Pour sa contribution au développement sanitaire du pays à travers ces articles : Kéita Ramata Tembely sacré Nyéléni de la santé par Journac

0

 

Elles étaient au total six femmes journalistes et animatrices de radio à bénéficier du trophée Nyéléni de la communication de l’association des journalistes pour la promotion des arts et de la culture (Journac) dirigée par Mariam Konaté. Pour cette troisième édition, c’est le thème  « Rôle des Communicatrices dans la promotion de la santé maternelle et infantile  » qui a été mis en relief. Occasion pour les femmes de médias qui évoluent dans le domaine de la santé de se voir gratifier. Toute chose qui a valu à la responsable du desk santé de L’Indépendant, Kéita Ramata Tembely, d’être sacrer Nyéleni de la presse écrite 2016 avec Aïchata Saliou Maïga de l’ORTM à côté de quatre animatrices de radio de Bamako et de l’intérieur.

Figure emblématique du milieu Bambara, Nyéléni était  une icône de la bravoure. Aujourd’hui, il est dédié aux femmes reconnu pour leur courage et leur bravoure professionnellement. L’association des journalistes pour la promotion des arts et de la culture (Journac) en choisissant ce dénominateur vise à faire la promotion  de  la gente féminine dans les médias.

Il faut être brave et courageux pour exercer dans la presse souvent très difficile. Et le prix Nyéléni 2016 selon la présidente de Journac, Mariam Koné, consiste à récompenser les meilleures communicatrices du Mali à travers leurs publications,  émissions et œuvres culturelles en promotion de la santé maternelle et infantile.  A  cet effet, « l’objectif est de mettre ces femmes  journalistes, animatrices ou artistes en exergue, louer leurs efforts dans la recherche et le traitement de l’information et de les encourager dans l’exercice de leur profession aussi  difficile que passionnante » dira t- elle.

Le choix du thème est parti du fait que  les décès maternels représentent 32% de tous les décès de femmes de 15-49 ans, selon EDSM V. Ce  qui veut dire qu’une femme meurt toutes les trois heures.  La même enquête révèle que deux enfants sur dix n’ont pas la chance d’atteindre les cinq ans.  Ces résultats font l’objet de la lutte acharnée des acteurs pour les promotions de la santé et de la petite enfance, d’où une forte implication des médias en occurrence féminin surtout que sait que les femmes appréhendent mieux  les problèmes qui se posent à leurs sœurs ou filles .Elles sont plus aptes à en parler.

Au nom de la Maison de la presse, la trésorière, Traoré Dado Camara, s’est félicité de l’initiative innovatrice. En choisissant dans le domaine de la santé, celles qui se consacrées à travailler que sur la santé ont été encouragé. Ce qui est salutaire car, les journalistes travaillent pour les autres mais rares sont ceux qui pensent à eux même qui est une bonne chose en matière de communication ». Idem pour Gamère Dicko du ministère de l’économie numérique et de la communication, qui a salué le courage de ses consœurs sur le terrain et dans les rédactions.

En recevant son prix composé d’ordinateur, de basin riche et du trophée de Nyéléni, Ramata Tembely, toute émue a décerné son trophée à son époux qui l’a compris et aidé à exercer le métier de journaliste.

Quant à Aïchata Saliou Maïga de l’ORTM, présente à Gao pendant l’occupation des trois régions nord du Mali, elle s’est dite fière d’exercer ce métier en risquant sa vie. A tour de rôle, les animatrices de radio ont tout simplement remercié Journac du choix porté sur elles.

Les artistes Alou Sam, Mame Sidibé et les comédiens ont tenu l’assistance en haleine durant la cérémonie de la 3e édition du Nyéléni de la communication.

Vivement la 4e édition.

F. Mah Thiam KONE

PARTAGER