Commune urbaine de Mopti : Des preuves mais aussi des défis énormes

Ces dix (10) dernières années (de 2004 à 2015) la Mairie de la Commune urbaine de Mopti, sous la conduite du Maire Oumar Papa Bathily, a fait ses preuves dans ses domaines d’intervention en termes d’investissement en infrastructures routières, sanitaires, scolaires et hydrauliques, d’employabilité et d’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel de la Mairie et de ses populations. Dans le souci de présenter l’image positive de cette commune, ses potentialités, ses richesses, ses hommes et ses femmes qui se battent nuit et jour pour son développement, l’Hebdomadaire Indépendant d’Informations Générales : ‘’Le Pays’’ a décidé de s’intéresser à une collectivité qui est au service d’un développement socio-économique rassurant. Il s’agit de la Commune Urbaine de Mopti.

0
Vue de la ville de Mopti, au centre du Mali
Vue de la ville de Mopti, au centre du Mali

Mopti : Une Ville symbolique

Selon la documentation disponible, Mopti qui veut dire en langue peulh (RASSEMBLEMENT) est le chef lieu du Cercle du même nom et la Capitale de la 5ème région économique du Mali. Elle est située au confluent du Bani et du fleuve Niger. Fondé par les pêcheurs Bozos avant l’avènement de la DINA en 1818, Mopti compte actuellement 11 (onze) quartiers dont Sévaré et s’étend sur une superficie d’environ 125 km2 dont une surface bâtie de 5 km2. Les quartiers sont Komoguel I, Komoguel II, Gangal, Mossinkoré, Bougoufié, Toguel, Taïkiri, Médina-coura, Sévaré Secteur I, Sévaré Secteur II et Sévaré Secteur III. De façon historique simple, on note quatre (4) périodes importantes qui ont eu une forte impression sur la région de Mopti.

  • La période antérieure-DINA a été marquée par les grands empires mandingues du sud de l’invasion marocaine au 15ème siècle.
  • L’avènement de la DINA à partir de 1818 avec l’installation de l’empire théocratique peulh du Macina qui a laissé des empreintes indélébiles dans les divers terroirs.
  • La Période post-DINA à partir de 1860 avec l’arrivée des Toucouleurs d’El Hadj Omar et l’infiltration de la colonisation française (1891-1892).
  • La Période des Républiques : marquée par la succession des trois Républiques (premier régime, régime militaire, période de démocratisation).

 

De par sa position particulière pour les flux commerciaux fluviaux, le village a rapidement pris de l’importance au temps colonial. Ainsi, la ville de Mopti a été érigée en commune le 29 Décembre 1919 et ceci a été l’objet d’une expansion Commerciale importante avec la réalisation des comptoirs commerciaux et du premier port primaire de la ville. Ainsi, la ville de Mopti était devenue vers 1930, le premier port de pêche et le principal Centre de conditionnement des plumes d’aigrettes qu’on exportait en Europe pour orner les chapeaux et servir de parures pour les belles de l’époque.

Donc, déjà en 1930, Mopti avait « une renommée mondiale » et il a fallu attendre l’année 1955 pour que la ville soit érigée en commune de plein exercice. Avec son évolution et son essor, la ville d’environ 6 000 habitants vers 1930 est passée en 2002 à plus de 6 200 habitants repartis entre les onze (11) quartiers. La commune de Mopti a une population composite, comprenant environ tous les échantillons des grands groupes ethniques du Mali et d’une partie de l’Afrique de l’Ouest (Peulhs, Bozos, Dogons, Bambaras, Markas, Songhoïs, Bobos, Mossis, Haoussas, etc.). Ces populations vivent des systèmes divers de production (agriculture, élevage, pêche, artisanat), de commerce et perçoivent un tourisme qui occupe économiquement une place de choix et puis culturellement doit évoluer sur des bases saines. Ces populations vivent également en parfaite symbiose.

