Les souffrances quotidiennes des Kayesiens !

34

kayesL’interpellation du Député, Mahamdou Hawa Gassama en dit long sur la souffrance des Kayesiens notamment sur la dégradation avancée des infrastructures routières de la région de Kayes, le pont de Kayes fortement détérioré avec un risque réel  d’effondrement, la fermeture de l’aéroport Dag-Dag de Kayes etc.

La Chaleur dicte sa loi !

La chaleur n’a pas fini de dicter sa loi dans la Cité des Rails qui souffre et sue, cela, depuis le mois d’avril. Une forte canicule accable les populations de la région (plus de 45° à l’ombre).Un thermomètre flirtant avec des températures qui battent des records. Fuyant la chaleur d’étuve des chambres, les Kayésiens  sont devenus, par la force des choses, noctambules. Ils s’attardent jusqu’aux heures les plus avancées de la nuit, avant de regagner leur plumard.

Les coupures d’électricité et d’eau s’en mêlent !

 Les populations de la Cité des Rails ne savent plus où donner de la tête surtout quand les coupures d’électricité et d’eau s’en mêlent.

Le Carême, le mois béni, n’améliore pas la situation: les activités au ralenti.

A Kayes, le soleil de plomb commence depuis 7h du matin. De 12h à 17h, les activités sont au ralenti et les populations évitent de circuler en ces moments au risque d’être exposées à un soleil brûlant et le jeun rend la tâche encore plus difficile.

La cherté de la vie !

Aujourd’hui, c’est un secret polichinelle de dire que la vie coûte chère dans la Cité des Rails. Tout est cher à Kayes, surtout les denrées de première nécessité.  Les fruits sont intouchables !  Les services sociaux de base  ne sont pas du tout au rendez-vous. Le chômage des jeunes est monnaie courante. Les jeunes bravent les mers à la recherche d’une vie meilleure au risque de leur vie.

Le Pont de Kayes : Le cordon ombilical en agonie !

Reconstruit il y’a seulement quelques années, après un effondrement qui a fait trembler toute l’économie malienne, voilà qu’aujourd’hui les vieux démons ont encore pris leur quartier sous le pont de Kayes. Depuis le 03 mars 2015 ; le pont de Kayes est régulé et faisant patienter les usagers pendant des longs moments souvent sous une chaleur accablante, malgré  les efforts consentis par les autorités locales pour alléger la souffrance le risque demeure. 

Paradoxe !

Et pourtant, Kayes regorge d’immenses ressources naturelles. Force est de constater que ces ressources sont mal exploitées et  inégalement  reparties. L’Or n’a toujours pas brillé pour les Kayesiens. Le sous développement de la 1ère région est notoire et l’absence de l’Etat est assez remarquable dans la réalisation du service minimum pour poser les jalons du développement de Kayes. Bien que Kayes soit la 1ère région contributrice dans les caisses de l’Etat, elle est, dirait-on, loin dernière dans les priorités du Gouvernement du Mali. L’exemple le plus illustrant est l’absence du 2ème pont  dans la Déclaration de la Politique Générale du Premier Ministre, Modibo Keita. La Région se contente seulement de l’apport des migrants qui investissent dans certains secteurs  clés notamment (santé, éducation, adduction d’eau, routes etc.).

 Kayes oublié par le chef du Gouvernement du Mali ?

Comme on le dit souvent et pour répéter les propos de l’Honorable Gassama, la route développe le pays. «A quand le deuxième pont de Kayes, lorsqu’on sait que Kayes est la première région du Mali et carrefour incontournable avec le Sénégal ?» Le Gouvernement devrait-il avoir une priorité pour un 4ème point à Bamako ou à Ségou alors que le « cordon ombilical de l’économie malienne, le pont de Kayes » menace tous les jours de tomber. Savoir diriger, dit-on, c’est pouvoir anticiper ! Un  2ème  pont à  Kayes n’est plus un caprice pour les Kayesiens mais une nécessité pour l’économie malienne !

Boubacar Niane

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

34 COMMENTAIRES

  1. Heureusement que nos députés ont commencé à parler.
    Tout le monde sait ce que le pont de Kayes a apporté à l’économie malienne pendant la crise ivoirienne.
    On ne le souhaite pas, mais s’il y’a un sérieux problème sur la route Kayes -Bamako aujourd’hui, l’axe Mahina -Manantali pouvait aider, mais là aussi il y’a un hic car il n’y a pas de pont et le tronçon Mahinanding-Babaroto long de trois kilomètres devient impraticable depuis les premières pluies.
    La seule route Bamako-Kita-Kéniéba ne peut pas faire soulager la région. L’axe Kayes-Mahina-Manantali dessert deux usines et le Barrage de Manantali.
    Il faut penser aux ponts à Bafoulabe et le tronçon Manantali-Tambaga. Nos parents expatriés ont fait bcp, ils en font encore et continueront à en faire, mais les décideurs doivent aussi y penser.

