Allocution de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, à l’occasion de la tenue de la 5ème Session ordinaire du Conseil Supérieur de l’Agriculture

0
Allocution de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA
SEM Ibrahim Boubacar Keita président Malien

Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement ;
Mesdames, Messieurs les membres du Conseil Supérieur de l’Agriculture ;
Monsieur le Secrétaire Permanent du Conseil Supérieur de l’Agriculture ;
Monsieur le Président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali (APCAM) ;
Mesdames, Messieurs les représentants de la profession agricole ;
Mesdames, Messieurs les Représentants de la Société civile ;
Mesdames, Messieurs les représentants des institutions bancaires et de micro-finance ;
Mesdames, Messieurs les représentants des collectivités décentralisées ;
Mesdames et Messieurs en vos grades, titres et qualité ;
Distingués hôtes ;
Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis pour la tenue de la « 5ème Session Ordinaire du Conseil Supérieur de l’Agriculture ». Ce Conseil dois-je le rappeler, a été institué par la Loi d’Orientation Agricole.

Il me plait de préciser que le rôle fondamental de cette instance est de délibérer sur toutes les questions d’intérêt agricole qui lui sont soumises par les acteurs de la profession.

La présente session nous permettra certainement de renouer avec la tradition pour approuver les conclusions et recommandations du Comité Exécutif national de l’agriculture, en vue d’une mise en œuvre diligente et effective du plan de campagne agricole 2014 – 2015.

Mesdames, Messieurs les membres du Conseil Supérieur de l’Agriculture ;
Mesdames, Messieurs,

Je me réjouis que le projet de plan de campagne agricole que le Ministre du développement rural vient de nous présenter soit déjà passé par plusieurs étapes, dont celle du Comité Exécutif National de l’Agriculture présidé par le Premier ministre, Chef du gouvernement. Je fais miennes les conclusions et recommandations, et procède au lancement dudit plan de campagne pour le bonheur du monde rural en particulier et du peuple malien en général.

Mesdames, Messieurs les membres du Conseil Supérieur de l’Agriculture ;
Mesdames, Messieurs,

La présente session que j’ai l’honneur de présider, constitue pour notre pays un événement de grande portée économique et sociale si l’on sait que le secteur agricole est le socle de notre économie nationale. Ce secteur fournit 36% du PIB et occupe environ 85% des populations qui en tirent l’essentiel de leurs revenus.

Le secteur agricole est tributaire d’un environnement de plus en plus capricieux et hostile. Cela est dû à l’effet du phénomène de changements climatiques et du réchauffement de la terre.

Mesdames, Messieurs,

Notre ambition est de contribuer à l’avènement « d’un monde où chaque homme, chaque femme et chaque enfant disposerait tous les jours d’aliments nutritifs et sains en quantité suffisante ».

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Supérieur de l’Agriculture,

Je voudrais rappeler que le plan de campagne agricole est un document de programmation annuelle. Il définit un ensemble d’objectifs, d’activités, de stratégies cohérentes et de ressources destinées à atteindre des objectifs de développement Agricole, notamment la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que l’amélioration des revenus des producteurs et la réduction de la pauvreté.
Sa mise en œuvre permettra de valoriser l’important potentiel agricole dont dispose notre pays notamment l’eau, la terre, le cheptel, les ressources humaines et enfin le soleil. Cette valorisation devra s’opérer de façon harmonieuse et concertée afin d’éviter la duplication, le chevauchement et le gaspillage des ressources et des énergies.

Mesdames, Messieurs,

Nonobstant les déficits pluviométriques observés en début et en fin de la campagne agricole de l’année dernière, je me félicite que la production céréalière ait atteint le niveau de 5 736 092 tonnes.

J’apprécie le niveau de la production de coton graine qui se situe à 440.000 tonnes et son augmentation continue depuis 2009-2010, grâce aux efforts fournis par l’Etat et les producteurs que je salue vivement.

Les productions animales, piscicoles et aquacoles ont été fortement handicapées par les effets néfastes des aléas climatiques, mais j’apprécie hautement les progrès engrangés dans ces sous-secteurs

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Supérieur de l’Agriculture,
La campagne agricole 2014-2015 que j’ai l’honneur de lancer cet après-midi, aura pour socle une belle ambition soutenue par de très prometteuses perspectives sur la base d’une approche intégrée.

J’ai retenu que les objectifs de productions végétales, animales, piscicoles et aquacoles sont de :

– 7 180.404 tonnes de céréales, 600.000 tonnes de coton graine et 132.346 tonnes de Niébé ;

– la couverture des besoins de consommation du pays et un excédent d’environ 1,7 million de tonnes dont la commercialisation générera des revenus bruts importants estimés à 421 milliards FCFA. Ceci contribuera à l’amélioration des conditions de vie des producteurs et à la réduction de la pauvreté ;

– la production de 704.000 tonnes de lait ; 65.000 tonnes de viande rouge, 31.000 tonnes de chair, 453 millions d’œufs, 357.000 unités de cuirs et 1 million de tonnes de peaux ;

– la production de 85.000 tonnes de poissons.

Je salue l’engagement et surtout l’adhésion des producteurs et productrices à œuvrer inlassablement pour la modernisation du secteur agricole, gage de l’atteinte de la sécurité et de la souveraineté alimentaires au Mali. Pour ce faire, j’engage le gouvernement à tout mettre en œuvre pour rendre accessible et à prix abordable à nos producteurs les tracteurs.

Cependant, pour renforcer de façon durable les performances actuelles de notre secteur agricole afin de le sortir du cercle vicieux de la précarité, nous devons continuer à promouvoir l’agriculture familiale tout en nous ouvrant de plus en plus et de mieux en mieux à l’agro-business.

Mesdames, Messieurs,

Au regard de l’importance des défis énormes auxquels nous devons faire face pour atteindre cette promotion souhaitée de notre secteur agricole, je me suis assigné l’objectif de développer une agriculture moderne et compétitive, seule garante d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle. Je réitère ici mon engagement à doter le secteur du développement rural de ressources adéquates en y affectant 15% du budget national. J’instruis à cet effet le gouvernement à traduire cet engagement dans les faits.

Je reste convaincu que le maintien de la politique de subvention aux intrants agricoles assortie de mesures de bonne gestion peut améliorer de façon significative la production et la productivité agricoles, générer des revenus décents pour les producteurs et subséquemment contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural.

C’est pourquoi j’ai décidé de fixer pour la campagne qui débute le prix subventionné de l’engrais à 11.000 FCFA au lieu de 12.500 FCFA le sac.

Mesdames, Messieurs,

C’est ensemble que nous devons hâter la transition de notre agriculture vers une agriculture moderne compétitive, créatrice d’emplois et génératrice de prospérité pour notre peuple.

Je voudrais, avant de terminer mon propos, adresser mes sincères remerciements à tous les acteurs qui ne ménagent aucun effort pour la promotion du secteur agricole.

J’ose espérer que la mise en œuvre des activités planifiées au titre de la campagne agricole 2014-2015 contribuera à mieux renforcer une dynamique efficiente et très porteuse pour le monde agricole et l’ensemble du Mali.

C’est sur cette note d’espoir et d’engagement que je déclare lancée la campagne agricole 2014 -2015, et que je clos les travaux de la « 5ème session du Conseil Supérieur de l’Agriculture ».

Implorons la clémence et la grâce du Tout Puissant et Miséricordieux pour qu’il nous gratifie d’une bonne pluviométrie et nous préserve de ces fléaux qui pourraient annihiler nos efforts.

Je vous remercie de votre aimable attention !

 

Présidence de la République du Mali
PARTAGER