©rateur au dĂ©veloppement du pays. Un pays dont les besoins sont immenses doit se concentrer sur un petit nombre de prioritĂ©s. C’est lĂ  que nous, la communautĂ© internationale, apporterons notre aide. Les ressources, pour le Mali, constituent le troisiĂšme ingrĂ©dient indispensable. Un pays ne peut pas se dĂ©velopper en s’appuyant uniquement sur l’aide. L’aide au dĂ©veloppement doit servir de catalyseur, et peut contribuer Ă  rassurer des partenaires privĂ©s prĂȘts Ă  investir au Mali. Mais la fiscalitĂ© et les investissements privĂ©s sont dĂ©terminants pour le Mali, comme pour les autres nations en dĂ©veloppement. Les participants Ă  la confĂ©rence Ă©tudieront quelles sont les possibilitĂ©s de gĂ©nĂ©rer davantage de recettes fiscales et de dĂ©velopper le secteur privĂ©. La nombreuse diaspora malienne peut ĂȘtre un atout pour l’investissement privĂ©, notamment par les envois de fonds.

J’en reviens donc Ă  ma premiĂšre question – pourquoi s’intĂ©resser au Mali ? La rĂ©ponse suivante devrait suffire : parce que les enfants du Mali mĂ©ritent un bel avenir. Tous les enfants maliens que j’ai rencontrĂ©s ont l’optimisme chevillĂ© au corps. Le garçon qui nettoie votre voiture veut devenir mĂ©decin. Faisons en sorte que leurs aspirations se concrĂ©tisent et ne restent pas de vains espoirs.

Mais j’ajouterai : le monde a besoin d’un Mali stable et prospĂšre, faute de quoi nous risquons de voir se rapprocher de nouveaux attentats terroristes. Et la criminalitĂ© transnationale organisĂ©e nous touchera un jour elle aussi. Le monde n’est plus si grand. Ce qui se passe au Mali nous concerne tous.

Erik Solheim prĂ©sident du ComitĂ© d’aide au dĂ©veloppement de l’OCDE et ancien ministre de NorvĂšge

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Le Mali recele de cadres de tres haut niveau.C’est en discutant avec ces cadres,que je suis en mesure d’accroitre mes connaissances en matiere de developpement.Notre gouvernementn’est pas capable de mettre en place une commission de hauts cadres Maliens pour formuler une vision a long terme pour le Mali.Au Kenya,le Gouvernement a mis en place ce groupe de reflexion et le pays s’est engage dans un processus d’emergence economique en concert avec les pays environnants:l’Ethiopie,le Sud-Soudan,Djibouti,tous entraines par une dynamique de developpement interne et exterieur.C’est fallacieux de pretendre assister le developpement du Mali parce que vous ne connaissez rien sur ce pays,et votre Coeur n’y sera jamais.Ce que vouis dites sur les potentialities du Mali est d’une banalite infantine.Le pays peut accroitre sa production du riz et nourrir toute la region.C’est faux car les paysans ne disposent pas ces tricycles a moteur incassable pour emmener engrais et fumier aux champ et emmener les produits agricoles au marche.Ou trouver ces engrais importes bon marche?Ou trouver ces tracteurs bien entretenus en l’absence des mecaniciens agricoles.Les potentialities d’elevage?La peste bovine,les medicaments adaptes aux animaux.Ou sont les laboratoires de recherchĂ©,de formulations et de fabrications de vaccins ?Vous soulignez ce que vous appelez pompeusement l’industrie extractive.Allez voir au Liberia les trous geants d’extraction du minerai de fer a 90% de fer et faites un tour dans les Slums de Monrovia pour voir le degre de pauvrete des habitants.Quand est-ce que l’industrie extractive a engendre l’emergence economique.Les minerais extraits a Lamco sont entasses au bord de la mer en Suede ou ils forment une montagne de fer acquis a vil prix.On importait 200000 tonnes de minerai et 100000 tonnes n’etaient que declares.Comment d’ailleurs peut-il y avoir croissance ou developpement economique quand la valeur ajoutee n’existe pas dans ce genre d’operation,et devient negative.Les Africains ont reflechi depuis belle lurette sur leur strategie de developpement.Elles sont valables puisque tous les pays qui ont suivi cette strategie de developpement jouissent aujourd’hui d’un developpement spectaculaire.Tout ce que vous interesse c’est le pillage de nos ressources naturelles.Si comme vous le dites,c’est le pays de formuler sa strategie.j’estime que cette comedie d’assistance devrait prendre fin meme si le gouvernement vous le demande.Il y a en effet des possibilities de partenariat strategique gagnant/gagnant.Le choix ne devrait plus se poser.(Le Norvege est un pays que j’apprecie car il essaie d’etre juste.)

