3ème Forum des agents de douanes des Etats membres de l’Uemoa : Renforcer les liens de solidarité entre les différentes

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Du 19 au 21 décembre 2012, s’est tenu à Abidjan, à l’école Nationale des Douanes de Cote d’Ivoire, le troisième forum des agents de douanes de l’Union économique et monétaire ouest-africain (Uemoa). Regroupant les syndicats et associations socioprofessionnelles, le 3ème  forum a fait une large place au débat sur les thèmes : «Les administrations douanières et le programme de transition fiscale au sein de l’Uemoa et les agents des douanes face aux défis d’une réelle intégration ».   
Initié par les organisations syndicales des agents des douanes de l’espace Uemoa, le forum de Cote d’Ivoire fait suite à celui de Bamako, tenu en janvier 2011.
Outre la Cote D’ivoire, pays d’accueil, sept autres pays ainsi que la commission de l’Uemoa ont pris part audit forum. Il s’agit du Mali ; Benin ; Burkina Faso ;   Guinée Bissau ; Niger ; Sénégal et du Togo.
Soulignons que la rencontre a été marquée par plusieurs allocutions. Dans son mot de bienvenu, Yacouba Katilé, Président du comité de suivi des recommandations de Bamako, a remercié les autorités ivoiriennes d’avoir abrité la rencontre. Avant de saluer l’accueil chaleureux qui a été réservé aux  différentes délégations. Il a par la suite rappelé le contexte particulier dans lequel se tient le présent forum. Notamment    la crise sécuritaire qui mine le septentrion malien. Quant à l’importance capitale de ladite rencontre, Yacouba Katilé a fait un brillant exposé. Il a commencé par expliquer les avantages des pays membres dans le domaine de la politique d’intégration sous-régionale en ce qui concerne les Douanes. «Ce forum est gage d’une bonne réussite de l’intégration sous-régionale en ce qui concerne les Douanes.  Aujourd’hui l’Union avance résolument dans la voie d’un renforcement de l’intégration douanière à des niveaux plus concrets. Au fur et à mesure des avancées, la douane se découvre un rôle important à jouer à travers la simplification, l’harmonisation des procédures et la facilitation des échanges. De même que l’intégration douanière a facilité l’intégration dans d’autres domaines. C’est ainsi que le Mali par ma voie propose non seulement l’élaboration d’un calendrier des forums à venir avec un échéancier précis, mais aussi de trouver des mécanismes de les domicilier ailleurs en cas de troubles dans le pays devant abriter celui-ci», a-t-il déclaré.
En outre, le Président du comité de suivi des recommandations du deuxième forum de Bamako, Yacouba Katilé a appelé les syndicats et associations socioprofessionnelles à se donner les moyens nécessaires de mener et d’élargir leurs actions au sortir de ces trois jours de travaux. Selon lui : «Plusieurs résultats sont attendus à la fin de ce troisième forum. Que les agents des douanes soient mieux outillés sur la réglementation douanière communautaire ; qu’ils y sortent mieux informés et sensibilisés sur leur rôle dans la construction du marché commun ; que des liens de solidarité soient noués entre les participants, en vue d’une meilleure coopération future entre les administrations douanières d’une part et entre les organisations socioprofessionnelles des agents des Douanes d’autre part. Cela,  afin   que des recommandations pertinentes soient formulées», a-t-il poursuivi.
Les thèmes développés au cours du forum
Les travaux du forum d’Abidjan ont porté essentiellement autour de deux thématiques. Il s’agit de: «Les administrations douanières et le programme de transition fiscale au sein de l’Uemoa» et «Les agents des douanes face aux défis d’une réelle intégration».
Avant l’analyse des thèmes retenus pour la circonstance, le comité de suivi, de commun accord avec les représentants de la commission de l’Uemoa a jugé nécessaire de procéder à l’évaluation des recommandations de Bamako.
Quant aux questions soulevées au cours des travaux, les éclairages ont été apportés par les experts. Aussi, des engagements ont été pris par les syndicats et associations socioprofessionnelles allant dans le sens de mener des campagnes de sensibilisation auprès de leurs membres en vue d’un changement de comportement pour réussir cette intégration qui semble être un processus irréversible.
Les recommandations  pertinentes formulées
S’agissant des recommandations  majeures de la dernière journée,  la Déclaration d’Abidjan a désigné le Lieutenant Monpo Seidou de la Côte d’Ivoire comme Président du Comité de Suivi du prochain Forum des Agents de Douanes des Etats de l’Uemoa qui se tiendra à Ouagadougou en 2014. Partant, le forum d’Abidjan a formulé des recommandations pertinentes. Il s’agit entre autres : Une forte manifestation de la volonté politique des Etats membres pour une application effective des mesures communautaires en la matière ; un meilleur encadrement du personnel subalterne des Agents de Douanes chargés de leur mise en œuvre sur le terrain ; la création d’une école des Douanes communautaire par l’Uemoa de concert avec les administrations douanières ; une forte implication de la commission de l’Uemoa pour convaincre les autorités bissau-guinéennes à reconsidérer leur position.  Il s’agit du transfert de certaines attributions normalement dévolues aux agents des douanes à d’autres structures. Enfin les Syndicats et associations professionnelles des Agents des douanes,  se sont engagés à conjuguer les efforts pour permettre à nos administrations de jouer pleinement leur Partition dans ce processus.
Par ailleurs, il est important de signaler que ce forum concrétise une foi de plus,  la détermination des agents des douanes dans la construction d’une vraie intégration économique et sociale dans l’espace Uémoa.
Faut-il le rappeler, en outre du développement des deux thématiques le présent forum visait d’autres  objectifs spécifiques: impliquer les agents des douanes de l’espace Uemoa à la réflexion sur les moyens de construire et consolider l’espace économique ; créer et renforcer les liens de solidarité entre les agents des douanes ; améliorer les rapports entre les douaniers et les usagers du service au sein de l’espace  ; rendre concrets pour les ressortissants de l’espace Uemoa l’esprit et l’idéal communautaires.
Ibrahim M.GUEYE

 
SOURCE:  du   7 jan 2013.