Stop Ebola ! « Grand chapeau à la population de Kayes ! » Le Colonel « Général contre Ebola à Kayes », Salif Traoré, Gouverneur de la région de Kayes nous livre la grande artillerie engagée contre Ebola dans notre région.

0

La région de Kayes a été félicitée pour sa gestion efficace et efficiente du 1er cas  importé du  virus à fièvre Ebola. En effet depuis la confirmation de la maladie, le Gouverneur de région, le colonel Salif Traoré et son commandement, les autorités politiques, administratives et les populations  kayesiennes ont conjugué les efforts pour circonscrire l’épidémie. Cette gestion souveraine a valu les félicitations du Président de la République, son Excellence, Ibrahim Boubacar Keïta, des félicitations que le Gouverneur de région dédient  à toute la région.

« Grand chapeau à la population de Kayes ! »  Le Colonel « Général contre Ebola à Kayes », Salif Traoré,  Gouverneur de la région de Kayes nous livre la grande artillerie engagée contre Ebola dans notre région.
Colonel Salif Traoré, Gouverneur de la région de Kayes (Photo Kayes-Infos)

Au cours de cet entretien exclusif accordé au journal KayesInfos, le Gouverneur de région, le colonel Salif Traoré, est revenu en détails sur la gestion de la crise, les mesures et décisions prises pendant et après. Le colonel Salif Traoré, a également parlé de la mobilisation exceptionnelle de la population de Kayes, des partenaires techniques et financiers pour leur intervention prompte. Suivez l’entretien …

 

 KayesInfos : M. Gouverneur, comment Kayes a géré la crise du virus Ebola ?

Merci pour t’intérêt du Journal KayesInfos par rapport à ce sujet. Vous savez que Kayes a été la 1ère région à connaître la maladie à fièvre Ebola dans notre pays. Je commencerai par saluer les agents de  santé de Kayes  parce que n’eut été leur vigilance, ce 1er cas aurait pu passer inaperçu et provoquer beaucoup de dégâts. En moins de 24 heures de leur arrivée, l’enfant avec sa grand-mère, ont été identifiés et conduits  à l’hôpital Alfousseyni Dao de Kayes. Une fois que les médecins ont eu une forte suspicion, le cas a été isolé et un prélèvement a été fait en collaboration avec Bamako. Lorsque la maladie fut confirmée, les mesures  de précaution ont été renforcées et toutes les personnes qui ont été en contact avec l’enfant ont été recherchées et mises en observation pour le suivi. Ensuite nous avons communiqué Bamako l’itinéraire de la grand-mère et son enfant et à partir de ce moment, Bamako aussi a pris les dispositions pour isoler les personnes  en contacts. Ensuite le comité régional de la lutte contre les épidémies a été renforcé pour faire face à cette maladie. C’est le lieu pour moi aussi de remercier toute la population  de Kayes pour sa compréhension, sa mobilisation et sa collaboration. Ce que nous avons vu à Kayes était tout simplement exceptionnel ! Tout le monde a compris la gravité de la situation et tout le monde a collaboré en particulier les personnes en contacts qui ont accepté volontairement de se rendre à l’hôpital. En plus nous avons été très sensible à la  mobilisation nationale et internationale. Nous avons reçu l’appui de beaucoup de partenaires en termes de formation, d’équipement et de collaboration pendant toute la période de la crise.

KayesInfos : Vous avez parlé de mobilisation au niveau local, pouvez-vous donnez quelques détails ?

Ok, dès le lendemain de la confirmation du cas,  nous avons convoqué tout le monde au Gouvernorat et avons donné  toutes les informations à la population, en particulier aux opérateurs économiques tout en sollicitant leur concours. Comme dit le proverbe, s’il y  a le feu, il faut chercher à le maitriser chez soi-même d’abord ! Donc, avant de demander l’aide extérieure nous nous sommes mis en œuvre. Il y a eu certes des efforts au niveau de la mobilisation, mais ça n’a pas été comme lors de l’effort de guerre. Toute fois, nous reconnaissons qu’il y avait eu des efforts louables nous avons joué la transparence, tous les  jours nous faisions  des communiqués dans les radios pour faire l’état des lieux. On attendait plus évidemment, mais avec le peu nous avons pu assister les personnes qui étaient en observation.  En termes d’anticipation, nous avons aussi réhabilité un site d’isolement à quelques Kms de la ville, on le souhaite pas  bien sûr! Un 1er site était aménagé à Diboli, mais avec ce 1er cas qui est venu par exemple de  Bamako, nous nous sommes dit que le site de Diboli sera trop distant.   C’est pourquoi nous avons rapidement aménagé le site de Kayes, on attendait la maladie en provenance de Bamako!

KayesInfos : Nous avons appris que le Président de la République vous a félicité ?

Effectivement, le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita a félicité le Gouverneur et ainsi que toute la population de Kayes pour la mobilisation exceptionnelle des Kayesiens. Les plus hautes autorités ont apprécié le fait d’avoir eu le même langage pour faire face sereinement à ce 1er  cas pour le circonscrire. A mon tour, après les félicitations du chef de l’Etat, j’adresse, au nom de la région, mes remerciements à tous ceux qui se sont impliqué de près ou de loin, directement ou indirectement à la gestion de la crise.

KayesInfos : Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit des populations de Kayes ?

Je dirai que le combat n’est pas terminé, on ne peut même pas dire qu’il est gagné ! On a remporté une bataille, mais le  combat continue !  C’est regrettable que nous n’avons pas pu sauver l’enfant, dans tous les cas, le plus important aujourd’hui c’est toujours chercher à arrêter la transmission et nous avons pu réussir ce 1er cas à Kayes. Donc, il s’agit de rester vigilant. C’est qui est sûr, tant qu’il y a des cas confirmés dans la sous-région, nous ne devrions pas dormir sous nos lauriers. C’est pour cela que nous sommes entrain de renforcer les dispositifs dans toute la région de Kayes. Nous demandons toujours à la population de respecter les mesures d’hygiène, comme dit l’adage « mieux vaut  prévenir que de guérir. »

Entretien réalisé par Boubacar Niane

PARTAGER