Tombouctou : Les violences faites aux femmes au cœur des débats a Toya

0
2

A la faveur de la foire hebdomadaire de Toya (chef lieu de la commune rurale de Alafia), le projet village du millénaire Toya, en collaboration avec la direction régionale de la promotion de la femme de l’enfant et la famille de Tombouctou a organisé une journée d’information, de sensibilisation et d’éducation sur les violences faites aux filles et aux femmes et les risques qu’elles peuvent engendrer.

Cette journée a pu se tenir grâce au concours financier de Onu-Femmes. L’objectif visé est de réduire les violences faites aux filles et aux femmes ; renforcer les connaissances des populations sur les risques des violences, entre autres. La journée a débuté par la présentation d’une pièce de théâtre de la troupe Albarka de Tombouctou. Elle a été suivie par une conférence animée par la directrice régionale de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme Ben Fatouma Albadia et de Mme Touré Nana Ber Haïdara, spécialiste du genre. Les deux conférencières ont mis en exergue les risques de l’excision, du mariage précoce, du mariage forcé, des violences corporelles et l’impact de l’exode des maris sur les foyers, entre autres. Sur place ces femmes rurales ont appris l’existence de la clinique juridique logée à la direction régionale de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.

Le représentant de cette structure a expliqué à l’assistance ses missions. Il a également évoqué les droits des femmes et des filles tout en expliquant quelques lois. Les organisateurs de la journée ont également fait appel à un leader religieux pour parler des actes permis et ceux interdits concernant les droits et des violences faites aux femmes. Ce dernier a confirmé que la femme a droit à l’instruction. Le mariage forcé, les violences corporelles, les insultes graves sont entre autres interdits par la religion musulmane a dit l’érudit. Il a aussi parlé des conséquences que les violences corporelles peuvent engendre chez les victimes. Après ces exposés, les participants, en majorité des femmes et de filles, ont posé plusieurs questions relatives à des cas vécus. Quant aux filles, elles ont posé surtout des questions de compréhension. Certains hommes ont eu à faire des contributions positives.

Cette assemblée a atteint toutes ses attentes, selon la spécialiste de l’Onu Femmes. Pour le représentant du projet Village millénaire Toya, cette activité cadre parfaitement avec les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et s’inscrit dans la composante « Egalité des sexes et l’autonomisation des femmes ». La rencontre a eu un impact certain, car toutes les femmes venues des villages ont promis de disséminer les informations dans leur village respectif pour un mieux être de la femme, des filles et de la famille.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.