24è Forum économique mondial à Abuja Une opportunité d’affaires pour notre pays

0

Forum économique mondial à Abuja Une opportunité d’affaires La rencontre à laquelle participe le premier ministre Moussa Mara s’ouvre aujourd’hui à Abuja avec un millier d’invités venus de tous les continents.

 

 

Le 24è Forum économique mondial est ouvert depuis ce matin dans les salles de l’Hôtel Transcorp Hilton. Pour la première fois que l’Afrique de l’Ouest abrite le forum économique mondial, Abuja, capitale politique de la république fédérale du Nigeria a reçu du monde : un millier de délégués venus de 70 pays d’Afrique et d’ailleurs.

 

 

Parmi les personnalités invitées figure le Premier ministre Moussa Mara qui prendra la parole aujourd’hui devant cet aréopage de dirigeants, de chefs d’entreprises et de professionnels du commerce.

 

 

Trois jours durant, le monde des affaires réuni en différents panels (selon les centres d’intérêt de chacun) planche sur les voies et moyens pour arriver à «promouvoir une croissance inclusive » et à « créer des emplois ».

 

 

Le Premier ministre qui est arrivé à Abuja mardi soir à bord du nouvel avion du Mali, interviendra dans plusieurs panels. Expert comptable de profession, Moussa Mara ne sera pas dépaysé. Il animera avec d’autres leaders les panels sur « la Stratégie de développement des infrastructures », « assurer l’avenir », « la liberté de circulation », « le commerce inter africain » et « l’axe développement sécuritaire ».

 

 

Ce dernier thème discute de la manière dont l’Afrique peut au mieux répondre aux nouvelles exigences de sécurité en vue de garantir les investissements et la circulation des personnes et de leurs échanges. Avec lui, il y aura d’autres intervenants de marque comme Donald Kaberuka de la Bande Africaine de Developpement, et le président togolais Faure Gnassingbé.

 

 

C’est dire que Moussa Mara est attendu sur plusieurs sujets qui intéressent à plus d’un titre notre pays. Celui-ci sort en effet d’une crise aigue qui a sérieusement tiré son développement vers le bas.

 

 

 

C’est justement pourquoi, le chef du gouvernement est accompagné à ce forum par le ministre du Commerce, Abdel Karim Konaté et de celui en charge des Investissements et de l’Initiative privée, Moustapha Ben Barka.

 

 

En marge des discussions techniques, l’agenda du Premier ministre prévoit également des rencontres bilatérales de haut niveau. Parmi elles figure, certainement la plus attenue, de son homologue chinois, Li Keqiang  en tournée dans la région.

 

 

Selon les organisateurs, le forum doit ouvrir la voie à une série d’opportunités aussi bien pour les chefs d’entreprise locaux qu’étrangers, afin de développer davantage leurs opérations et, à long terme, créer une croissance inclusive grâce à des possibilités d’emplois pour une armée toujours croissante de jeunes chômeurs en Afrique.

 
Parmi ceux qui ont confirmé leur participation, figurent le Premier ministre chinois Li Keqiang, l’ex-président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva, le président sénégalais Macky Sall, l’ex-président sud-africain Thabo Mbeki, l’ancien Secrétaire général de l’ONU Kofi Anan, les présidents kenyan Uhuru Kenyata, tanzanien Jakaya Kikwete, togolais Faure Essozimna Gnassingbé, béninois Thomas Yayi Boni et rwandais, Paul Kagamé.
Le président de la BAD, le Dr. Donald Kaberuka, le président du Ghana, John Dramani Mahama, les Premiers ministres de Madagascar Kolo Christophe Laurent Rogers, du Mali Mara Moussaka,  de la Côte d’Ivoire Daniel Kablan Duncan, le président de la Commission de la CEDEAO Kadré Désiré Ouédraogo et l’ex-président du Nigeria Olusegun Obasanjo sont attendus aujourd’hui à Hilton Hotel.

 

 

Des hommes d’affaires américains, canadiens et d’autres pays sont également attendus à ce forum.

Pour la sécurité des invités, les autorités nigérianes ne badinent pas : les boutiques sont fermées, la circulation routière est réduite et toute autre activité non nécessaire est interdite pendant les trois jours du forum.

 

 

Rappelons que la capitale nigériane a été récemment secouée par deux explosions qui ont fait près de cent morts et qui ont été attribuées au groupe islamiste terroriste, Boko Haram, qui a également revendiqué l’enlèvement de dizaines de jeunes filles d’un lycée public dans le Nord du pays.

Envoyé Spécial

  1. A.A.M. CISSE
PARTAGER