  2. Ce que j’ai dis toujours le gouvernement n’a jamais considéré les Kayesiens comme les citoyennes Malien. Le gouvernement en train de faire de grande autoroute en double voies entre ségou et bamako ainsi que d’autres régions du Mali. Mais la région de Kayes a été complètement abandonnée depuis 1960. Il faut Kayes prendre son indépendance car l’indifférence avec les autres Malien est impardonnable, les Kayesienne ne sont pas de Malien ce qui le gouvernement du Mali donc ils n’ont rien n’a foutre avec les Kayesiens. Et pourtant sans Kayes le Mali ne sera pas le Mali. Kayesiens révoltez-vous et réveillez-vous, franchement je suis vraiment triste pour les Kayesiens. Sachez que si la région de Kayes aura son indépendance, la région deviendra le pays le plus riche en Afrique je vous promets. Vive la république de Kayes, nous les jeunes Kayesiens aussi nous allons bientôt créer nos propre drapeau, alors le couleur du drapeau pour la république de Kayes vas être le drapeau le plus beau… 😳

  3. Les kayesiens vous vous fatigué pour rien le problème est purement politiques pas de député rpm pas de considération

  4. Nous kayesiens devrions s’en prendre a nous même, qu” au lieu d’investir dans notre capitale regionnale , Nous sommes éparpillé dans les autres régions du mali , est aussi a travers l’Afrique voir le monde entier jouissant des milliards d’investissement. Les multiples personnalités souvent briguants la plut haute fonction de l’état n’ont eu aucun souci d’améliorer les conditions de vie des Kayesiens

  5. Pour une fois le grand pitre I B K du Mandé a raison sur les Kayesiens.
    Ce grand clown avait juré que les Kayesiens allaient payer chaque passage du pont .Chose qu’on ne verra même pas aux U S A grand pays capitaliste au Monde.
    Les kayesiens ne devaient à jamais oublier cet acte du pitre du Mali.
    Au lieu de cela,ce sont ces mêmes Kayesiens qui sont sortis comme des moutons pour aller voter pour I B K ce grand voleur du Mandé.
    Ce charlot au pouvoir a raison de les prendre pour des gueux.
    Ces kayesiens devraient réfléchir avant de voter pour des charlots.Ma famille d’abord.
    Kayes étant potentiellement la première région du Mali reste boudée par toutes les autorités ayant existées au Mali.
    Cela parce que Le Mali est maudit car son développement ne peut se faire que par Kayes.

  6. je crois que region kayes aussi doit demander son independance parceque ce gouvernement n’a intention pour faire quelque chose pour kayes freres kayesiens il faut ouvrir les jeux votre airoport fermer votre degrader depuit 50 ans toujour un seul pont il faut engager le rebellion

  7. Le Mali une caricature de pays… Une belle image…. une douloureuse tout de même…

  8. Mon ami A.N. Samake’ de Sahel Nema peut aider dans le domaine de l’electricite’!!!
    Lorsque j’etais enfant, on avait l’habitude de chanter: “KAYI SIGUI KADI………. KAYI NI YORO MANKA…. SINDI YA BE’ SORO KAYI….”
    Walay je suis entrain de rire!!!
    Ma Cherie G. Maguiraga chantera … KAYI SIGUI MANDI….. GONI YA TIAMAN BE’ KAYI DE LA…. (another bad joke from me.)

  9. Bonjour les kayesiens ça c'est très simple pour mettre en feu sur la main de Gouvernement les ressortissant kayesiens juste arrêté de remplir votre location inps juste un an mais dommages pour les kayesiens surtout soninkés toujours retard ? Si tu veux être un vrai il faut être honnête. Si tu veux être honnête il faut être vrai si tu être vrai soi de toi même?bon courage Mahamadou Hawa Gassama ( doua remain défenseur soninkés plus part qui y t'aime pas tu parles la vérité le soninkés aimerai pa

  10. C est triste bon courage à la poulation KAYESIENNE.
    c est aussi intellegent de TIRER profit de ce qu on a sous la main .
    LA politique de rendre la ville plus verte .selon vos dires les jeunes hommes se sont parti en aventure .. les victimes sont des femmes et enfants .
    ce que j ai à dire :le député dans sa politique doit poussé la population a aimer l arbre .
    * une femme un arbre* fera effet et c est aussi economique etant donné que chaque femme fera taillée son arbre pour avoir du bois pour sa cuisine . il fera bon vivre en temps de canicule. evitons toujour d attendre des autres qui tarde a venir .
    vous savez même si une centrale s installait demain la majorité vivra la même galère.
    commencons par la plus simple des choses pour une vie meilleure. et l emergence arrivera dans son temps.

