Tensions à Konsiga : La contestation jusqu’aux portes de l’Assemblée nationale

0

Après la mort d’un des leurs dans des affrontements meurtriers qui les ont opposés aux forces de sécurité le 15 décembre dernier, des ressortissants du cercle de Yélimané réclament justice et tiennent le député Mahamadou Hawa Gassama pour responsable de cette situation. Ils ont encore une fois exigé le départ du maire de Konsiga et sollicité l’implication du président de l’Assemblée nationale.

Ils étaient plusieurs dizaines de manifestants à prendre part au sit-in que l’Association cercle de Yélimané Dagakane (Acyd) a organisé, lundi 18 décembre, devant l’Assemblée nationale. Objectif: réclamer justice suite aux affrontements meurtriers qui ont opposé, le vendredi 15 décembre 2017, la population de la commune de Konsiga, dans le cercle de Yélimané, aux agents des forces de sécurité. Lesquels affrontements ont causé un mort parmi la population civile. «Ne nous tuez pas pour notre droit; nous sommes Yélimané; nous sommes déterminés», pouvait-on lire sur des banderoles tenues par des jeunes qui scandaient souvent à l’unisson: «Mahamadou Hawa Gassama, assassin !». A l’accueil des manifestants: Seydou Diawara, président de l’Assemblée nationale, le premier questeur Mamadou Diarrassouba, le député Moussa Coulibaly et le secrétaire général adjoint de l’hémicycle, Amadou Wagué, à qui une déclaration a été remise. Dans ce document, l’association exige l’ouverture d’une enquête et invite le président de l’Assemblée nationale au Mali à user des moyens à sa disposition afin que Yélimané recouvre la quiétude. Elle exige par ailleurs le départ du gouverneur de la région de Kayes et tient pour responsable le député URD Mahamadou Hawa Gassama, qui, estiment les manifestants, aurait mobilisé les forces de l’ordre contre la population. «Pour ce manquement au devoir premier de l’État qui est d’assurer la sécurité des populations, nous demandons de diligenter les enquêtes afin de situer les responsabilités et sanctionner les coupables, de lever l’humilité parlementaire du député Mahamadou Hawa Gassama, coupable à nos yeux de la situation qui prévaut à Yélimané et sa traduction devant la justice, la démission du maire de la commune de Konsiga du nom de M. Tamassa Kébé, le départ du Préfet du cercle de Yélimané, le départ du Sous-préfet de la commune de Tambacara et le départ du gouverneur de la région de Kayes. Nous sommes convaincus, Monsieur le Président, que les honorables députes de notre Assemblée nationale, sous votre haute clairvoyance prendront en compte nos doléances», a martelé le porte-parole de l’Association cercle de Yélimané Dagakane, Séga Doucouré.

Les représentants de l’Assemblée nationale, après avoir reçu la déclaration, ont dit avoir pris bonnes notes des doléances des manifestants à qui ils ont demandé de se référer toujours aux autorités. Ils ont par ailleurs promis de prendre les dispositions dans un plus bref délai pour faire face à la situation.

Il faut rappeler que  cet affrontement résulte des contentieux électoraux depuis 2009, lesquels n’ont jamais été vidés. Une frange de la population exige donc le départ du maire URD, Tamassa Kébé, qui aurait le soutien de son camarade de député Mahamadou Hawa Gassama.

Bakary SOGODOGO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here