II – ATT-cratie : Si le Sphinx avait raison ?

0

Entre révélations fort embarrassantes du Sphinx et dénonciations compromettantes d’Arsène Le Pigeon, le régime du président ATT, incapable d’apporter la moindre contradiction, se perd en conjectures et tente avec l’énergie du désespoir de se poser en victime d’une prétendue conspiration d’essence électoraliste ourdie par de supposés adversaires politiques ayant choisi l’anonymat comme mode d’expression.

Par une pirouette de fuyard, le régime du président ATT se terre dans un silence officiel coupable et, depuis quelques temps, laisse la sale besogne à sa horde des alimentaires, de situationnistes et autres courtisans de seconde main réquisitionnés pour répliquer au Sphinx par un exercice épistolaire de nègre, au propre comme au figuré.

Mais à quoi bon toute cette cavalcade injurieuse contre Le Sphinx si, d’une part, on pense que son œuvre est un tissu de grossiers mensonges et de calomnies indignes de réponses ; et, d’autre part par, l’exercice ne consiste qu’à faire écrire par les uns que l’auteur du livre est un lâche et par les autres que son bouquin est un ramassis de contrevérités et autres méchancetés gratuites contre le Bon et Gentil ATT, sans jamais apporter la preuve, en tout cas jusqu’ici, que l’auteur du livre est un vilain adversaire politique et que tel ou tel passage de « ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan » est faux ?

Coup de massue

Visiblement, le régime du président ATT peine à se relever du coup de massue qu’il a pris sur la tête à la suite de la publication, aux Editions l’Harmattan, du livre intitulé «ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan » qui est loin d’être le torchon de contrevérités qu’on s’ingénue à traiter par le mépris et le silence. Au contraire ! Face à leur double incapacité de mettre la main sur «Le Sphinx » et de lui apporter la contradiction, le régime du président ATT et ses nègres qui font feu de tous bois depuis la parution du livre ont décidé d’appeler à la rescousses tous leurs alliés et obligés alimentaires. Dans une stratégie d’auto-flagélation et une campagne d’auto-victimisation brouillonne, le Clan, tel un naufragé, tente d’arrêter le Tsunami avec ses mains et lance un Sos à ses obligés zélés, courtisans et zélateurs situationnistes. Un Sos qui peut se transcrire ainsi : «Opportunistes de tous bords, réagissez ; il y a péril dans ATT-cratie » ou encore «Convives de tous les râteliers, répondez au Sphinx ; les élections approchent ! »
Virus de la complotite

Ce péril, ce n’est point Info-Matin qui en est l’origine, mais bien l’incompétence et la corruption du système et du Clan conceptualisées par le terme «ATT-cratie » dont le Sphinx a usé pour décrire et mettre à nu des faits précis, des hommes et des femmes bien connus, des chiffres et des dates. Pourquoi alors ce qui peut être vérifié dans «ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan » n’est pas démenti par les voies appropriées et les voix autorisées ?
Mais, non, là encore, c’est la théorie du complot et de la machination politique et électoraliste qu’on ressort pour dire que le «Quotidien des sans voix » est trempé dans une stratégie de déstabilisation du régime ! Qui veut déstabiliser le régime ? Info-Matin ? Avec quoi et avec qui ? Ses lecteurs ? Pour faire quoi ? Prendre la place du président ATT ?
Qui veut déstabiliser le président ATT ? Info-Matin qui dit les choses telles qu’elles sont et ne fait que défendre les principes démocratiques et républicains et son droit à l’expression libre ou tous ces pique-assiettes, ces crève-la-faim, ces situationnistes sans scrupule qui défendent l’indéfendable, leur beefsteak, se moquent des souffrances des Maliens, insultent leur intelligence en faisant passer le président ATT, l’élu du Peuple, comme le Messie avant la venue duquel aucune œuvre digne de ce nom n’a été réalisée sur cette terre ou le présentent comme la Divine providence elle-même dont la magnificence est source de miracles et de pluies ?

Arrêtons de prendre les vessies pour des lanternes, nos fantasmes pour des scénarios, nos affabulations pour des faits. Comme pour paraphraser un ministre citoyen, allez chercher ailleurs votre cheval de Troie, il n’est pas à Info-Matin. Dans une démocratie, chacun a un rôle à jouer : le politique gouverne, la presse informe et dénonce les dérives et les insuffisances de la gouvernance.

Le caquet rabattu

Tant que la campagne orchestrée et planifiée restera à cette hauteur et à cette profondeur (de déclarations et réactions téléguidées), le régime et ses courtisans, pardon le Clan ne fera que conforter les allégations du livre, toute chose qui ne fait que donner raison au Sphinx. En tout cas, jusqu’ici, malgré l’appel des renforts de tous bords, rien ne semble véritablement ébranler ni mettre en cause ou en doute les révélations du Sphinx.

Le régime et ses fantassins s’étant contentés jusqu’à présent, comme nous l’avions dit plus haut, d’injurier et de dénoncer sans pour autant apporter la moindre preuve ou contradiction sérieuse. Des situationnistes, des politiciens véreux, des affairistes obligés et intellectuels affamés, peuvent continuer à faire l’avocat du diable et se discréditer pour l’Histoire, mais leur litanie ne fera qu’aiguiser la curiosité des Maliens qui légitimement se demandent de plus en plus : pourquoi tant d’agitation et de fixation autour d’un simple bouquin si tout ce qui y est raconté est mensonges et contrevérités ? Alors, la logique et le bon sens commandent de se demande si «Le Sphinx » n’avait pas raison. Et c’est à cet exercice que nous nous essayerons.

Les réactions qui accusent

Contrairement aux nouveaux avocats du Clan, à Info-Matin, nous avons une tradition de constance. Aussi, tous ceux qui pensent intervenir à la sauvette sans se mouiller outre mesure dans le débat en cours sur le livre «ATT-cratie : la promotion d’un homme et de son clan » se mettent le doigt dans l’œil. Parce que, tous courtisans, laudateurs, zélateurs et situationnistes qu’ils sont, ils doivent bien savoir que «la parole s’envole, l’écrit demeure ».

Pour notre part, le débat est tranché : l’identité du Sphinx importe peu face aux révélations incisives contenues dans le livre. En effet, il s’agit d’un débat d’idées et d’opinions et non de personnes et nous sommes de ceux qui créditent et respectent toutes les opinions jusqu’à preuve contraire et/ou d’illicéité. C’est pourquoi, nous pensons que ce ne sont pas les injures et les flagorneries de bas étage qui discréditeront le Sphinx et son livre. Bien au contraire ! Car, toutes les consciences éclairées et sereines savent que l’injure est l’arme des faibles et de ceux qui sont à court d’arguments. Or, sur le terrain de l’argumentaire, le régime du président ATT n’est pas des mieux lotis, en tout cas, il n’a donné aucune preuve contraire des allégations du Sphinx étayées par les faits clairement mentionnés dans le bouquin : racket et délit d’initié, affairisme et corruption, trafic d’influence et magouille en tous genres, irresponsabilité et impunité, combine et rapine… Voilà ce que dénonce «Le Sphinx » dans son livre. Qu’avez-vous à répondre, messieurs du Clan, à part vos injures et louanges dithyrambiques au président ATT ?

Commentaires via Facebook :

PARTAGER