  11. Voila Kayes aussi qui se plaingne de sa situation soco-économique et pourtant elle ( la région ) ne se trouve pas au NORD du pays. Sans l’application de l’accord dit de paix et consort les veillités…… vont se faire entendre de part et d’autre de la NATION MALI.
    Je pleures pour l’avenir de mon pays avec la nouvelle REGIONALISATION voire la PARTITION DU PAYS…..

  12. SI VOUS VOULEZ L ARRET DEFINITF DES COUPURES D ELECTRICITE IL FAUT NOUS ACHETER UNE CENTRALE

    CAR ON EST LES MELLEURS AU MONDE !

    First Solar a été fondé en 1999 à Tempe, en Arizona (États-Unis). L’entreprise est née à la suite de la vente de Solar Cell Inc. (SCI) à True North Partners (une entreprise appartenant à la famille Walton, fondatrice de Walmart). First Solar est actuellement dirigé par Michael J. Ahearn, qui fut aussi son premier PDG. L’exploitation commerciale des panneaux photovoltaïques a débuté en 2002, puis l’entreprise s’est développée avec la mise en place d’une nouvelle chaîne de production à Perrysburg (Ohio) et de quatre autres en Allemagne.

    En 2006, First Solar a atteint un rythme annuel de production de 100 MW. La même année, l’entreprise a annoncé la construction de 16 nouvelles lignes de production à Kulim, en Malaisie et a fait son entrée à la Bourse technologique du NASDAQ, où elle est toujours cotée7. En 2009, First Solar a investi dans deux nouvelles usines en Malaisie, chacune constituée de 4 lignes de production.

    À l’été 2009, l’entreprise a annoncé sa volonté de construire un site de production en France : l’usine de Blanquefort, en Aquitaine, devait représenter le plus grand centre de production de panneaux photovoltaïques français et contribuer à la création de quelque 400 emplois. Le 17 décembre 2010, la création de cette usine a été suspendue, suite aux incertitudes liées aux changements intervenus dans la politique française en matière d’énergies renouvelables. Pour First Solar et son partenaire EDF Énergies Nouvelles (EDF EN), les conditions politiques actuelles ne permettent pas de bénéficier de la visibilité et du cadre légal nécessaires à la réalisation d’investissements de grande ampleur.

    En 2011, First Solar a démarré la construction d’un nouveau site de production aux États-Unis (Arizona).

    En juillet 2010, l’entreprise a créé en son sein une entité dédiée aux systèmes de distribution d’énergie afin de répondre aux besoins du marché des systèmes et solutions photovoltaïques à grande échelle. Tout en continuant à commercialiser panneaux solaires et projets clés en main – incluant ingénierie, processus d’achat, construction, opérations et services d’entretien -, cette entité a vocation à apporter son soutien aux fournisseurs d’énergie sur la base d’un modèle économique intégré, fondé sur son portefeuille de produits.

    En 2010, First Solar a également fait son entrée au sein de l’indice boursier S&P 500. C’est la première fois qu’une entreprise du secteur solaire intègre cet indice.

    En avril 2012, First Solar a annoncé la restructuration de ses activités au niveau mondial8. En Allemagne, le site de Francfort-sur-l’Oder sera fermée d’ici fin 2012. Cette réorganisation des activités doit permettre de mieux adapter l’offre aux besoins du marché et de réduire les coûts de First Solar de 30 à 60 millions de dollars en 2012.

    Production[modifier | modifier le code]

    En juillet 2011, First Solar a établi un nouveau record mondial en atteignant une efficacité de conversion de 17,3 % pour ses panneaux solaires à base de tellurure de cadmium. Validé par le laboratoire national des énergies renouvelables américain (NREL)9, ce record dépasse celui de 16,7 % établi par l’entreprise en 2011. En janvier 2012, les panneaux First Solar ont encore amélioré leur efficacité à hauteur de 14,4 %10.

    Ils ont en outre reçu en juillet 2011 la certification internationale 61701 IEC qui confirme que cette technologie à couche mince peut être utilisée sous diverses conditions d’exploitation, y compris en milieu côtier11.

    Au premier trimestre 2012, les capacités de production de First Solar s’élève à 70 MW par ligne de fabrication et le rendement de conversion photovoltaïque moyen par panneau, à 12,4 %, soit une augmentation significative par rapport à 2003 où le rendement moyen était d’environ 7 %. En avril 2012, l’entreprise a prévu une diminution de sa production pour 2012 de 1,68 GW, du fait de la surcapacité observée sur le marché mondial8.

