Bilan 2015 du CSRĂ©f de Bougouni

0

Jeudi 3 mars 2016, dans la salle de réunion du CSRéf  s’est tenue la cérémonie de présentation du bilan 2015 du CSRéf  de Bougouni. Pour la circonstance, des collectivités Territoriales, l’administration générale, des services techniques  et la société civile étaient tous mobilisés.

Le Centre de Santé de Référence (CSRéf)  de Bougouni a présenté son bilan 2015  à la population du Cercle à travers ses représentants légaux dont le maire de la commune urbaine de Bougouni, le préfet, le président du Conseil de Cercle, le président de la Fédération Locale des Centres de Santé Communautaires (FELASCOM), le représentant  du Service de Développement Social et de l’Economie Solidaire (SDE- ES), la représentante de la Confédération des Associations des Femmes et Organisations Féminines (CAFO)plus des médias locaux.

A l’ouverture de la rencontre le préfet du Cercle de Bougouni  Christian Diarra s’est réjoui de cette présentation du bilan annuel. Selon l’exécutif local c’est un  exercice démocratique auquel tous les citoyens doivent se soumettre.

En ce qui concerne le bilan, le médecin chef Dr. Bréhima Bamba a fait ressortir de façon très détaillée : la situation des actes médicaux, les acquits,  les difficultés et les perspectives  plus l’effectif et la composition du personnel du CSRéf.

– le bilan financier des actes mĂ©dicaux est chiffrĂ© Ă  70 512 168FCFA de recettes et 72 092 499FCFA de dĂ©penses soit un solde dĂ©ficitaire de 1 581 331FCFA. AjoutĂ© au solde de l’exercice 2014, 3 571 290FCFA le solde final du bilan 2015 des actes mĂ©dicaux est de 1 990 959FCFA.

Le médecin chef a également fait cas des activités de la Chirurgie, des accidents de la voie publique, des activités du Labo, des activités de l’unité Odontostomatologie, des radiographies réalisées, des examens échographiques réalisés, des consultations diabétiques, de la tuberculose, de la lèpre, d’ORL  et  des PTME, VIH /SIDA,

Les acquits de 2015 du CSR »f de Bougouni :

  • L’acquisition d’une nouvelle ambulance
  • L’acquisition d’un vĂ©hicule de liaison sur fonds ABS
  • L’acquisition et installation d’une radio numĂ©rique
  • La rĂ©habilitation de cinq toilettes du CSRĂ©f par MRTC
  • La redynamisation du système de rĂ©fĂ©rence / Ă©vacuation
  • La rĂ©alisation de trois passages JNV polio et deux passages de la SIAN,
  • La rĂ©alisation de quatre passages CPS
  • L’acquisition d’un nouveau groupe Ă©lectronique pour le CSRĂ©f,
  • Le lancement du 43ème CScom du district
  • Le renouvellement des matelas des lits d’hospitalisation du CSRĂ©f,
  • L’achat de six climatiseurs pour le CSRĂ©f

Comme difficultés, le médecin a souligné :

  • Le faible taux de recouvrement,
  • L’insuffisance du personnel
  • L’insuffisance de vĂ©hicule de liaison et d’ambulance
  • L’insuffisance de la tenue des rĂ©unions trimestrielles
  • L’irrĂ©gularitĂ© de certains agents au service
  • L’insuffisance dans la notification des actes rĂ©alisĂ©s dans les unitĂ©s
  • L’incohĂ©rence entre les actes notifiĂ©s et payĂ©s au guichet
  • Le non respect des horaires de service par certains agents

S’agissant les perspectives  pour 2016, le CSRéf envisage de :

  • Recruter et/ ou former un technicien de santĂ© sur la manipulation de la radio numĂ©rique
  • AmĂ©liorer le recouvrement des courts
  • Acheter un vidĂ©o projecteur,
  • Acheter un scanner de document
  • Former un technicien en anesthĂ©sie rĂ©animation
  • Former un mĂ©decin en Ă©chographie
  • Tenir rĂ©gulièrement les rĂ©unions trimestrielles,
  • Redynamiser le système de rĂ©fĂ©rence Ă©vacuation,
  • RĂ©habiliter cinq autres latrines du CSRĂ©f
  • Construire un magasin de stockage des intrants et mĂ©dicaments,
  • Equiper la salle de rĂ©union en chaises,
  • Doter certains bureaux de climatiseurs.

Après la comparaison des bilans 2014 et 2015, on constate malheureusement une augmentation du nombre de mort né fait (en fonction du nombre d’accouchement qui a aussi augmenté) ; le nombre d’accident de la voie publique a augmenté de 251 cas en 2014 à 302 cas en 2015.

Après la présentation de ces bilans, il a été spécifié que le CSRéf de Bougouni est composé de 4 grandes unités (Médecine, Chirurgie, Maternité, Pédiatrie) et un laboratoire comme tout autre CSRéf  et une projection d’images des différentes unités a été faite.

Il a compris les difficultés que traverse le CSRéf et s’est senti responsable d’appuyer le secteur de la santé. Pour lui la présentation du bilan annuel est d’une importance capitale qui permettra de distinguer les forces et les faiblesses du CSRéf.

Concernant le personnel, le préfet a remarqué que le nombre de médecins (9) est insuffisant par rapport  au nombre d’accouchements  et la tenue du cahier de présence n’est pas respectée.

Il  a ensuite remercié et encouragé les acteurs de la santé. Christian Diarra d’ajouter que d’énormes efforts restent à fournir notamment dans le cadre du recouvrement des prestations, la promptitude du bilan annuel et après les différentes critiques et observations. Le préfet a dit que « l’avantage, c’est en fonction des efforts fournis. Le droit à la santé est un droit que l’Etat doit assurer à tous les citoyens ».

Le préfet conclut qu’après l’inspection de tous les services, le CSRéf et les CScom sont plus décriés de tous et qu’il faut mettre un terme à cela. Il a invité le médecin chef à être moins indulgent et plus autoritaire concernant le respect du règlement intérieur et à sanctionner ceux qui en font pour le bon fonctionnement du service.

Le médecin chef a pris bonne  note des recommandations du préfet et a assuré qu’en 2016, avec l’engagement de tout le personnel, le CSRéf compte relever les défis qui leur incombent.

Enfin le préfet a remercie et encouragé une fois de plus les acteurs de la santé et tous les participants ce qui a mis fin à la rencontre.

Salimata MaĂŻga

PARTAGER