Gossi : L’AEN cède ses locaux à l’ier

0
0

Implantés sur environ 8 ha, ces bâtiments se composent de bureaux, de chambres de passage et de salles de formation

Le ministre de l’Agriculture Agatam ag Alhassane a assisté le vendredi 16 décembre au transfert des locaux de l’Aide à l’Eglise norvégienne (AEN) de Gossi au profit de l’Institut d’économie rurale (IER). L’événement a mobilisé tous les acteurs politiques, administratifs et surtout techniques, notamment la représentation régionale du centre régional de la recherche agronomique de Gao (CRRA) couvrant Gao-Tombouctou et Kidal. Les locaux de l’AEN de Gossi, vaste représentation de l’AEN en Afrique de l’ouest, basée à Gossi depuis la grande sécheresse de 1984, sont estimés à environs à 116 881. 247 Fcfa, selon une expertise des services compétents de l’urbanisme basés à Gao.

Les locaux étalés sur environ 8 ha, comprennent des bureaux, des chambres de passage, des salles de formation et qui serviront désormais pour les démembrements à créer une station pour abriter les activités de recherche. Il s’agit entre autres Au nombre de ces activités on peut citer l’élevage, des camelins, des bovins, des ovins/caprins et des volailles ; la gestion des ressources naturelles ; la pisciculture des mares de la zone ; la culture des mil-sorgho–niébé et le maraichage ; les palmiers dattiers et l’agriculture oasienne, sans oublier les changements climatiques. Bala Diabaté, représentant régional de l’AEN en Afrique de l’Ouest a précisé les attentes de sa structure, à savoir le développement des produits animaux et végétaux plus performants et plus aptes à supporter les méfaits du changement climatique.

Auparavant, le coordinateur de l’antenne AEN de Gao, au nom de sa représentation a souligné que l’appui et l’accompagnement des populations des collectivités et de l’Etat dans la conduite des activités économiques rentables constituent un axe fort du cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté. Pour Bino Tené, directeur général de l’IER, son institut va bien diffuser les résultats de recherche en travaillant de façon participative et rapprochée avec les agriculteurs, pêcheurs, éleveurs et exploitants forestiers. A Gossi, singulièrement, notera le DG, les populations, auront accès aux nouvelles variétés de niébé bien appréciées par les populations.

Le ministre de l’Agriculture, au nom du gouvernement, a remercié l’AEN et à travers elle, le Royaume de Norvège pour ce geste significatif et aussi pour toutes les autres actions menées pour promouvoir le développement économique et social de notre pays. Agatam ag Alhassane a rappelé que l’Ong Aide de l’Eglise norvégienne s’est installée dans le Gourma à Gossi, suite à la grande sécheresse de 1984. Elle avait pour mission d’assurer une aide d’urgence en faveur des populations et le développement à long terme de la zone du Gourma. A noter que depuis 2011, l’AEN s’est dotée d’un plan stratégique qui s’articule autour de 3 axes : droit à la paix ; justice et genre ; justice climatique. Des axes entrant en droite ligne dans les recherches menées par l’IER.

A titre indicatif, le problématique du changement climatique est au cœur des activités, à travers le projet intitulé « adaptation de l’élevage et de l’agriculture au changement climatique », financé par le Royaume de la Norvège et le gouvernement malien, dont les activités ont démarré depuis janvier dernier, pour les zones Nord du Mali. La sous-station de Gossi va donner un souffle nouveau au développement agricole de Gossi, dans ses villages, fractions, hameaux. Le directeur régional du centre régional de la recherche agronomique de Gao, Aly Soumaré et ses hommes ne ménageront aucun effort pour remporter ce pari. Après le jujubiers greffé ou pomme du Sahel de Bagoundié à Gao, le CRRA de Gao-Tombouctou – Kidal, pourquoi pas le « garbey » greffé de Gossi.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.