    Recyclage[modifier | modifier le code]

    First Solar est la première entreprise de l’industrie photovoltaïque à mettre en œuvre un programme de collecte et de recyclage préfinancé de ses panneaux photovoltaïques12. Les propriétaires de panneaux First Solar peuvent à tout moment demander à l’entreprise de les récupérer et de les recycler13. Selon First Solar, jusqu’à 95 % du matériel semi-conducteur peut être récupéré dans le cadre d’un circuit de recyclage fermé et servir à construire de nouveaux panneaux photovoltaïques. Le verre peut également être réutilisé à 90 % pour fabriquer d’autres produits. Le programme est financé par une contribution intégrée au prix de vente des panneaux. Cette contribution est versée sur un compte dédié et soumis à un contrôle indépendant. Le recyclage des panneaux s’en trouve ainsi assuré sur le long terme, indépendamment de First Solar. Hormis ce système propre à First Solar, la plupart des fabricants européens se sont engagés, comme First Solar, au sein de l’association professionnelle PV Cycle, à mettre en place un système de collecte et de recyclage des panneaux, quelle que soit leur marque. Les entreprises assument ainsi leurs responsabilités pendant toute la durée de vie des panneaux et, conformément au principe de conservation des ressources naturelles, font leur possible pour garantir leur réutilisation14.

    Développement[modifier | modifier le code]

    First Solar vend ses produits à des promoteurs de projets photovoltaïques, des intégrateurs de systèmes photovoltaïques et des organismes publics. C’est en Allemagne que les ventes ont démarré le plus rapidement grâce à la politique de ce pays en faveur des énergies renouvelables et plus particulièrement de l’énergie solaire mise en place en 2000 (Loi sur les sources d’énergies renouvelables).

    En Amérique du Nord et en Australie, First Solar développe également un certain nombre de projets. L’entreprise a déjà construit une centrale solaire de 21 MW à Blythe, en Californie, ainsi qu’une centrale solaire de 80 MW à Sarnia en Ontario (Canada). Le site de Sarnia fait figure de plus grand parc solaire du Canada.

    Deux des plus grands sites solaires du monde, représentant chacun 550 MW, sont actuellement développés en Californie par First Solar : la ferme solaire Topaz et celle de Desert Sunlight. À eux deux, ces projets fourniront l’électricité nécessaire à 320 000 foyers californiens, évitant l’émission d’environ 600 000 tonnes métriques de CO2 par an, soit l’équivalent de plus de 100 000 voitures évitées sur la route.

    First Solar a par ailleurs noué plusieurs partenariats à travers le monde. En 2007, des contrats ont été signés avec EDF EN, Séchilienne-Sidec, Rio Énergie et Sun Edison15,16. Ils viennent s’ajouter aux partenariats conclus avec Belectric, Colexon Energy AG, Conergy AG, Gehrlicher Umweltschonende Energiesysteme GmbH, Juwi Solar GmbH17 et Phoenix Solar AG. En mai 2009, First Solar a également conclu un accord avec Pfalzsolar GmbH et la société italienne Energy Resources. En 2010, First Solar s’est associé au projet Desertec18, qui vise à construire de vastes centrales solaires en Afrique du Nord. Celles-ci produiront de l’électricité aussi bien pour la consommation locale que pour l’exportation vers l’Europe. En 2010 et 2011, First Solar a signé des accords de fourniture de panneaux solaires pour des projets locaux avec les leaders indiens ACME Tele Power Ltd. et Moser Baer India Ltd19.En mai 2011, First Solar et China Power International New Energy ont signé un contrat de coopération pour des projets potentiels en Chine, aux États-Unis et sur d’autres marchés internationaux.

    First Solar en France[modifier | modifier le code]

    En France, First Solar mène à bien plusieurs projets de centrales solaires au sol et en toiture. Parmi les projets déjà construits figurent les sites de Narbonne, Bourgbarré, Lunel, Sainte-Tulle, Manosque, Romilly-sur-Seine, Valderoure, Bouloc, Puyloubier, Fabrègues, Saint-Amadou-Sarabanis et Gabardan20. First Solar est également présent commercialement en France et travaille avec plusieurs partenaires, dont EDF Énergies Nouvelles21, Séchilienne Sidec22, AES Solaire France, Gehrlicher Solar AG23, Juwi Solar GmbH, Belectric, Phoenix Solar AG, Conergy24 et Sorgenia SpA.

