Visite du président Kéita dans la région de Mopti : L’hôpital SOMINE DOLO fait peau neuve

1

L’hôpital SOMINE DOLO Bâti sur 5 hectares, l’établissement compte 122 lits extensibles à 140 et emploie 133 agents, toutes catégories confondues. L’architecture assure une bonne fonctionnalité des services et le plateau technique est équipé en  technologies de dernière génération

Au deuxième jour de sa visite en 5è Région, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a procédé hier à l’inauguration officielle de l’hôpital de Mopti, baptisé du nom du Dr. Sominé Dolo, ministre de la Santé et des Affaires sociales du premier gouvernement du Mali indépendant.

La cérémonie s’est déroulée dans une ambiance de fête en présence des nombreuses personnes, notamment des militants des partis politiques de la mouvance présidentielle et ceux d’associations appuyant les actions du président de la République. L’arrivée du président IBK à 10h20 a provoqué un grand mouvement de foule sur le site de l’hôpital déjà noir du monde. Le chef de l’Etat a fait un tour d’honneur et salué la population de Mopti pour sa grande mobilisation.

Dans son discours, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a fait l’historique de l’établissement hospitalier. Ousmane Koné a rappelé que l’ancien site de l’hôpital, situé en bordure du fleuve Niger dans la Venise malienne, a été bâti en 1952 pour abriter l’Assistance médicale indigène logée dans un seul bâtiment. A partir de 1960, l’Assistance médicale de Mopti s’est progressivement agrandie et a évolué, tour à tour, sous les appellations : Hôpital secondaire de Mopti en 1969 ; Hôpital régional de Mopti en 1972 et enfin Hôpital Sominé Dolo en 1995. Dans le cadre de la réforme hospitalière, dira le ministre Koné, il a été érigé sous cette même appellation, en  établissement public hospitalier par la loi n°03-016 du 14 juillet 2003.

En dépit de l’important rôle qu’il a joué avec ses 84 lits pour la région de Mopti, l’hôpital Sominé Dolo ne répondait plus à sa vocation de 2èmeréférence à cause de sa vétusté et de son exigüité qui ne permettaient plus de loger les spécialités requises.

Le nouvel hôpital, a précisé le ministre Koné,  réalisé sur une superficie totale de 5 ha, est la composante principale du Programme d’appui au PRODESS en 5ème Région, financé conjointement et à parts égales par l’Agence française de développement et le Royaume de Belgique, pour un montant global de 10,495 milliards de Fcfa.

L’hôpital Sominé Dolo est un complexe qui compte 122 lits extensibles à 140 et emploie 133 agents toutes catégories confondues. Conçu en un seul bloc, l’architecture préserve la bonne fonctionnalité des services. Le plateau technique est équipé en technologies de dernière génération, comme on peut le constater avec le laboratoire d’analyses biomédicales, les blocs opératoires et le service d’imagerie médicale, entre autres. L’hôpital dispose, en outre, de deux logements d’astreinte sur les trois construits dans la cour de l’Institut de formation en sciences de la santé sur budget national.

UN SCANNER DE 16 BARRETTES. La réalisation de l’hôpital a coûté 6,268 milliards de Fcfa dont 4,903 milliards pour le génie civil. Les travaux de construction ont été effectués par l’entreprise chinoise CHECEC en 25 mois. Les équipements médico-techniques ont été fournis par FSE et les équipements généraux (meubles, lits, armoires…) par Marvel-SA, suite à un appel d’offres international.

Ayant ouvert ses portes aux patients le 8 octobre 2012, l’hôpital a  joué un grand rôle dans la prise en charge des blessés pendant la reconquête du nord. A cet effet, il a bénéficié de l’installation d’un scanner de 16 barrettes et de la numérisation de son appareil de radiographie grâce au programme de renforcement de capacité des structures de santé à la lisière de la zone occupée, financé par les Pays Bas. Ce qui a permis à l’établissement d’avoir le même plateau technique que les hôpitaux de  3ème référence avec la possibilité d’accueillir la télémédecine.

Selon les responsables de la direction de l’hôpital, au titre d’activités menées en 2013, l’établissement a pris en charge 25 975 consultations dont 4 718 urgences médicales et chirurgicales. Il a réalisé 2 034 interventions chirurgicales dont 358 césariennes et 121 cas de fistules obstétricales. Les pathologies traumatologiques suite aux blessures par balle et engins explosifs et les accidents de la voie publiques ont largement prédominé. Les nouveaux équipements du plateau technique de par leurs performances ont permis la réalisation de 2069 échographies, 6 884 examens radiologiques, 34 408 examens de laboratoires. En ce qui concerne les indicateurs hospitaliers : le taux d’occupation des lits a été de 56,17%, avec une durée moyenne de séjour de 4,73 jours. La mortalité hospitalière a été de 11,78%. Le budget mobilisé en 2013 d’un montant de 865 millions de Fcfa a été exécuté à 97%. Les prévisions de 2014 s’élèvent 1.062 240 200 Fcfa soutenues essentiellement par  le budget d’Etat.

