Les masques tombent dans l’affaire de l’engrais frelatés : la société Somadeco avoue son imposture !

89

Suite au scandale des engrais frelatés, le gouvernement avait promis de sanctionner le ou les coupables de la livraison de ces engrais. La Somadeco, principale société incriminée vient de voir son offre pour la saison agricole 2015-2016 rejetée par la commission d’appel d’offres. 

Depuis plusieurs années, le gouvernement du Mali accorde 14, 48 % du budget national au secteur de l’agriculture et injecte 60 à 70 milliards de F CFA dans la subvention des intrants. A côté des traditionnels fournisseurs d’engrais, qui ont toujours bien fait leur boulot, de nouveaux fournisseurs sont entrés par effraction dans le secteur. Ce fut alors la voie ouverte à toutes les dérives. C’est ainsi que l’année dernière, l’un de ces fournisseurs d’engrais, la société « Somadeco » avait fait entrer sur le territoire national des engrais de mauvaise qualité.

Donnant ainsi lieu à la grande polémique dite de « l’engrais frelaté ». Après plusieurs interpellations, le gouvernement a fait analyser des échantillons de l’engrais incriminé. Le résultat est sans appel, car  sur 163 échantillons d’engrais prélevés en zones CMDT/OHVN, il a été révélé que 3 404 tonnes, soit 37 % des échantillons, étaient hors norme. Il en ressort que les engrais sont à base d’une roche phosphatée non réglementaire. Leur taux de calcium, très élevé, atteignait 15-35ppm. Quant au taux de plomb, il était également élevé par rapport aux normes: 10-20ppm. Pour ce qui est du chrome, l’on notait un taux de 120-160ppm, largement au-delà des normes admises.

Ces données attestaient que ces produits étaient hautement dangereux. Pour les spécialistes, de tels produits ne pouvaient  pas être utilisés par le monde paysan, dans la mesure où leur temps de dissolution était trop long.  Suite à ces résultats, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, lors du conseil supérieur de l’Agriculture, le 25 mai 2015, promettait des poursuites contre les personnes qui livreraient des engrais frelatés. A sa suite, son Premier ministre, Modibo Kéita, avait promis des sanctions, au cours de la présentation de sa politique générale, le 11 juin 2015.

Ils viennent de mettre en exécution une partie de leur menace. Si, pour l’instant des personnes physiques responsables de la livraison de ces engrais frelatés n’ont pas encore été sanctionnées, la sanction en ce qui concerne la Somadeco est tombée. En effet, au titre de la fourniture de l’engrais pour la saison agricole 2015/2016, la commission de l’Appel d’offres, a décidé de ne pas retenir l’offre de la « Somadeco ».  La non-retenue de son offre n’a sans doute pas surpris la Somadeco. Pour échapper à la sanction, elle s’était séparée de son fournisseur traditionnel « Timac Agro » pour soumissionner avec les engrais de l’Office chérifien des phosphates du Maroc. Pourquoi, la Somadeco a subitement décidé de présenter un nouveau produit et un nouveau fournisseur ? La réponse est toute simple : l’engrais fournis par son fournisseur en 2014, était bel et bien de mauvaise qualité d’où la rupture avec le fournisseur.

Dans un entretien accordé à nos confrères du journal « le Sphinx », Baboye Bocoum, directeur commercial de Somadeco, s’offusque du fait que sa société pour n’avoir pas présenté le même type de produit et le même fournisseur, ne devrait pas être victime de la campagne précédente. Le directeur commercial de la Somadeco semble oublier que la société est sanctionnée pour avoir livré des engrais hors norme, conformément à la promesse faite par les plus hautes autorités.

Toujours dans cet entretien, le directeur commercial de la Somadeco s’en prend en des termes à peine voilés, à certains de ses concurrents.  Au lieu de s’en prendre à ses concurrents, la Somadeco ferait mieux de s’en prendre à elle-même, car personne n’est responsable de son infortune. Pourquoi Somadeco changerait de fournisseur donc de produit, si elle est convaincue que ses produits sont dans les normes requises ? Les masques sont tombés, cette société a tacitement avoué son imposture. Ceci nous conforte dans l’appréciation que nous avions faite dans l’éditorial de Delta News n°62 du mercredi 08 juin 2015.

En effet, parlant de ce problème d’engrais frelatés, nous avions mis l’opinion nationale en garde contre l’amalgame, nous citons : ‘’Mais il faudrait faire attention, on devrait éviter l’amalgame. On doit pouvoir trier la bonne graine de l’ivraie. Les pédagogues estiment qu’une punition collective n’a aucune portée éducative, ni dissuasive. A décourager les vrais entrepreneurs, ceux-là dont les actions ont non seulement un impact économique mais social sur la vie de la nation, on encouragerait davantage l’importation de produits frelatés avec tous ses corollaires d’effets induits sur la santé des maliens.῎ (l’éditorial de Delta News n°62 du mercredi 08 juin 2015).

Il faut féliciter la commission pour avoir trié la bonne graine de l’ivraie.