    En 2009, First Solar et son partenaire EDF Énergies Nouvelles avaient annoncé leur intention de construire la plus grande usine de panneaux photovoltaïques de France, à Blanquefort, en Aquitaine. Ce projet a été abandonné en août 2012 à la suite de changements significatifs intervenus dans la politique du Gouvernement français en matière d’énergie solaire.

    First Solar s’engage en faveur du développement durable[modifier | modifier le code]

    En juin 2009, le CLER (Comité de Liaison des Énergies Renouvelables) a conclu un partenariat de trois ans avec First Solar dans le but de conduire ensemble un certain nombre d’actions de promotion et d’optimisation du secteur des énergies renouvelables en France. En novembre 2011, le CLER a édité un guide25 sur l’intégration des parcs solaires dans l’environnement.

    En 2010, First Solar et la Fondation Nicolas-Hulot ont signé un partenariat ayant pour objet la préservation de la nature et le développement durable26. En décembre 2011, la Fondation a publié “État des lieux et analyse: l’énergie solaire photovoltaïque”27 un tableau de bord de l’énergie solaire photovoltaïque.

    En 2010, First Solar a par ailleurs évalué l’impact des parcs solaires sur la biodiversité locale, en partenariat avec une association allemande de protection de l’environnement (Deutsche Umwelthilfe), l’Agence allemande des Énergies Renouvelables (AEE) et d’autres parties prenantes. Le fait que la faune et la flore aient pu bénéficier de conditions favorables sur des sites photovoltaïques – lorsque ceux-ci respectent certaines pratiques responsables – constitue l’un des principaux enseignements de cette étude. Les résultats sont disponibles sur le site Internet de l’Agence allemande des Énergies Renouvelables (AEE)28.

    Centrales équipées[modifier | modifier le code]

    Toul-Rosières (Meurthe-et-Moselle)[modifier | modifier le code]

    First Solar fournit les panneaux photovoltaïques à couche mince de la centrale photovoltaïque de Toul-Rosières, l’une des plus importantes centrales solaires d’Europe29. La centrale de 115 MWc, installée sur l’ancienne base aérienne 136 Toul-Rosières (une ancienne base de l’OTAN, située près de Nancy), a été développée par EDF EN30,21. Ce site, dont la construction a commencé en 2011, est équipé d’environ 1,4 million de panneaux solaires. Elle est entrée en phase de test en septembre 2012 et en phase de production en novembre 201231. Ce site produira assez d’électricité pour subvenir aux besoins d’environ 55 000 habitants par an.

    Losse-Gabardan (Landes)[modifier | modifier le code]

    EDF EN gère la centrale photovoltaïque de Losse, située près de Mont-de-Marsan, d’une puissance de 67,2 MWc32 et équipée de panneaux photovoltaïques First Solar33. Cette centrale solaire constitue une importante source d’énergie renouvelable pour la région. Située sur la commune de Losse, dans la zone d’activités du Gabardan, au sud-est des Landes (Aquitaine), cette centrale est implantée sur un terrain de 317 ha mis à disposition par la communauté de communes du Gabardan (CCG).

    Puyloubier (Bouches-du-Rhône)[modifier | modifier le code]

    En mai 2011, EDF EN a inauguré un nouveau parc solaire à Puyloubier, dans les Bouches-du-Rhône. Avec 300 jours de Soleil par an, la région PACA présente le meilleur taux d’ensoleillement de France métropolitaine. D’une puissance de 6,5 MWc, cette centrale solaire fournit suffisamment d’électricité pour répondre aux besoins annuels de 4 100 habitants, soit plus de deux fois la population de Puyloubier. Afin d’exploiter au mieux le potentiel énergétique de la région, First Solar a fourni 86 000 panneaux photovoltaïques à couche mince à son partenaire EDF EN qui a financé et construit le site, et en assure désormais la maintenance.

    Fabrègues (Hérault) et Saint-Amadou-Sarabanis (Ariège)[modifier | modifier le code]

    En mai 2011, Juwi et Séchilienne-Sidec ont inauguré les parcs photovoltaïques de Fabrègues (Hérault)34 et de Saint-Amadou–Sarabanis (Ariège)35. First Solar a fourni l’ensemble des 130 000 panneaux nécessaires à la réalisation de ces projets. La mise en service de la centrale de Saint-Amadou–Sarabanis permettra d’alimenter en électricité propre près de 4 900 foyers grâce à sa puissance de 8,5 MWc. La centrale de Fabrègues, quant à elle, est un bel exemple d’intégration de parc photovoltaïque dans le paysage. Des espaces favorisant la biodiversité ont été créés tandis que l’esthétique des panneaux a permis de limiter l’impact visuel du parc. Avec sa puissance d’1,3 MW, celui-ci alimentera près d’un quart des besoins en énergie d’une ville comme Fabrègues.