Au regard de l’examen des rapports d’activités avant et après le transfert, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique s’est dit heureux de constater que les activités de référence ont connu une nette progression entre 2011 et 2013. Il a invité la direction de l’hôpital et l’ensemble du personnel à prendre soin de ce joyau et d’y pratiquer une qualité de soins digne de l’investissement. « Aujourd’hui, il est heureux de constater que ce nouvel hôpital sert déjà  de troisième référence pour la région de Mopti et celles du nord et même des pays limitrophes. Nous nourrissons également l’ambition de réduire les évacuations sanitaires hors du pays, à travers le renforcement de capacité de diagnostic et de réponses thérapeutiques de nos hôpitaux », a-t-il annoncé.

Le ministre Koné a également saisi l’occasion pour exhorter l’ensemble des acteurs médicaux et para médicaux de notre pays, les ordres professionnels et les différents syndicats de la santé et de l’action sociale, à s’inscrire dans le changement de comportements qu’impose la noble profession qu’ils ont librement choisie d’exercer, afin de soulager les souffrances des populations.

 

HOMMAGE A ATT. Le chargé d’affaires de l’ambassade de Belgique au Mali a expliqué que la contribution de son pays à la réalisation de cet hôpital est une volonté manifeste de contribuer à l’amélioration des soins de qualité à l’endroit des populations de la Mopti. Quant au représentant de l’Agence française de développement (AFD), il a apprécié les équipements modernes dont dispose l’hôpital. Il a aussi précisé que son agence a contribué à la formation de 6 médecins spécialistes travaillant dans l’établissement.

Dans son intervention, le président de la République s’est réjoui de la construction de cet hôpital de 3è référence d’une grande utilité pour les populations de Mopti et d’ailleurs. Il a invité le corps médical et les visiteurs à bien entretenir cet établissement et surtout à éviter qu’il se dégrade rapidement comme c’est très souvent le cas dans notre pays.

Rendant à César ce qui est à César, le chef de l’Etat a rendu hommage à l’ancien président Amadou Toumani Touré qui est l’initiateur de la construction de cet hôpital ultra-moderne. « On dit chez nous qu’il arrive qu’on prenne le frais sous un arbre que l’on n’a pas planté. Cet arbre là a été planté par un homme qui est de la région, qui m’a précédé en cette charge : le président ATT. Oui, je ne suis pas un homme d’Etat qui tire à lui les choses d’aujourd’hui. Elles furent avant moi. A chacun son mérite. Ce projet a tenu à cœur et avec une force et réelle conviction au président Amadou Toumani Touré. Il est bon qu’au nom du pays, qu’au nom de la patrie, je lui rende ici hommage. IBK n’est pas ce qu’on appelle chez nous « haassiki » (égoïste). IBK ne le sera jamais. Jamais de haine dans mon cœur. A chacun selon son mérite historiquement établi. Tel a été le Mali. Tel devrait rester le Mali. D’aucuns oublient allégrement ce que fut hier. Ce n’est pas mon cas et ce ne sera jamais mon cas. Je tenais à venir à Mopti pour dire cela. Mais aussi à rendre hommage à des hommes et des femmes de mérite », a-t-il livré comme message.

Ibrahim Boubacar Kéita a aussi rendu un hommage mérité au Dr. Sominé Dolo qui a beaucoup fait pour la santé au Mali dès l’accession à l’indépendance.

Après la coupure du ruban symbolique, le président Keita a visité les différentes parties de l’hôpital en compagnie de son directeur, le colonel Boubacar Diallo. Aujourd’hui, le chef de l’Etat poursuit sa visite à Bandiagara, Bankass et Koro où sont prévues des inaugurations.

Envoyés spéciaux

M. KEITA

N. SAMAKE

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mon vieux pere IBK merci et merci de remettre a Cesar ce qui est Cesar que le tt puissant t accompagne. C est pas fini la voie expresse de sebenikoro doit avoir son nom lA VOIE EXPRESSE ATT merci pour la reconnaissance vraie Signe petit flis de MAnde Massa soundiata keita.

Comments are closed.