  1. K.
PARTAGER

89 COMMENTAIRES

  1. Pour Bakary Togola, les laboratoires ont estimé que ces engrais manquaient de certaines substances et que ces analyses n’ont jamais prouvé que ces engrais sont nuisibles pour la santé. Il dit n’avoir jamais été informé par les laboratoires commandités de la nuisance de ces engrais sur la santé, une fois utilisés pour les cultures. Il dira que la quantité normale de l’engrais pour la culture du coton est 14/14 et 18/18, mais celui qui leur fournit des engrais avec des taux 15/15 et 18/18, a dépassé les normes, et celui qui fournit 13/13 et 18/18 ; ce qui est inférieur à la norme.

  2. Téréta reconnaît que la qualité de ces engrais peut influer négativement sur l’atteinte des objectifs de production du fait que les plantes ne bénéficieront pas des quantités d’éléments nutritifs nécessaires pour développer tout leur potentiel. Téréta confirme nos informations sur la lettre d’avertissement du ministre ivoirien sur la possibilité d’entrée des engrais de mauvaise qualité au Mali: « J’ai tenu, par souci de transparence, à organiser une rencontre avec tous les acteurs concernés pour leur restituer les résultats et les tenir informés de la teneur de la lettre de mon homologue de Côte d’Ivoire, qui attirait mon attention sur l’importation et la commercialisation en Côte d’Ivoire et dans la sous-région d’engrais non conformes. Cette lettre nous demandait aussi de prendre des dispositions pour protéger les producteurs qui sont les utilisateurs finaux de ces engrais ».

  3. il a été révélé que 3 404 tonnes, soit 37% des échantillons, sont hors norme. « Un engrais hors norme ne répond pas aux critères de qualité réquis.Il n’est pas d’assez bonne qualité pour corriger les carences des sols en vue d’assurer une nutrition équilibrée des cultures. Cependant, toute formule d’engrais chimique est mise au point en fonction de la composition agro-chimique des sols et des besoins des plantes. De ce fait, un engrais peut être de mauvaise qualité pour un type de sol, mais bon pour un autre type », précise Téréta

  4. La seule autorité malienne à nier la présence d’engrais frelatés au Mali reste le PDG de la CMDT, Kalifa Sanogo. En deux sorties médiatiques, le PDG dira haut et fort qu’il n’existe d’engrais frelatés au Mali. Pour lui, les engrais fournis au Mali sont plutôt « hors normes » en raison du déséquilibre de certaines composantes: « Le terme « frelaté ne s’applique qu’aux liquides: il y a de l’huile frelatée, de l’alcool frelaté, mais le mot ne s’applique pas aux corps solides ». Aux dires du docte PDG, l’enjeu est ailleurs : le Mali doit parvenir à fabriquer ses propres produits pour ses paysans. Depuis la restructuration de la CMDT, celle-ci est, selon son patron, mise à l’écart dans le processus d’achat et de distribution des intrants. Ce volet est confié à la Coopérative des producteurs de coton présidée par Bakary Togola. Pour la campagne 2015-2016, la Coopérative a commandé 224 000 tonnes d’engrais reparties comme suit : Afrique-Auto (4000 t), Agro Tropic (400 t), Ciwara (1500 t), OPA (11 000 t), GDCM (17 325 t), Mamadou Simpara (2 396 t), Partenaire Agricole (4 000 t), SAD (1 500 t), Sangoye (1060 t), Satracom (600 t), SMIAS (500 t), Sogefert (5 569 t), SOMADECO (21 000 t), Sapam (500 t), Souad distribution (2 340 t) et Toguna Agro-industries (25 310 t). Seules 50 000 tonnes ont été livrées. « Les échantillons prélevés l’ont été sur les 50 000 tonnes. Les engrais de mauvaise qualité étaient de 3404 tonnes, soit moins de 2% du total analysé », révèle le PDG.

  5. Le Premier Ministre Modibo Kéita, lors de sa Déclaration de Politique Générale devant les députés le 11 juin 2015, est interpellé sur la question des engrais frelatés. Il reconnaît qu’une importante quantité d’engrais frelatés a été importée. Selon lui, l’affaire est d’intérêt national et mérite une attention particulière. Il promet que les coupables seront punis : « Il n’y aura aucune impunité ! ». Il annonce l’ouverture d’une enquête pour démasquer les réseaux mafieux impliqués dans le trafic.

  6. Moi je pense qu’on ne doit pas seulement se contenter de rejeter le dossier de cette société.
    Il faut aussi arrêter ses responsables pour les juger afin qu’ils payent de amendes en guise de dommages et intérêts à l’État malien.

  7. La SOMADECO doit payer des dommages et intérêts au gouvernement et aux agriculteurs de coton.

  8. Cette société doit payer pour tout ce qu’elle a causé comme tort à notre pays.
    Son dossier a été rejeté pour l’appel d’offre,mais il faut aussi que ses responsables soient jugés et jetés en prison si leur responsabilité est avérée.