    Bouloc (Haute-Garonne)[modifier | modifier le code]

    EDF EN a inauguré le 19 juillet 2011 une centrale solaire à Bouloc, dans le département de Haute-Garonne. D’une capacité installée de 10,15 MWc, cette centrale produit l’équivalent de la consommation électrique de 6 000 habitants. Elle est financée, développée et construite par EDF EN. Les 135 000 panneaux solaires qui composent le site sont fabriqués par First Solar selon la technologie dite « à couche mince ». La centrale, dont la construction a débuté en mars 2010, est opérationnelle depuis mars 201136.

    Lieberose (Allemagne)[modifier | modifier le code]

    Début 2009, le développeur de projets allemand Juwi a entamé la construction d’un parc solaire à partir de panneaux First Solar. Situé sur l’ancien terrain d’entraînement militaire de Lieberose, à proximité de Cottbus (Allemagne), ce parc couvre 163 ha et constitue la troisième plus grande centrale solaire d’Allemagne37. Le site n’était plus utilisé depuis la réunification allemande et le retrait de l’armée soviétique dans les années 1990. Jusqu’à présent, l’utilisation des surfaces abandonnées s’avérait délicate, du fait notamment de la contamination d’une grande partie du terrain par des résidus toxiques.

    L’exploitation du parc solaire offre ainsi des bénéfices écologiques importants, liés, d’une part, à une économie d’environ 35 000 tonnes de CO2 par an et, d’autre part, à l’assainissement du terrain, financé par le bail et par une participation sur l’électricité produite. Au total, ce sont cinq millions d’euros qui sont alloués à cette fin. Le projet présente de fait un double avantage pour l’environnement : une production d’énergie propre grâce au photovoltaïque et la décontamination et le déminage du terrain, financés par l’énergie produite sur place. Le rendement total prévu s’élève à quelque 53 MW, soit l’équivalent de la consommation d’environ 15 000 foyers par an.

    Sarnia (Canada)[modifier | modifier le code]

    En 2010, First Solar a achevé la construction d’une centrale solaire de 80 MW à Sarnia dans le sud de l’Ontario, au Canada. Au moment de son achèvement, il s’agissait du plus important projet photovoltaïque d’Amérique du Nord. Le site fournit suffisamment d’énergie pour répondre aux besoins de plus de 10 000 foyers par an, tout en évitant l’émission d’environ 22 000 tonnes métriques de CO2 par an – l’équivalent d’environ 5 500 voitures évitées sur les routes canadiennes38.

    Ordos (Chine)[modifier | modifier le code]

    En septembre 2009, First Solar et le gouvernement chinois ont signé un accord de principe pour la construction d’une centrale solaire à Ordos, en Mongolie Intérieure. D’une capacité de production de 2 GW, il s’agirait de la plus grande centrale solaire au monde. Une fois construit, le site sera en mesure de fournir en électricité près de 3 millions de foyers. La construction devrait commencer par une centrale solaire pilote d’une capacité de 30 MW. Il sera suivi de la construction de deux sites de respectivement 100 et 870 MW. Enfin, la dernière partie du site sera dotée d’une capacité d’1 GW. La fixation d’un tarif de rachat pour l’électricité produite permettra d’assurer un prix de vente fixe sur le long terme39.

    En 2011, First Solar a par ailleurs signé avec China Guangdong Nuclear un accord de principe pour la construction d’un projet pilote de 30 MW40.

    Masdar City (Abu Dhabi)[modifier | modifier le code]

    Conçu par le cabinet d’architectes britannique Forster & Partners, le projet de Masdar, situé à Abu Dhabi, vise à créer une ville « zéro carbone, zéro déchet »41. First Solar a fourni les panneaux solaires nécessaires à la construction de cette centrale photovoltaïque de 5 MW qui sera intégrée aux autres sources d’énergie renouvelable de la ville.

    Topaz Solar Farm (États-Unis)[modifier | modifier le code]

    Le projet Ferme solaire Topaz42 a pour but de créer une centrale photovoltaïque de 550 MW dans le Comté de San Luis Obispo en Californie. Celle-ci est en cours de construction et sera opérationnelle en 2014. Elle devrait alimenter en électricité plus de 160 000 foyers

    • Vous dites que FIRSTSOLAR est une entreprise appartenant a la famille WALTON proprietaire de la chaine de Supermarche’ WALMART. Ce dont j’ai besoin est plus d’information sur le SOLAR GENERATOR que j’ai une fois vu dans un autre supermarche'(SAM’S CLUB) appartenant a la meme famille WALTON. Ce SOLAR GENERATOR etait parait-il un groupe electrogene qui, aulieu de mettre du carburant pour le faire marcher, on devrait le brancher a un panneau solaire pour le faire tourner et preduire beaucoup d’electricite’.
      Je veux savoir pourquoi ce groupe electrogene qui fontionne sans carburant est introuvable dans vos supermarche’s ? je l’ai vu une seule fois quand j’etais de passage a MONTGOMERY Alabama et depuis lors je n’en vois plus.

