Conférence locale de la jeunesse de Bougouni : « Une jeunesse engagée est un développement national assuré »

0

Conférence locale de la jeunesse de Bougouni C’était le 19 avril 2014, la salle Adjadeni du Complexe Culturel Siraba Togola de Bougouni a abrité la conférence locale de la jeunesse initiée par le bureau de Bougouni en partenariat avec le bureau national du Conseil National de la Jeunesse (CNJ).

 

 

Présidé par l’adjoint au préfet M. Dieudonné Sagara, la conférence a été animée par Pr. Abdoulaye Sall, ex-ministre chargé des relations entre les institutions et M. Ousmane Faty, président du tribunal de Bougouni.

 

 

La conférence dont le thème était : « jeunesse et engagement citoyen » a permis au public de cerner tous les contours des droits et devoirs du citoyen en général et de la jeunesse en particulier.

 

 

Dans un entretien qu’il nous a accordé, M. Sékou Mariko communément appelé Sékouba, président du Conseil local de la jeunesse (CLJ) de Bougouni a exprimé ses bonnes impressions sur le déroulement des activités et surtout sur la clarté des conférenciers dans leurs interventions.

 

 

Selon Sékou Mariko cette conférence avait pour objectifs de renforcer l’information et la communication de la jeunesse sur la citoyenneté, car la crise que vient de connaître notre pays est due au fait que la notion de citoyenneté n’a pas été développée chez les uns et les autres. «Quand on parle d’épanouissement de la jeunesse, il s’agit de mettre cette couche sociale au travail, l’exhorter à éviter de croiser les bras. Quand la jeunesse se mettra au travail, c’est dans cette exaltante mission que nous allons réussir. Il faut que la jeunesse connaisse ses devoirs ; en faisant ses devoirs on réclame ses droits. C’est pourquoi, moi, je dis : une jeunesse engagée est un développement national assuré».

 

 

Le président du CLJ de Bougouni a conclu son entretien en lançant un cri de cœur à tous les jeunes afin qu’ils se donnent la main et déclencher le réveil de conscience, faire face à la construction du cercle et à celle de la nation.

Kalifa Sangaré

PARTAGER