  2. …oh, merci aux 2 premiers commentataires
    que ces gens la soient sinceres avec nos pays, mais je sais que ca s’ est qu’ utopie pure et simple… ils ne peuvent pas, ils vivent du sang et de la sueur des autres, c’ est trop fort les amis…
    IL FAUT COUPER, COUPER LES LIENS DE SERVITUDES TISSES PAR L’ “AIDE”, AIDE=ARGENT A VOLER PAR UNE PETITE MINORITE TOP D’ UNE PYRAMIDE OBLIGATOIRE POUR ETABLIR UN SCHEMAT D’ ALIENATION DE TOUTE UNE MASSE EXPLOITEE AU BAS DU SYSTEME, AU SOMMET =LE PEUPLE ABRAAMIQUE SANG-SUE…

  3. AU risque de reprendre mon cher Sambou, le Mali n’a pas besoin de l’aumĂŽne d’aucun pays dit dĂ©veloppĂ©. PlutĂŽt un partenariat sincĂšre dans lequel chacun gagne son compte. A nos dirigeants d’ĂȘtre patriotes et avertis dans ce monde d’Ă©ternel piĂšge. Merci

  4. @Erik Solheim.Merci bien pour votre grande compassion pour notre cher peuple.Cependant, je tiens Ă  vous rappeler ceci: ce n’est pas aujourd’hui que la communautĂ© internationale est arrivĂ©e au chevet de nos Etats..Depuis les indĂ©pendances, le Mali comme presque tous les pays de la sous-rĂ©gion ne vit que d’aides de tout genre.Si notre dĂ©veloppement devrait venir de ces aides, nous serions dĂ©jĂ  Ă©mergeant!Ce que vous semblez ignorer en plus c’est que la “dĂ©mocratie” malienne jusque lĂ  n’Ă©tait que de façades: les gens votent pour le changement, mais ceux qui ont sont “renvoyĂ©s” pour manque de transparence dans la gestion de la chose publique sont toujours remplacĂ©s par d’autres personnes qui pensent eux-mĂȘmes Ă  s’enrichir avant d’ĂȘtre Ă  leur tour virĂ©s des commandes du pays.Depuis plusieurs dĂ©cennies nos Etats fonctionnent de cette maniĂšre.Sinon comment comprendre que des pays comme le Mali, le SĂ©nĂ©gal…qui Ă©taient au mĂȘme niveau de dĂ©veloppement que la CorĂ©e et le Singapour se retrouvent aujourd’hui parmi les plus pauvres!A mon avis, vous vous fatiguez pour nous mais nous serons toujours “indĂ©pendants” tant que vous les occidentaux vous ne nous laisserez aux bon soins de nos rares leaders Ă©clairĂ©s comme feus Khadafi-Sankara-Obiang N’GuĂ©ma-Lumumba-N’Krumah…Modibo Keita-Nasser….Des leaders bien Ă©clairĂ©s qui ne sont pas forcement des dĂ©mocrates mais qui ont des ambitions pour leurs peuples c’est de ça que nous avons besoin pour nous dĂ©velopper puisque personne ne se nourrit de dĂ©mocratie et d’eau fraĂźche. 😉

Comments are closed.