4ème salon international de l’agriculture de Bamako : Pour un coût de 250 millions de Fcfa

0
0

Le mardi 13 mars 2012, Bakary Togola, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agricultures du Mali (Apcam), a tenu une conférence de presse dans la salle de réunion de l’Apcam. Cette conférence de presse a pour but d’éclairer la lanterne de la population sur la 4ème édition du salon international de l’agriculture de Bamako qui ouvrira ses portes du 17 au 24 mars prochain au Palais de la culture de Bamako.

Conscient du rôle éminent des medias dans la société, le conférencier Bakary Togola, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam), a fait savoir que l’objectif de cette conférence de presse est d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur la 4ème édition du salon international de l’agriculture qui se déroulera du 17 au 24 mars prochain au palais de la culture de Bamako. Il a signalé que l’organisation du salon s’élève à 250 millions de Fcfa dont une contribution du gouvernement malien à hauteur de 95 millions de Fcfa. A ses dires, le salon comprendra 200 exposants, 150 stands et avec la participation de 17 États, y compris l’ensemble des régions du Mali.

A l’en croire, le thème central de cette année « promotion de la transformation des produits agricoles » n’est pas fortuit. Car cela permettra de trouver une solution pérenne pour la transformation des produits agricoles maliens comme le coton et la mangue. Selon le conférencier, le salon international de l’agriculture de Bamako est le rendez-vous incontournable des professionnels du secteur agricole, agro-alimentaire et agro-industriel au niveau mondial. Pour lui, le salon sera une occasion de découvrir la diversité et l’authenticité de l’agriculture du Mali et d’ailleurs.

Avec plus de 300 animaux attendus, Bakary Togola a indiqué que cette 4ème édition permettra de consolider les liens afin de pouvoir faire face aux enjeux économiques que représente le monde de l’agriculture. Il a souligné les innovations de cette édition tels que  l’organisation d’un concours et un lieu de divertissement pour les petits enfants. Le conférencier a demandé à tous de travailler et de s’unir car l’union fait la force. « Le Mali ne se développera pas sans l’agriculture, l’élevage et le reboisement », a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.