  13. En tant que kayesien, je n’ai pas tout lu mais pour la chaleur, arrêtons de mettre des tôles ondulées, cela augmente la chaleur.
    Que cette période se passe sans perte des vies humaines.
    Bon Ramadan à tous.

  14. Wallahi pourrissez car Ibk s’en fout d’un peuple irresponsable.

    Au Mali,on peut marcher pour satisfaire des gens comme Haidara mais on ne peut pas le faire s’ik s’agit de nos conditions de vie.

  15. SVP, chers resortissant de kayes, gardez vos sangs froids, peut être la regionalisation serait une solution equitable pour tous, c’est la raison pour laquelle beaucoup de gens s’inquiètent l’application de l’accord de paix, il faut que cela soit juste et raisonnable à tous le 4 côtés du Mali, nous esperons que la paix sera un bonheur pour nous tous, moi etant kayesien né à Bko, nous avons desormais des yeux ouvert sur tout ce qui bouge ici à Bko enfin les choses de la republique soit benefique pour tous les fils de ce pays, j’ai confiance à IBK qu’il ne va laisser filtrer encore l’injustice et il faut que IBK veille la santé, il ya enormement de l’injustice entre les fonctionnaires et les contractuels payés sur les ressources propres et aussi contractuel de l’état, mais les responsables font comme si tout va bien, alors que nous souffrons de l’injustice, nous ne bénéficions pas de l’augmentation de salaire et aussi nos diplomes ne servent à rien malgré que nous ayons des autorisations pour étudier, merci

  16. SVP, chers resortissant de kayes, gardez vos sangs froids, peut être la regionalisation serait une solution equitable pour tous, c’est la raison pour laquelle beaucoup de gens s’inquiètent l’application de l’accord de paix, il faut que cela soit juste et raisonnable à tous le 4 côtés du Mali, nous esperons que la paix sera un bonheur pour nous tous, moi etant kayesien né à Bko, nous avons desormais des yeux ouvert sur tout ce qui bouge ici à Bko enfin les choses de la republique soit benefique pour tous les fils de ce pays, j’ai confiance à IBK qu’il ne va laisser filtrer encore l’injustice et il faut que IBK veille la santé, il ya enormement de l’injustice entre les fonctionnaires et les contractuels payés sur les ressources propres et aussi contractuel de l’état, mais les responsables font comme si tout va bien, alors que nous souffrons de l’injustice, nous ne bénéficions pas de l’augmentation de salaire et aussi nos diplomes ne servent à rien malgré que nous ayons des autorisations, merci

  17. merci boubacar niang pour la synthese comme on na toujour dit la population doit se manifester pour montrer leurs doleances merci encore pour tous les kayesiens lever vous car le developppement de kayes ces le dernier soucis du gouvernement.

  18. Il faut que les mentalités changent au Mali la population ne doit plus se laisser manipuler par les hommes politique véreux qu’ils font la politique comme un métier or la politique est une vocation
    La seule solution c de bien voter il ne faut pas se laisser influence par des paquets du thé du sucre ou quelque billet de banque l’honneur est plus important que le matériel

  19. Nioro, Yelemani… ne font elles pas partie de Kayes? Il y a au moins un lycée dans chacune de ces villes. Il faut savoir raison gardée. Comme cher Sambou vient de résumer parfaitement la situation de Kayes. Ces parents de l’extérieur peuvent investir à l’énergie solaire également par le bief des groupements enfin d’avoir une centrale solaire par exemple. La technologie est sur le marché à présent.Le control d’énergie peut donner la métrise partielle ou total des milliers de cours d’eaux que regorge cette région. Alors tout n’est pas mauvaise chers kaysiens. Il faut investir autrement dans votre région.
    Nous irons tous immigrés à Kayes et vous pourriez instaurer taxes d’entrée, autorisation de séjour, impôts sur les revenues dans la région de Kayes etc… Nous payerons pour gouter à vos délices. Chers compatriotes cela est valable pour toutes nos régions. Pensons positif et en rang serré!!!! 😉 😀 😀
    Que dieu bénisse le Mali. Amen

  20. Les premiers ennemis de kayes sont les kayesiens eux meme , puisque s ils vont a bamako ou a l aventure rare sont ceux qui retournent vivre a kayes .Ils amenent toute la famille or de kayes et comment la ville de kayes va se developper

  21. Oui, Korotumu, c’est le seul langage que les gouvernants du Mali écoute depuis la nuit des temps, raison pour laquelle les Touareg ont pris les armes et ils ont été reçus à Bamako en les embrassant.

