Crise au sein du MOBIOM : Le Président de l’APCAM hausse le ton

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le  Président de l’APCAM M. Bakary TOGOLA hausse le ton, et dénonce toutes les tentatives de division des producteurs.

Bakary Togola

Bakary Togola

Face à l’imminence du danger que court le Mobiom et face aux craintes suscitées par les dernières évolutions de la crise au sein de cette organisation, les responsables du monde paysan au niveau national et les partenaires se sont retrouvés à Bougouni, au cours d’une AG qualifiée par certains de celle de la dernière chance, en vue d’adopter des disposions allant dans le sens de l’apaisement et de la réconciliation entre les producteurs biologiques.

Après  le verdict prononcé par le tribunal de Bougouni le 15 janvier 2013,  l’affaire Mobiom continue à défrayer l’actualité. En effet, le jeudi 7 février 2013 tous les présidents des unions de producteurs de coton affiliées à la chambre d’agriculture du Mali et les 57 coopératives membres du Mobiom se sont retrouvés dans la salle Siraba TOGOLA avec comme ordre du jour l’examen de la situation actuelle du Mobiom à savoir : le fonctionnement du Mobiom, l’évacuation et le paiement de la production  du coton graine de la campagne agricole 2012 – 2013

A cette rencontre capitale on pouvait noter la présence du  Président de l’APCAM et de son secrétaire général accompagné pour la circonstance par une forte délégation de la région de Sikasso : le DGA et le  Coordinateur de la CMDT Holding, le Préfet de Bougouni et les représentants des institutions financières comme Kafo jiginew et la BNDA en plus du principal partenaire financier Helvetas.

Tour à tour les intervenants à la tribune ont remercié et apprécié les multiples actions du président en faveur des paysans du Mali et la référence qu’il continue d’être pour les agriculteurs du Mali.

A l’issue des débats riches et enrichissants, les 57 coopératives ont adopté à l’unanimité les résolutions suivantes :

-          La confirmation de l’ancien conseil d’administration

-          Le maintien du bureau du comité de crise mis en place le 27 novembre 2012 jusqu’à l’élection d’un nouveau conseil d’administration

-          Le licenciement du directeur de Mobiom, Sidy El Moctar GIRO pour  le non respect de ses engagements professionnels, des mauvais comportements et le  manque de transparence dans sa gestion.

-          La remise immédiate des équipements et matériels du Mobiom détenus par le Directeur au bureau du comité de crise.

-          Le paiement intégral des primes dues aux producteurs

-          La reprise totale de la commercialisation du coton et des autres produits biologiques

-          L’attribution d’un mandat à l’APCAM pour la conduite d’un audit de gestion du Mobiom.

Les participants, à travers le Président de l’APCAM n’ont pas aussi manqué d’adresser leur reconnaissance à toutes les autorités administratives et politiques de Bougouni pour leur assistance et leur accompagnement dans la résolution de la crise au sein du Mobiom

Le préfet de Bougouni a tout d’abord mis l’accent dans son intervention sur le soutien des autorités locales à l’armée malienne dans sa reconquête du nord du pays. Il  a aussi affirmé la nécessité du retour de la paix au Mali, condition essentielle pour entreprendre toute action de développement. Il a indiqué ensuite que cette période est mal choisie pour entretenir la division entre les producteurs au moment où le pays a besoin de l’apport de tous les fils du pays. Il a enfin remercié le Président de l’APCAM pour cette initiative de réconciliation.

Le Président de l’’APCAM dans son intervention a déclaré qu’il défendra par tous les moyens les intérêts de la majorité des membres des paysans où qu’ils se trouvent. Pour le président, cette crise trouve son origine dans deux difficultés qui ont miné la vie de l’organisation à savoir : la rupture du courant d’information entre  les différentes structures et l’interférence du personnel technique dans la vie des coopératives.

Selon ses termes, l’initiative de coton biologique a été lancée pour la première fois grâce à la CMDT dans les années 2000, qui, pour la première fois a expérimenté la culture biologique dans les zones où il est possible de le produire sans intrants chimiques et depuis, des projets spécifiques s’en sont appropriés. Le Président a également  demandé au représentant des institutions présentes de s’inscrire désormais dans la logique du changement. Le comité de crise mis en place doit entreprendre des démarches pour pouvoir travailler effectivement afin de relancer les activités de l’organisation, de  préserver et de renforcer l’unité du monde paysan.

En attendant la reprise de  la gestion des affaires du Mobiom par le comité de crise, le chef de file des partenaires financiers Helvetas Swiss Intercooperation a annoncé la suspension de tous ses appuis.

BS

 
SOURCE:  du   23 fév 2013.