Après la pluie, c’est le calvaire à Kayes

6

Un adage bien connu de chez nous dit : Après la pluie, c’est le beau temps. Cette maxime ne semble forcément pas le cas chez tout le monde. Et c’est sûr, les Kayesiens ne diront pas le contraire !
S’il y a vraiment l’une des villes qui vivent le calvaire en  période d’hivernage, c’est peut-être bien celle de la ville de Kayes qui est acculée de toutes parts par les eaux stagnées ou usées à chaque fois que le ciel a fini d’ouvrir ses vannes. Toutes les rues et ruelles  sont envahies par les eaux stagnées ou usées causant d’énormes difficultés aux riverains.
Des caniveaux à ciel ouvert, de l’eau qui sort des égouts et ruisselle sur une très longue distance, une odeur nauséabonde, le goudron invisible à cause de l’eau qui le recouvre, des flaques d’eau stagnantes par endroits, c’est ce spectacle désolant  qu’offre la ville de Kayes après la pluie.

Cette situation dérange beaucoup les populations des six (06) quartiers qui composent la ville de Kayes. La situation est encore plus grave, à Kayes n’di et à Lafiabougou, où l’accès à ces zones demandent beaucoup de détours et de prudence. Il est 17h30 après une pluie  à Kayes aux environs de 13h, quand notre équipe de reportage se rendait à Kayes N’di, Oumar Ly, un commerçant rentrant à son domicile soulevant son pantalon jusqu’au genou, esquivant les pas et se collant au mur, s’en désolait : Depuis des années, nous vivons avec cette situation. Quand les premières pluies tombent ici, c’est le calvaire chez nous ».
Encore plus loin, sur la Route Nationale N°1, en face de l’ORTM, quand le ciel ouvre ses vannes, cette route devient quasi-impraticable et la circulation infernale !
Hélas, à Lafiabougou, pendant toute la période d’hivernage, les rues et les allées sont inondées, les riverains ne savaient pas à quel Saint se vouer. En face du Tribunal de la Première Instance de Kayes, la situation est plus grave (la photo vous en dira longuement !). Selon, Moussa Diarra, habitant à Lafiabougou, « ces eaux inondant nos rues et routes sont devenues un casse-tête pour nous les riverains ».  Après un tour de notre équipe, bon nombre de personnes appellent les autorités à réagir pour les enlever cet hôte de trop. ” On dirait que nous n’avons pas de dirigeants, c’est désolant”, déplore Mamadou Konaré.
En ce début de période d’hivernage, les  populations de la Cité des rails commencent à s’agacer avec ces eaux stagnées et usées et les activités quotidiennes des populations sont perturbées. Ce qui nous amène à dire, après la pluie c’est le calvaire à Kayes …
Mieux vaut tard que jamais, dit-on ! La mairie avec les moyens de bord a entrepris le curage des grands fossés. Bonne initiative mais il faut vite dégager les rues après le curage mais il faut aussi une implication de toutes les couches de la population pour une bonne période d’hivernage!
Boubacar Niane

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Je pense que la ville de Kayes est une “ville des poubelles” surtout en cette periode des pluies. Vraiment il faudra que la population, le gouverneur, le maire qu’ils se donnent les mains pour endiguer ce phenomene dans cette ville. Lorsque on arrive a Kayes, on est franchement surpris, c’est une ville dont elle manque des routes, toutes les routes sont blessees c’est a dire des trous tres long au milieu du goudron, par exemple la route de “Gana Transport” qui fait face a la boulangerie a Kayes N’di en allant a Bamako, est terrible apres la pluie. Au niveau aussi de la “bougie” qui fait face a la station totale, un long trous se trouve cache derrrier le rond point. Dans le quartier Kayes N’di, secteur “kran-kran” est encore pire, car laba, des familles se trouvent dans des etablissements apres cette pluie de 128mm. Vraiment a Kayes, apres la pluie c’est le calvaire total! Une ville dont l’economie joue un role important dans l’economie du pays, mais la ville même fait honte!

    • c’est toutes les villes du mali qui sont des poubelles, à commencer par Bamako… cette image peut etre de n’importe quelle ville malienne

    • Merci Bandiougou. Kayes donne tout au Mali, mais le Mali ne lui reserve que des strapontins. Pourtant la population s’en accomode. Si les nordistes pouvaient prendre en exemple cette region riche et travailleuse!!!!

Comments are closed.