 

Mopti : Une particularité nulle part pareille

 

Dans le contexte régional, national et sous-régional, la Commune de Mopti a une résonance particulière. Elle fut dans le temps l’un des piliers du « triangle socio-économique utile du Mali », et parallèlement, de 1960 aux années 1980, Mopti fut reconnu de tous comme la « Capitale économique du Mali ». Ainsi, la place de la Commune de Mopti se retourne à travers un certain nombre de facteurs qui sont :

  • Premier carrefour de la Région pour le transport avec des flux commerciaux routiers, fluviaux et aériens allant sur les Régions de Gao, Tombouctou, Ségou, Sikasso et Bamako et dans les pays voisins du Burkina Faso, de la Mauritanie, voire du Niger.
  • Premier pool touristique du Mali et l’un des plus importants de l’Afrique de l’Ouest avec environ 5 000 touristes par an, tourisme visant entre autres la ville de Mopti, le pays Dogon, la ville de Djénné et le Delta intérieur du Niger.
  • Premier port commercial et de pêche du Mali et continental de l’Afrique de l’Ouest avec le traitement d’environ 40 000 tonnes de poissons par an.
  • Premier Centre artistique pour le travail de l’artisanat, de la poterie et de la bijouterie traditionnelle.
  • Premier Centre de traitement, de conditionnement et d’exportation des objets d’art et des produits antiquaires.
  • Grand Centre de brassage des diverses ethnies du Mali mais aussi de l’Afrique de l’Ouest, ceci en fait une commune cosmopolite, riche en diversité linguistique, artistique et culturelle.

En termes économique et financier, la Commune de Mopti est un pool important. Mais avec la crise sécuritaire qui a secoué notre le Mali ces dernières années, tend à perdre ce statut grâce à la diminution de l’eau du fleuve et l’absence totale des touristes dans la Venise Malienne.

Rappelons que Mopti avait 15 à 30 milliards de transactions pour les produits de la pêche ;

  • 20 à 40 milliards de transactions du bétail et des produits animaux ;
  • 20 à 40 milliards pour les flux commerciaux liés aux transports fluviaux ;
  • 40 à 60 milliards pour les flux commerciaux liés au transport par route.

Ces données qui sont des estimations, prouvent que la Commune de Mopti est un pool commercial et financier très important et pourrait encore reprendre sa place de choix dans le pays après sa traversée du désert engendrée par la crise sécuritaire qu’a connue le Mali.

 

Commune Urbaine  de Mopti :

Une Collectivité de développement socio-économique rassurante

 

Dans ces dernières années, la Mairie de la Commune Urbaine de Mopti, en partenariat avec ses Partenaires Techniques et Financiers (PTF) (locaux, nationaux et extérieurs), a fait des réalisations structurantes. Et, cela dans presque tous les secteurs socio-économiques de base.

De 2004 à nos jours, le visage de la Commune de Mopti a changé même si quelques problèmes existent encore par-ci, par-là

 

  • Infrastructures Scolaires : Dans ce domaine, il y a eu la construction et l’équipement de plusieurs salles de classes. Trois (03) ont été construites et équipées au Groupe Scolaire Robert Cissé (Gangal) ; trois (03) au Groupe Scolaire Bocari Ouologuem (Sévaré I), trois (03) au Groupe Scolaire Bayon Djénépo (Médina-coura), trois (03), au Groupe Scolaire Abdoul Niang (Toguel), trois (03) avec Direction et Latrines au Groupe Scolaire des Logements Sociaux, sept (07) autres salles de classes on été réhabilitées dont trois (03) au Groupe scolaire Bayon Djénépo et quatre (04) au Groupe scolaire Samassory Nienta. Ce sont vingt (20) blocs de trois (03) latrines et trente (30) bornes fontaines dans onze (11) Groupes scolaires dans la commune de Mopti (projet réalisé en 2006 à nos jours).

Il y a eu également six (06) autres classes construites et équipées au Groupe scolaire de Barigoudaga. Deux (02) bureaux-magasins et douze (12) blocs de trois (03) latrines ont été aussi construites (2007-2010). Toutes ces infrastructures scolaires ont été réalisées grâce à l’appui technique et financier de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) et l’Agence Nationale d’Investissement des collectivités Territoriales (ANICT).

 

  • Infrastructures sanitaires : En 2007, le volet santé n’a pas été oublié par les autorités communales. C’est ainsi que six (06) centres de santé communautaires (CSCOM) ont été réhabilités et dotés en équipements médicaux essentiels pour améliorer la qualité des soins. Le CSRF (Centre de Santé de Référence) du cercle de Mopti a également eu sa part. Car, il a été doté en échographe et l’hôpital Sominé Dolo en Manographe.

