Ségou : le ministre de la solidarité rencontre les déplacés du Nord

0
Ségou : le ministre de la solidarité rencontre les déplacés du Nord
Hamadoun Konaté, ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord

Dans le cadre de sa visite les 8 et le 9 mai 2014, dans la région de Ségou, après avoir pris attache avec les structures rattachées de son département, Hamadoun Konaté, ministre de la solidarité, de l’action humanitaire et de la reconstruction du Nord, a rencontré le vendredi 9 mai 2014, les déplacés dans la salle de réunion du gouvernorat. Trois points étaient à l’ordre du jour: Comment organiser le retour des déplacés ? Comment améliorer cet accompagnement ? Et le renforcement de leurs conditions de vie.

 

Après le mot introductif du Gouverneur, le ministre dira qu’il se souvient de sa précédente rencontre avec eux. Selon lui, ils devraient s’entretenir sur la possibilité de leur retour avant le début de l’année scolaire et des dispositions qu’il fallait prendre pour ceux qui veulent rester. Il dira que la question de sécurité a été évoquée en ce moment là. « L’espoir renait. Mais quand on a quitté son lieu de résidence habituelle, on a en tête d’y retourner », a-t-il indiqué. Tout en soulignant qu’il a voulu rencontré les responsables pour échanger autour de cette question.

 

Dans son intervention, le représentant des déplacés du nord Idrissa Coulibaly, a remercié le ministre et sa délégation au nom des déplacés pour la visite et de témoigner leur reconnaissance envers les autorités, les donateurs et la population de Ségou pour leurs engagements en leur faveur.

Par ailleurs, il dira que la conjoncture du moment est difficile chez les déplacés. Il a sollicité d’avantage l’accompagnement du ministre à travers des appuis alimentaires et autres appuis d’autonomisation à travers des activités génératrices de revenus.

 

Selon lui, avec l’amorce de la reconquête du nord certains déplacés des régions de Gao et de Tombouctou sont retournés chez eux avant d’ajouter qu’il n’est pas  très facile pour beaucoup d’autres de retourner systématiquement à cause de l’extrême violence et les horreurs qu’ils ont connu.

 

Lors des interventions, une déplacée de Goundam a fait savoir qu’ils souhaitent tous retourner. « Mais, pour retourner il faut des garanties telles que la sécurité, l’éducation pour les enfants, la santé et l’accompagnement des femmes une fois de retour », a-t-elle vite fait d’ajouter.

 

Un autre déplacé a insisté sur le fait qu’il y a beaucoup de gens qui souhaitent retourner après les examens. Au terme de ces échanges, le ministre a fait savoir qu’il partage leur point de vue avant de les rassurer en ce qui concerne l’octroi de vivres. Pour la situation des enfants, il a précisé qu’il faut tout faire pour que les enfants puissent passer les examens et de préconiser aussi des solutions pour leurs déplacements et la restauration.

 

Il dira qu’ils auront une solution  durant cette semaine, il a même demandé à l’ONG Help de passer de 300 à 600, le nombre des enfants qui bénéficient de la bourse. Avant d’ajouter qu’ils vont créer des activités génératrices de moyens pour les femmes à partir du 20 mai 2014.

 

Cependant, il a sollicité une coordination des actions humanitaires entre les différents acteurs au profit des déplacés et a invité les ONGs de venir discuter sur la mise en place d’un programme général pour au moins amoindrir les difficultés.   « Jamais à trois, on a organisé des retours si non on allait faire des réalisations considérables », a-t-il indiqué.

 

Au terme de cette rencontre, le ministre a remis une enveloppe symbolique de un millions de FCFA au président des déplacés au nom du gouvernement.

Ousmane Baba Dramé, envoyé spécial à Ségou.

PARTAGER