  22. Moi aussi je suis de Kayes.Mais nous n’allons pas prendre des armes contre notre pays comme l’ont fait certains.Il existe d’autres moyens “légaux” de rentrer dans ses droits (marches pacifiques, seating…)avant d’en arriver à la rébellion. La cherté de la vie à Kayes, c’est dû au fait qu’il y a aujourd’hui aux marchés de kayes, plus d’argent que de denrées alimentaires, puisque chaque famille a quelqu’un à l’extérieur qui renvoie de l’argent.
    Au lieu d’envoyer toujours de l’argent à nos parents, si les associations achetaient des terrains cultivables au Mali (office du Niger ou ailleurs) pour les exploiter et envoyer la récolte aux villages, ça allait diminuer la crise à Kayes.Ce n’est que mon point de vue parmi tant d’autres…
    😉

  23. Le seul prix faramineux de l’avion de IBK aurait pu au moins assurer le ravitaillement en eau potable de la ville de Kayes.

    Jeter des pierres à IBK quand il mettra un jour les pieds à Kayes.
    A t-il déjà passer une seule journée dans cette ville ? Jamais.
    Il préfère parader partout dans le monde pour des raisons plus futiles les unes que les autres.

  24. POPULATION DE KAYES UNISSONS NOUS POUR EXIGER IL EST TEMPS DE SE REVEILLER ET EVITER LA PASSIVITE AUCUN GOUVERNEMENT NE PENSE A NOUS ET CE LE MOMENT A JAMAIS LES NORDISTES NE VALLENT PAS MIEU QUE NOUS MAIS EUX ILS ONT LE COURAGE MERCI

  25. Les kayesien devraient sortir massivement dans pour réclamé ces droits on ne peut pas être premier financière de l’ETA et d’être dernier bénéficier de ces services c’est une acceptable le gouvernement na abouselement rien a foutre de nos enfants il non quand aller mourir en mer au contraire ça leur reporter de financement soi disant lutte contre l’immigration il faut sortir massivement dans la rue pour montré au monde que on arrive plus sporte on ne fatigue mais on ne reagie pas comme les touareg du nord on ne prend pas des armes pour réclamé nos droits

  26. Attention, n’oublier pas le passé. La décentralisation , c’est la régionalisation, c’est à dire le sort de chaque région est dans la main de ses propres fils.Il y a eu combien de ministres sous le régime d’ATT, si je me trompe pas neuf 09). Kayes est malade de ses propres fils même si l’éléphant annoncé (IBK) est venu avec la jambe cassée.

  27. Bien dit, M.NIANE tout est claire et limpide, malgré son apport dans l’économie malienne avec la présence des grandes Sociétés aurifères du pays paradoxalement les localités de celles ci manquent de routes et d’électricité. Au lieu de prendre des armes contre leur patrie, ses enfants préfèrent aller se faire tuer dans la méditerranée pour faire vivre leurs parents.
    Mais le gouvernement ne voit pas tout cela mais injecte depuis des décennies des pluies de MILLIARDS au nord sans résultats. Alors que compte tenu du courage de lion de ses enfants il suffit d’un petit coup de pousse pour permettre le développement de la région.
    Ces sont les migrants qui font tout (routes, dispensaires, adduction d’eau, ponts, électrification,etc.) des chef lieu de cercle qui n’ont pas d’électricité et de routes impensable, regardez la route nationale qui la relie à Bko,
    Bon tout cela est INJUSTE

  28. Je dis attention aux autorités du Mali.Le jour où “ça va peter”àKayes,ça sera pire qu’au Nord.A bon entendeur salut

  29. Peut-être qu’ il faut que les kayesiens prennent en main leur propre destin.Je suis de Kayes ,j’ai fait toutes mes études dans cette ville jusqu’au lycée.Jamais je n’ai vu aucune realisation financée par l’état dans ma ville.Regardez l’hôpital régional de Kayes(digne d’un hôpital de brousse).Et pourtant toutes les autres capitales régionales sont en sont dotées.Regardez l’etat des routes.Un seul lycée.Pour une région aussi importante au Mali ,c’est le comble.Ni l’état,ni les élus locaux,personne n’est là.

    • Prenez des armes et faites une rebellion, on vous donnera des millions et vous rentrerez en masse dans le gouvernement aussi….

      le mali est un caricature de pays

Comments are closed.