Les autorités communales ont également pensé aux Ressources humaines, à la qualité du personnel. Pour ce faire, l’accent a été mis sur la formation et la sensibilisation avec la formation des Médecins chefs de poste des (CSCOM) et les Matrones en qualité de soins et suivi de grossesse ; la formation des sages femmes et infirmiers en pré-natalité ; la formation des Présidents des Associations de santé communautaire (ASACO) à l’approche communautaire, la mise en place des caisses coopératives et la sensibilisation de la population assurée par l’ONG Action-Mopti dans le but d’améliorer la fréquentation des CSCOM.

Aussi, les frais d’indemnités et salaires des agents de suivi, des sages-femmes, infirmiers et gardiens ont été pris en charge.

 

  • Voirie et Assainissement : La voirie et l’Assainissement ont été au Centre des préoccupations des autorités communales de Mopti de 2004 à nos jours.

Pour mobiliser l’ensemble des acteurs autour de cette question, une Table Ronde des Partenaires  Techniques et Financiers autour de l’assainissement de Mopti, tenue du 4 au 5 Novembre 2008 a été organisée.

Plusieurs réalisations ont été faites dans le domaine de la voirie et de l’assainissement même si encore quelques difficultés persistent dans ce domaine.

  • Parmi ces exploits, on peut noter la signature de convention de délégation des stations d’épuration avec l’Agence Nationale de Gestion des stations d’Epuration du Mali ; la Révision du plan stratégique d’assainissement de Mopti inscrit dans le programme gouvernemental (Réalisé en 2008)
  • C’est ainsi que dans le cadre du projet d’assainissement Pilote de Mossinkoré, Bougoufié (tout à l’égout), un projet qui couvre 6,81 ha, 115 concessions de 243 ménages ont été raccordés ; 9753 m2 de pavées en béton auto bloquant. La station d’épuration fonctionne par lagunage et comprend : un décanteur de 2,5 m de hauteur utile et 2 de diamètre ; un bassin facultatif de 4593 m2 de volume et trois (03) bassins de maturation montés en série de 500 m3 de volume chacun (Réalisé en 2004).
  • Le projet d’assainissement de Komoguel I (tout à l’égout) a couvert six (06) rues de Komoguel I, 64 concessions raccordés 4 600 m2 de pavées en déchets plastics autobloquant. La station de traitement fonctionne par sédimentation. Elle comprend un décanteur de 1,5 m de large, 2,9 m de long et une hauteur utile de 1,5 m ; une entrée, un exutoire et une canalisation de viande en tuyauterie PVC de 2 plaques en BA par piège de graisse et un(01) dégrilleur (réalisé en 2009).
  • Le projet de pavage de l’Avenue de l’Indépendance Komoguel I qui a été réalisé en 2010, a porté sur le pavage des accotements de la voie et la réhabilitation des berges entre la mosquée et le rond point. Dans le cadre de ce même projet, il y a eu la pose de 3564 m2 de pavées de grés taillée, la fourniture et la pose de 449 ml de bordure en béton.
  • En 2009, il ya eu le projet de réhabilitation partielle des berges du port de Mopti qui a concerné 204 ml de berges. Il s’agit de la reconstruction de muret décoratif, la construction de 4 m de trottoir, la reprise des escaliers et la reprise partielle des quais et talus.
  • En 2007, il y a eu la réalisation de nouveaux caniveaux à Sévaré secteur I et à Mossinkoré. Ce projet a porté sur la construction de 1182 ml de caniveau à ciel couvert à Sévaré I et 647 ml de caniveau revêtu en dalle en concave à Mossinkoré.
  • De 2005 à 2006, Sévaré secteur II et Toguel se sont vues aussi concerner par la réalisation de nouveaux caniveaux. Cette réalisation a porté sur la construction de 1 200 ml de caniveau à ciel couvert  à Sévaré II et 600 ml de caniveau à ciel couvert à Toguel.

Toujours de 2005 à 2006, il y a eu la réalisation de deux (02) puits à grand diamètre à Barigoudaga.

