ONP et JPCE de Nioro : Des services étatiques oubliés à leur triste sort

0
1





Aujourd’hui, l’Office National des Postes (ONP) et la justice de paix à compétence étendue(JPCE) de Nioro ont des énormes difficultés dans le cadre de leurs missions assignés pour la satisfaction de la population.     

L’Office national des postes (ONP) comme son nom l’indique, est un établissement public malien créé en 1989, suite au démantèlement de l’Office des postes et des télécommunications qui a créé d’un côté l’ONP et de l’autre la Société des télécommunications au Mali (SOTELMA). En 1990, les missions de l’ONP sont recentrées autour du courrier et des transferts de fonds avec le retrait de ses compétences en matière d’activités para-bancaires. Aujourd’hui, le receveur du bureau de l’Office national des postes de Nioro, seul dans son service, est entre le four et le moulin pour satisfaire les besoins des clients. C’est dans des conditions de travail très difficiles qu’il évolue pour répondre aux besoins de la clientèle.


On a l’impression que cette structure combien importante est oubliée par nos plus hautes autorités. Selon une indiscrétion sur place à Nioro, le phénomène de manque de personnel au sein de l’Office national des postes de Nioro ne date pas de maintenant. La même source tiendra également à nous faire savoir que le receveur qui se trouve aujourd’hui à la tête de cet organe, se démène comme un beau diable pour mener à bien son travail, sans le minimum de moyen adéquat. 
Certes la ville de Nioro était auparavant un coin très éloigné de la capitale du Mali à cause du problème d’infrastructure routière qui rendait son accès difficile. Mais aujourd’hui, ce calvaire relève de la simple histoire. L’accès de cette ville est devenu une facilité. Pourquoi ne pas tenir compte de cette réalité afin d’y envoyer du personnel additionnel pour renforcer les capacités de travail de cette structure qui rend service non seulement au monde des affaires, mais aussi aux services de l’Etat qui peuvent recevoir leurs courriers à travers l’Onp.


Toujours au cours de notre séjour à Nioro, nous avons remarqué d’autres structures étatiques qui semblent être oubliées par l’Etat, comme
la Justice de paix à compétence étendue (JPCE) qui est confrontée à un problème de véhicule de service.


En effet, le seul véhicule de service disponible sert à la fois le Palais de justice de Nioro et ceux de Yélémani et Diéma. Sans compter les locaux inadéquats puisque le JPCE de Nioro se trouve logée dans une ancienne construction datant de la période coloniale. En plus, lesdits locaux se résument à une chambre et une antichambre, pour abriter les bureaux du président du tribunal, du secrétaire des greffes et de deux greffiers.


Ce à quoi il faut ajouter une autre pièce réservée au greffier en chef et une petite salle d’audience, un magasin pour conserver les scellés et les archives. Une seule toilette extérieure sert à la fois pour le personnel et pour le public. C’est donc un  véritable calvaire que vivent les fonctionnaires du tribunal de Nioro. Peut-on demander de bons résultats à des travailleurs de
la Justice confinés dans cette situation ?


Il ne s’agit pas tout simplement de se lamenter sur le sort du bureau de l’ONP et de
la JPCE de Nioro, mais aussi et surtout il convient de se demander si les deux départements en charge de ces services de l’Etat effectuent des missions dans ces zones pour s’imprégner des difficultés auxquelles l’ONP et la JPCE
sont confrontés ?
Seydou Oumar N’DIAYE




NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.