Mamadou Sory Gano, désigné l’homme de l’année 2011 à Mopti : La juste récompense d’un homme au service de sa région

0
0

Depuis hier 10 janvier 2012, la Région de Mopti connaît désormais l’homme de l’année 2011. Il s’agit sans surprise de Mamadou Sory Gano, transitaire de son état à Bamako. Une juste récompense et une reconnaissance noble de toutes les actions menées par l’homme en faveur du développement de toute la 5e région du Mali. Faites un tour dans la 5e région, vous comprendrez  pourquoi  le choix porté sur celui qu’on appelle affectueusement le Papa national est sans détour.  Par cette désignation, Mamadou  Sory  Gano devient la première personnalité non habitante de Mopti à être désigné l’homme de l’année. Et cela  se fête comme il se doit à travers toute la région.


 Depuis quelques années, la région de Mopti mène des enquêtes et sondages de janvier à Décembre pour savoir la personnalité qui a plus marqué les esprits des populations de la 5e région du Mali. Ainsi après enquête e sondage et sous la supervision de Me Issiaka, il a été  procédé au comptage des voix entre les différentes personnalités retenues. C’est ainsi que la région de Mopti a décidé de porter son choix sur Mamadou Sory Gano, transitaire de son état à Bamako avec 123 voix doublant même son dauphin. Aussitôt la nouvelle s’éparpilla comme une poudre à travers toute la région ainsi qu’à Bamako. Ainsi dès l’annonce de cette bonne nouvelle, Mamadou Sory Gano ne cesse de recevoir des félicitations pour cet honneur tant mérité.


Qui  est réellement  l’homme
Mamadou Sory Gano est un homme très sensible, social et ayant le sens du don et du partage à l’encontre de ces concitoyens de la 5e région vivant à Bamako ou de passage.  Aussi   il ne cesse de participer aux actions de développement de sa région dans tous les domaines. Ainsi chaque année,  M.  Gano contribue matériellement et financièrement  à l’organisation des manifestations  sportive, artistique et culturelle. L’homme a financé la construction de plusieurs barrages et accompagné financièrement plusieurs projets générateurs de revenus d’associations féminines. Il a aussi offert des livres coraniques, des nattes et équipé certaines mosquées dans plusieurs localités de Sofara, Djenné. S’il y a un point qui semble marquer les esprits, c’est son accompagnement sans faille à la promotion de la jeunesse de la région . On se rappelle que Gano est le parrain officiel de l’organisation des courses de vélo et de  pirogue à Kouakrou à chaque fête du 22 septembre .Avec son service de transit, Mamadou Sory Gano emploie plus de 25 personnes et autant de stagiaires dont la majorité vienne de la 5e région. Pour pallier au manque d’hôtel, Gano a construit deux grandes villas climatisées à Djenné et à Sofara qu’il, offre gratuitement aux grands  hôtes tels que le président de la république, les ministres et les Ambassadeurs des pays amis qui se rendent à Djenné et à Sofara . Il n’est pas rare de voir certains hôtes venir passer la nuit à Sofara ou à Djenné et de retourner  à Mopti.    C’est dire que l’homme a toujours mis le social et l’humanisme au dessus de l’argent contrairement aux autres. «Ce qui me frappe chez   Mamadou Sory Gano, c’est sa modestie et sa timidité. Souvent il passe inaperçu contrairement aux autres. En le désignant homme de l’année 2011, cela n’est qu’une juste récompense au vu de toutes ses actions salvatrices en faveur du développement de sa région » déclare un  sage de Sofara.  Très ému, Gano a tenu à remercier du fond de son cœur tous ceux qui ont voté pour lui. « C’est un honneur et une fierté pour moi d’être désigné l’homme de l’année. Je savais que ça n’était pas facile mais moi je crois au bon Dieu. En tout cas c’est une façon pour moi de redoubler plus d’efforts pour ne pas perdre la confiance placée en moi. Une fois de plus je remercie les uns et les autres et je ferai tout pour prouver qu’ils ne se sont pas trompés en me désignant l’homme de l’année » nous a-t-il confié.  En attendant probablement la grande fête de réjouissance, Mamadou Sory Gano et ses proches  savourent cet honneur.
Saïd 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.