  • En 2007, des voies communales ont été bitumées parmi lesquelles : l’Avenue Mamadou Konaté, Modibo Kéïta en revêtement bicouche, la Rue Montagne et de la poste revêtue en enrobé.

 

  • Equipement de Structures et Divers :

En 2005, le Maire Oumar Papa Bathily et son équipe ont repris la réhabilitation de l’Hôtel de ville de Mopti en reprenant les vitres, la peinture, la menuiserie, la plomberie et sanitaire et la réhabilitation du jardin.

En 2007, le marché de Médina-coura a été construit avec un hangar de 150 places, deux (02) magasins.

En 2009, la Maison de l’Alliance Franco-malienne de Mopti a été construite comprenant une (01) salle de spectacle de 400 places ; un (01) cafétéria ; quatre (04) salles de classes de formation ; une (01) bibliothèque et un (01) ensemble de trois (03) bureaux pour l’Administration

 

Mobilisation des ressources et salaires :

Le cap maintenu malgré tout

 

Le contexte de rareté des ressources financières de notre pays oblige les collectivités territoriales notamment les communes à améliorer et mieux assainir leurs finances. C’est ainsi que la Mairie de la Commune Urbaine de Mopti a élaboré un plan d’action d’amélioration de la maîtrise et la mobilisation des ressources financières de la commune qui a nécessité une approche participative, impliquant l’ensemble des acteurs concernés. L’objectif recherché est d’accroître la mobilisation des ressources financières de la commune.

Les activités économiques majeures de la ville de Mopti sont le commerce, la pêche, l’élevage, l’agriculture, le tourisme et l’artisanat. En plus de ces activités, la Mairie de Mopti dispose d’importants équipements marchants dont la plupart sont en gestion déléguée. Parmi ces équipements marchands, on peut citer entre autres : le marché principal de Sévaré ; le Marché Sakorowel ; le Marché Bougoufié ; le Marché de Médina-coura ; le Marché Ottawa ; 35 nouvelles boutiques, les gares routières, la station Taxis ; quatre (04) latrines ; le Marché de bétail de Taïkiry ; le Marché de moutons sise dans le bas-fond ; le parc de vaccination de Taïkiry ; le Marché Hidji Traoré ; le port de pêche ; Alizé (Dancing) ; le Centre de Formation (coupe et couture) ; le campement ; la Fourrière municipale ; le poste de sortie de véhicule.

Malgré la mobilisation timide des ressources engendrées par ces équipements marchands et le non payement des taxes et impôts par les populations, la Mairie de Mopti arrive à subvenir à certains de ses problèmes parmi lesquels le payement régulier des salaires de ses agents.

 

 

Administration Communale :

Une équipe où chacun joue convenablement sa partition

 

Le conseil communal : l’organe décisionnel de la commune est le conseil municipal composé de 33 membres dont quatre (04) femmes qui prennent toutes les décisions concernant la vie de la commune par délibération.

L’organe d’exécution du conseil municipal est le bureau municipal composé du Maire et ses quatre (04) adjoints.

 

Liste des différents Maires et Présidents de Délégations Spéciales qui se sont succédés à la tête de la Mairie de la Commune de Mopti

 

  1. Monsieur BAREMA BOCOUM : US-RDA Maire  d’Octobre 1956 à  Novembre 1967

 

  1. Monsieur KISSO ABDOU CISSE : Adjoint au Commandant de Cercle de Mopti, Président de la Délégation Spéciale de Novembre 1967 à Avril 1968.

 

  1. Monsieur OUMAR TEMBELY : Ingénieur Topographe, Président de la  Délégation Spéciale d’Avril 1968 à Novembre 1969.

 

  1. Lieutenant CHEICK SIDIBE: Officier de l’Armée, Président de la Délégation Spéciale de Novembre 1969 à Janvier 1973.

 

  1. Monsieur MAMOUDOU BARRY: Ingénieur Topographe, Président de la  Délégation Spéciale de Janvier 1973 à Janvier 1978.

 

  1. Monsieur OUMAR TEMBELY : Ingénieur Topographe, Président de la Délégation Spéciale Janvier 1978 à Décembre 1979.

 

  1. Monsieur OUMAR TEMBELY: Ingénieur Topographe, Maire élu de Décembre 1979 à Octobre 1985

 

  1. Monsieur SORY KONAKE: Inspecteur de l’Enseignement Fondamental, Maire élu d’Octobre 1985 à Octobre 1988.

 

  1. Monsieur OUMAR TEMBELY : Ingénieur Topographe,  Maire élu d’Octobre 1988 à Juillet 1991.

 

  1. Monsieur IBRAHIMA TEMBELY : Directeur d’Ecole en Retraite, Président de la  Délégation Spéciale de Juillet 1991 à  Avril 1992.

