Affaire Yelimané : Les députés donnent leur part de vérité

10

La semaine dernière, c’est par l’interpellation d’un leader d’association incitant les populations à refuser de payer les impôts à Yelimané, dans la région de Kayes, que les observateurs ont eu  les yeux rivés sur cette partie sud du Mali. A l’étranger, les ressortissants de Yelimané assiègent les consulats du Mali à Paris puis à New York. A Yelimané également, une manifestation est fortement réprimée mardi par les forces de l’ordre. De quoi s’agit-il ? Que s’est-il passé ? Qui a fait quoi ? Comment venir au bout du problème ? Les députés élus à Yelimané donnent ici leur version au cours d’une conférence de presse ce matin à la maison de la presse du Mali. 

Bamako- 14/05/2016-Tout est parti, selon l’honorable Soukouna, de la veille des élections législatives de 2013. A cette époque, certaines personnes de la diaspora, prônant la réduction d’une somme de 1.000 FCFA sur 2.135 FCFA, fixés par le Code des Impôts en République du Mali pour chaque citoyen, les ont approchés (candidats à la députation) pour le problème.

A en croire le député, les leaders de l’Association Yelimané Dagakané, à l’origine de la révolte, tenaient à ce que les 2135 FCFA constituant la taxe de développement régional et local (TDRL) soient revus à la baisse du simple fait qu’il ne s’agissait que de 1.135 FCFA à l’origine. Les 1.000 FCFA supplémentaires étaient, selon les frondeurs, une contribution volontaire que les responsables de l’ex-parti unique UDPM de l’époque avaient instaurée pour la construction du siège du parti et l’achat d’un véhicule pour le parti UDPM.

En réponse, se défend le député, « nous avions répondu que si nous sommes élus, nous allons organiser une rencontre entre les élus, les autorités locales (le préfet), les chefs de villages et les notabilités de Yelimané pour débattre de la question, c’est ce que nous avons fait lors de notre restitution de 2015 en donnant la parole à tous les acteurs ».

Toutefois, pour  répondre à la demande, c’est le débat, selon le conférencier, qui a démontré que  l’ensemble des 12 communes de Yelimané présentent une situation financière déficitaire. Ce qui leur a paru impossible de décider d’une quelconque diminution des taxes et d’impôts.

Entretemps, regrette, le député qui s’investissait à connaitre davantage sur les conditions de fixation des TDRL, ‘’l’Association Yelimané Dagakané’’ a sillonné toutes les communes en incitant la population à la désobéissance. Autrement, à ne pas payer les impôts tant que la réduction demandée de 1000 FCFA n’est pas exécutée.

Or, c’est l’Etat dans sa politique de mise en place des collectivités décentralisées, à la veille des années 1992, qui a fixé les TDRL en fonction des revenus locaux selon les localités, sur toute l’étendue du territoire national, fait remarquer l’honorable Gassama, qui ajoute qu’à Yelimané où depuis vingt ans, la TDRL est à 2.135 FCFA, c’est la somme des différentes taxes qui a donné ledit montant.

Invités cependant, à se présenter devant le ministre de l’Administration territoriale pour s’informer sur les TDRL, les députés déplorent que les leaders de l’association Yelimané Dagakané aient refusé, tout en organisant sur place la marche qui occasionnera des arrestations, et révoltera la diaspora.

Enfin, le député Mamadou Gassama, colistier de l’honorable Soukouna, lui, est formel : il s’agit d’une affaire qui a été politisée par certains partis de la majorité qui y ont un problème existentiel et sont prêts à mettre Yelimané à feu et à sang pour s’implanter. Ce qui, conclut-il, ne nous effraie pas, car nous sommes toujours sereins avec nos bases, et à tous ces fauteurs de troubles, nous disons de faire attention !, ndlr…

A ceux-là également qui jurent que Yelimané paie l’impôt plus que toutes les contrées du Mali, l’honorable Gassama qui se veut légaliste, brandit un extrait du code des impôts en République du Mali (voir fac-similé).

Issiaka M Tamboura (maliweb.net)

fax gassama

faxgassama1

 

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. Ces députés ne connaissent rien ils sont entrain d’enfoncer Yélimané pour leurs intérêts personnels. Ils sont foncièrement méchants d’ailleurs il y a un qui ne peut même pas prendre langue avec la population de son village natal, tellement qu’il est mauvais et calculateur.
    Qu’ils s’attaquent aux vrais problèmes du développement, l’eau et l’électricité qui manquent depuis plus d’une année dans un chef lieu de cercle. Ce que je peux dire les électeurs ne peuvent s’apprendre qu’à eux mêmes, si comment élire des personnes qui n’ont aucune ambition pour la zone.

  2. Bien entedu les citoyens de Yelimane sont d’accord de payer le “limbo” quelque soit le taux si ces memes “limbos” servaient a des reinvestissements dans leurs communes (des ecoles, des centres de sante, des routes, des orphelinats etc..). Mais helas par contre payer de limbo pour que le débutés multi-milliardaires pavanent en votre nom a Bamako est toujoursreprehensible au coeur! Or selon certains citoyens de Yelimane ….. “il n’ont rien fait la bas”!

  3. je pense que les gens doivent ouvrir les yeux en faisant leur choix , pensez vous qu’on est élu pour insulter ? quelle est la valeur ajoutée de ce sal député sur la gestion de Yélimane , tant pis pour Yélimané s’ils ne sont pas capable de faire un bon choix c’est leur problème , ils verront les autres localités progressées pour le bien être de la population.

    Au lieu d’aller crier en France , A New York, il faudra commencer à mettre de l’ordre chez vous , cette communauté pense que parler la langue de Molière , on est fort et on est capable , allez y voir à Yélimane , c’est le dernier cercle au Mali aujourd’hui , ils n’ont même pas d’électricité , pas d’eau potable, aucune infrastructure digne de nom, le CSREF est une catastrophe, la vie de Yélimane se repose sur le dos des braves femmes qui mouillent le maillot à la longueur de la journée dans les différents périmètres maraichers , n’eut été cette activité , tout yélimane serait mort de la malnutrition et encore mieux c’est la ville la plus chaude au monde après Djibouti.

    Bravo au PAM , grâce à ses interventions dans le domaine de la santé , de l’éducation à travers les cantines Scolaires et de la sécurité Alimentaire ;
    Arrêtez d’élire des gens qui ne sont pas capables

  4. Si c’est de Paris ou de News York qu’ils peuvent changer quelque ils n’ont qu’à y aller
    Nous aussi à Sikasso nous allons demander la même réduction
    Et comme j’ai la double nationalité et résidant à Forback je vais demander aussi la réduction de mes impôts en france j’irai faire du sitting à la préfecture
    Tout cela pour vous dire que c’est la loi et que vous ne pouvez que dalle
    Ne vous fatiguez pas

  5. C est lui meme Gassama qui a dit lá somme qui reste apres les impots maintenant il se contredit lui meme

Comments are closed.