Bilan 2009-2014 de la mairie de Pelengana : 51 ,16 % de réalisation

2
Madame le Maire de Pelengana
Madame le Maire de Pelengana

L’ONG APSRU, dans le cadre de son programme de bonne gouvernance a décidé en 2009 d’accompagner un certain nombre de  parmi lesquels, la commune rurale de Pelengana pour l’élaboration d’un plan cohérent de développement. L’objectif, de l’avis de Kalifa Dembélé coordinateur de l’ONG APSRU, est d’encourager la redevabilité dans les structures municipales pour une bonne gouvernance de la commune.

En ce qui concerne Pelengana, beaucoup d’effort ont été fourni par l’équipe de Mamou Bamba pour l’amélioration du système éducatif. On enregistre la construction et l’équipement de 3 salles de classes à Brehima Oulalé, la création  des salles ALPHA à Tiékelébougou, Pelengana, Sèmembougou Peulh, Dialabougou Wèrè, Nèrèkoro , Bapho, Djigo , Marabougou. Sur une prévision de 13 centres, la mairie a réalisé 25 dans la commune

Pour le volet hydraulique, il y’a eu la réalisation  de forages PMH dans presque  tous les villages : Ouéssébougou, Djigo, Dougadougou , Siradjankoro, Moussokorobougou et la réhabilitation des pompes à Soungobougou, Tiékelebougou, Sèmèbougou Peulh, Dialabougou Wère, Bapho, Dougadougou, Donzana, N’Tobougou. Toutefois, le défi reste la redynamisation des associations d’usagers d’eau potable.

Dans le domaine de la santé, il s’agissait surtout de la construction et de la clôture de la maternité et de mener  des activités de lutte contre les maladies telles le sida, le paludisme et surtout contre l’excision. Le seul hic dans ce domaine est que le centre de santé de  Pelengana Nord reste non fonctionnel  et le Cscom de Banankoro est à réaliser.

Pour ce qui est de l’assainissement, des activités ont eu lieu  notamment le curage des caniveaux existants et le remblayage de certaines rues.

La mairie a réalisé certaines activités non planifiées sur fonds propres et grâce à l’appui financier de ses partenaires, notamment la construction des salles de classes à Sèmèbougou Diawando, le renforcement des capacités des CGS des écoles de Pélengana  et de l’Asaco de Pelengana Sud, la construction et l’équipement de 3 salles de classes, un bloc de 3 latrines  à l’école Adama Dagnon, la rénovation de 2 blocs de latrines à l’école Adama Dagnon, la construction d’un bloc  de latrines à l’école Fa Keita, le remblayage de la cour du Cscom de Pelengana Sud, la construction d’un incinérateur et d’un local pour la caisse dans le Cscom de Pelengana Sud. Toutes ces réalisations ont été fait avec l’appui de Intervida. Il y a également à ajouter à ces réalisations, l’aménagement d’un terrain de football pour les enfants par Right to play, la réalisation d’un clos d’enfants  dans les écoles Bréhima Oulalé et Fa Keita par Plan Mali. La réalisation d’un centre de santé universitaire de lutte contre le sida et le paludisme par l’église catholique de Ségou la construction de  deux hangars au marché de Pelengana,  par la mairie et l’ANICT.

Le bilan a mis l’accent sur les recettes et les dépenses. Par rapport aux recettes, le fonctionnement est  assuré jusqu’à concurrence de  298 756 725 FCFA sur une prévision de 358 996 000 FCFA soit 83,22 % de taux de réalisation.

Quant aux recettes d’investissement, le taux de réalisation se chiffre à 4,15 % pour 2 691 500 FCFA sur une prévision de 64 758 000 FCFA.

En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement, elles se chiffrent à 298 937 501 FCFA soit 83,27 % et les dépenses d’investissement à 3 871 500 FCFA soit 5,97 % de réalisation. Au total, sur une prévision budgétaire,  la mairie de Pelengana a pu obtenir 423 754 000 FCFA pour une réalisation de 302 809 001FCFA soit 71,45 %.

Le déficit pour l’exercice se solde à 1 360 776 FCFA. Quant au recouvrement de la TDRL, elle est allée croissante de 30,12 % en 2009 à 77,58%  soit une moyenne de 49% de taux de réalisation en 2014.

Pour ce qui concerne d’autres redevances, taxes assimilés et patentes, la mairie de Pelengana a évolué crescendo de 2009 de 75 % à 99 % en 2014.

Beaucoup de réalisations ont été faites, mais le chantier demeure très grand car de nombreuses activités planifiées dans le programme de développement économique, social et culturel n’ont pu être réalisées dans la commune durant les cinq ans.

Selon les élus de la commune, la principale raison est le non-paiement des taxes  du développement régional et local. Tout compte, fait Mme Diabaté Mamou Bamba et son  équipe ont pu atteindre un taux de 51,16 % réalisation pour les objectifs fixés entre 2009 et 2014.

Mahamadou Niambélé

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Madame le Maire je peux pas t’encourage tu n’as rien fait pour la commune de pelengana si elle croit que elle sera elu au deuxième mendant elle se trompe car pelengana n’a jamais eu un mauvais maire que Mamou bamba.

Comments are closed.