 

  1. Monsieur AHMADOU KISSO CISSE : Avocat, Maire élu d’Avril 1992 à Août 1997.

 

  1. Monsieur  SEYDOU KALIFA TRAORE : 1er Adjoint au Commandant de Cercle, Président de la Délégation Spéciale d’Août 1997 à  Juillet 1998.

 

  1. Monsieur AHMADOU KISSO CISSE: Avocat,  Maire élu de Juillet 1998 à Janvier 2004.

 

  1. Monsieur ABDRAMANE TANGARA : Administrateur Civil, Président de la Délégation Spéciale de Janvier 2004 à Juin 2004.

 

  1. Monsieur  OUMAR BATHILY : Administrateur Civil, Maire élu de Juillet 2004 à Juin 2009.

 

  1. Monsieur  OUMAR BATHILY : Administrateur Civil, Maire élu de Juin 2009 à nos jours.

 

La Mairie de la commune urbaine de Mopti dispose de quatre (04) services municipaux composé de plus de 130 agents pour exécuter les décisions et programmes du conseil municipal.

Pour la bonne exécution des tâches, un comité de coordination est mis en place et composé des chefs de services municipaux avec à sa tête le Secrétaire Général qui anime et gère les activités de la commune sous l’autorité du Maire.

Le Secrétaire Général de la Mairie, Monsieur Joachim Traoré, est appuyé dans ses tâches par une équipe dynamique et dévouée composé des chefs de services Techniques qui sont :

  • Mohamed Diakité: Chef de Service Financier et Comptable.
  • Magan Traoré : Chef des Services Techniques
  • Ousmane Sawadogo : Chargé du Budget
  • Dabassy Keïta : Chef de la Section Informatique.
  • Massoum Djénépo : Chef Service Développement
  • Chouaïdou Diallo : Chef de Section Salaires.
  • Moussa Touré : Service juridique.
  • Hamadoun Bocoum : Chef de Section Domaniale.
  • Sory Bréhima Dembélé : Secrétaire particulier du Maire.
  • Madame Touré Djouldé Napo : Secrétaire particulière du Secrétaire Général.

 

Coopération Décentralisée et partenariat

inter-communalité : Ces amis de toujours

 

La Coopération Décentralisée se définit comme l’ensemble des actions de coopération locale, nationale, sous-régionale et internationale menées par les collectivités. Elle a pour objet de nouer des relations d’amitié ou de jumelage ; de contribuer à des acteurs locaux ; de gérer les services publics d’intérêt commun ; d’échanger des savoir-faire en matière de gestion publique locale. A la fois autonome et complémentaire de celle de l’Etat, la coopération décentralisée est une action extérieure menée par une ou plusieurs collectivités territoriales. Elle est aussi appelée de manière plus informelle : « Coopération » ou « Diplomatie des Territoires ».

La Coopération Décentralisée ou Diplomatie des Territoires a aujourd’hui pris une ampleur locale, nationale, sous-régionale et internationale, et regroupe des activités très diverses entre la commune urbaine de Mopti et plusieurs villes de l’intérieur et de l’extérieur. C’est dans ce cadre qu’elle a passé des conventions et signé des protocoles de Partenariat, de Jumelage et de coopération avec des collectivités maliennes et étrangères dans un esprit de solidarité et de développement local basé sur des domaines comme : la gouvernance locale, l’assainissement, l’eau, l’éducation, la santé, l’écotourisme, la culture etc.

C’est ainsi que la ville de Mopti a signé des protocoles de Partenariat et de Jumelage avec des villes comme : la Commune de Dialakoroba dans le Cercle de Kati (Mali) ; la Commune II de Bamako(Mali) ; la Commune de Kumassi (Ghana) ; Bouaké (Côte d’Ivoire) ; Kindia (Guinée) ; Port Gentil (Congo) ; Mortagne au Perche (France) ; Maurepas (France) ; Ouéhigouya (Burkina Faso).

