Incursion de gendarmes ivoiriens à Fakola (Sikasso) : Les autorités maliennes interpellées

0

Extorsion de fonds, vague d’arrestations des propriétaires terriens et de bétails, les gendarmes ivoiriens se croient en terrain conquis. Après le passage des djihadistes l’année dernière, Fakola est loin de retrouver la sérénité. Face à cette situation, les autorités maliennes sont fortement interpellées.

A l’origine, de vives altercations entre des paysans maliens qui avaient prêté des terres à des réfugiés ivoiriens. Au moment de rétrocéder ces terres, les ivoiriens se sont raidis en revendiquant la propriété des superficies cultivables. Epaulés par des gendarmes ivoiriens, fusil en bandoulière, qui ont couvert une expédition punitive contre les paysans maliens, soldée par la mort d’un ressortissant de Doïla, frappé de plusieurs coups de gourdin à la tête et de plusieurs blessés. Le succès de l’opération a été tel que d’autres initiatives n’ont pas tardé à germer, notamment le vol de bétail. Les chasseurs du terroir, mis à contribution, ont débusqué les bœufs et les vaches sur le territoire ivoirien, puis les ont conduits à Fakola.  Encore, les gendarmes ivoiriens font à nouveau irruption, met sous bonne escorte les animaux, avec en prime les chasseurs célébrés en héros. Ces derniers sont simplement jetés entre les quatre murs du cachot. Ils n’ont pu humer l’air frais qu’après acquittement de la somme faramineuse de 300 000 F CFA. Puisque sous nos tropiques, l’impunité est leur est garantie, les gendarmes ne semblent point changer le fusil d’épaule. Régulièrement, ils organisent des descentes, soit à l’invitation de leurs compatriotes décidés à exproprier les Maliens de leurs terres soit pour se remplir les poches. D’ailleurs, difficile à l’heure actuelle de dissocier les deux, tant les incursions sont fréquentes.

Informé de la situation, le gouvernement malien garde le profil bas. Au point d’ulcérer Dr Oumar Mariko, leader du parti Sadi (mouvance présidentielle) et député élu à Kolondiéba, à quelques encablures de Fakola, qui s’en est ouvert au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Mais, plus les jours passent plus l’angoisse de Fakola s’intensifie.  D’où l’insistance de l’invitation du Dr Mariko à IBK d’agir vite pour obtenir un arrêt des incursions des gendarmes ivoiriens et d’assurer la protection des populations et de leurs biens.

La Rédaction

PARTAGER