 

Partenaires Techniques et Financiers (PTF) :

Des primes à la bonne gouvernance locale

 

Dans l’optique d’assurer le développement socio-économique de la commune urbaine de Mopti, le Maire Oumar Papa Bathily et son conseil communal se sont battus et se battent encore pour chercher des PTF. Leurs efforts ont porté fruit. C’est pourquoi, dans le cadre de l’appui au développement socio-économique de Mopti, panel de Partenaires Techniques et Financiers interviennent dans divers domaines (infrastructures scolaires, sanitaires et routières ; l’éducation, l’assainissement etc.)

Parmi ces PTF, nous avons entre autres : l’ONG Action Mopti, l’ONG PROTOS, DRDES/PDSU, Fondation Aga KHAN ; PRPM (Projet de Réduction de la Pauvreté à Mopti), Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) ; Agence Nationale des Investissements des collectivités Territoriales (ANICT), Groupe Pivot-Santé-Population, AGETIPE-Mali ; le Service de Coopération et Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France, la Ville de Maurepas en France ; Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), le PACUM (Projet d’Appui aux Communes Urbaines du Mali) de la Banque Mondiale.

 

Le Projet d’Appui aux Communes Urbaines du Mali (PACUM) :

Un Partenaire Technique et Financier phare

 

La commune urbaine de Mopti bénéficie du financement du PACUM dans le cadre des grands investissements de développement. C’est ainsi qu’en application des dispositions de l’Accord de crédit IDA-n° 4966.ML conclu le 27 Juillet 2011 à Bamako entre le Gouvernement de la République du Mali et le Groupe de la Banque Mondiale pour le financement du Projet d’Appui aux communes urbaines du Mali (PACUM), la Banque Mondiale a fait transférer, le 23 Septembre 2014, la somme d’un Milliard Six Cents Quatre Vingt Quatorze Millions Soixante Mille de francs CFA (1 694 060 000 F CFA), représentant la totalité des dotations allouées aux villes participantes au projet au terme de l’évaluation de leurs performances en 2013. C’est ainsi que la commune urbaine de Mopti s’est levée avec la part du lion avec la bagatelle de Deux Cents Quarante Cinq Millions Deux Cent Vingt Mille Francs CFA (245 220 000 F CFA).

Toujours dans le cadre de la mise en œuvre du PACUM, notamment en application des dispositions du Manuel d’Exécution du projet, il a été procédé à l’évaluation des performances des communes bénéficiaires enregistrées au  cours de l’exercice budgétaire 2014. Sur la base des conclusions de l’Equipe Indépendante d’Evaluation des performances des villes participantes au projet, le Comité d’Orientation du Projet, au cours de sa 9ème Session Ordinaire du 29 Septembre 2015 a formulé des propositions d’allocation des dotations au titre de l’exercice budgétaire 2016. Au regard de l’avis de non objection de la Banque Mondiale du 11 Octobre 2015 suite à sa saisine suivant la lettre N° 858 MUH-SG du 08 Octobre 2015, il a été notifié à la commune urbaine de Mopti ses performances et ses dotations respectives :

  • Dotation de base : 348,71 Millions de FCFA ;
  • Dotation de performance : 348,71 Millions de FCFA ;
  • Récupération de Dotation de 2015 : sans objet
  • Dotation totale à allouer 2016 : 697,42 Millions de FCFA.

Ces dotations sont allouées à la commune urbaine de Mopti pour financer les investissements déjà inscrits dans son Plan Triennal d’Investissement (PTI) 2016-2018 et doivent être repris dans ses budgets de 2016.

Sur fonds PACUM, de grandes réalisations ont été faites parmi lesquelles la Rue 62 et 64 de Komoguel II et la Rue 50 de Sévaré de III, pour un coût total de près de 450 Millions de FCFA.

Bientôt, un autre grand chantier débutera toujours sur financement du PACUM. Il s’agit des travaux d’aménagement du Pagué Danawal pour un coût de 790 Millions de FCFA.

 

 

Ossan KONATE

 

 

 

PARTAGER