  9. C’est un ouf de soulagement que d’entendre les résultats de la commission d’enquête sur l’affaire des engrais dits frelatés, car on aura tout entendu avec ces journalistes affamés sur celle-ci. Ainsi, on sera un peu en paix. Mais, je serai étonné qu’ils ne servent des résultats pour soulever une autre polémique.

  10. L’impunité c’est fini au Mali, tous les malfaiteurs payeront à leurs fautes. La SOMADECO n’a rien vu d’abord et c’est une alerte pour les autres aussi.

  11. Tous ce qui sont impliqués dans ce sale coup payeront très cher. Le rejet de la SOMADECO pour la campagne agricole 2015-2016 n’est qu’un début des châtiments prévus pour les auteurs de cette sale affaire.

  12. Je pense que cette sanction est légère vis-à-vis de la SOMADECO. Parce que c’est une insulte pour les autorités et pour les paysans. J’attends d’autres plus sévères, cela servira de leçon pour les autres.

  13. Ce n’est pas la SOMADECO seulement qui va payer cette sale affaire mais tous les complices et coupables de cette affaire d’engrais frelaté.

  14. IBK a dit à tous les maliens qu’il ne sera plus impitoyable, le rejet du dossier de la SOMADECO est une preuve parce que cette société a été une fois mêlée dans une salle affaire qui était l’affaire des engrais frelatés.

  15. Comme cette histoire histoire d’engrais frelaté,toutes les affaires en justice sous le pouvoir IBK iront à leur terme.
    Plus rien ne restera impuni dans ce pays car la justice malienne est mise en mission et elle doit accomplir cette mission pour le bonheur des justiciables.

  16. La SOMADECO doit payer cher plus que cela même. Elle doit dédommager le gouvernement et tous les paysans qui ont utilisé les engrais frelatés.

  17. Je félicite la commission d’enquête d’avoir la lumière sur ce scandale. Je demande que ces sanctions soient vite appliquées en l’encontre de la SOMADECO et les personnes physiques aussi.

  18. Cette société doit être traduite à la justice et elle doit payer des dommages et intérêts pour le gouvernement et les paysans.

  19. C’est bien fait cette société mérite une correction plus meilleure que celle là. Elle avait menacé la vie d’un millier de personnes.

  20. Je me réjouis de voir que les enquêtes menées ont porté les fruits escomptés par l’annonce du coupable qu’est la SOMADECO et la sanction de celle-ci . Je doute fort que ces résultats ne soient pas une occasion pour les journalistes affamés de soulever une autre polémique rien que pour ternir l’image du président.

  21. Il faut que la population sache que nos autorités sont toujours de bonne foi pour notre bien être mais il y’a seulement des individus malintentionnés parmi nous, qui cherchent toujours à nous causer du préjudice.

  22. IBK a promis que la lumière sera faite sur cette affaire et maintenant nous commençons à voir les réalités de tout ce qui était caché.

  23. Le rejet de ce dossier vient montrer à tous les maliens que l’impunité dans ce pays est un lointain souvenir.
    J’invite tous ceux qui aiment entretenir la polémique à se prononcer de manière objective sur ce acte.
    Le président avait promis punir tous les coupables,c’est ce qui commence avec le dossier de la SOMADECO.
    Nous ne sommes qu’au début…
    Allons seulement!!! :mrgreen: :mrgreen: 😳 😳 :

  24. “Il faut féliciter la commission pour avoir trié la bonne graine de l’ivraie.” En effet, la commission est à féliciter, car c’est un travail de longue haleine qui demande beaucoup de temps et de minutie. C’est ce qui que très souvent nos enquêtes sont lentes. Il faut éviter d’aller vite en besogne en divulguant des résultats qui pourraient nous compromettre.
    BRAVO A LA COMMISSION!!

  25. Voilà encore une révélation petit à petit nous saurons toutes les vérités dans cette affaire. La vérité triomphera inchaallah !!

  26. Le rejet de ce dossier vient montrer à tous les maliens que l’impunité dans ce pays est un lointain souvenir.
    J’invite tous ceux qui aiment entretenir la polémique à se prononcer de manière objective sur ce acte.
    Le président avait promis punir tous les coupables,c’est ce qui commence avec le dossier de la SOMADECO.
    Nous ne sommes qu’au début…
    Allons seulement!!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  27. Le rejet de ce dossier vient montrer à tous les maliens que l’impunité dans ce pays est un lointain souvenir.
    J’invite tous ceux qui aiment entretenir la polémique à se prononcer de manière objective sur ce acte.
    Le président avait promis punir tous les coupables,c’est ce qui commence avec le dossier de la SOMADECO.
    Nous ne sommes qu’au début…
    Allons seulement!!!

  28. ‘’Mais il faudrait faire attention, on devrait éviter l’amalgame. On doit pouvoir trier la bonne graine de l’ivraie”
    C’est justement ce tri qui fait que les enquêtes trainent souvent.Pour mener une bonne enquête et avoir des résultats qui seraient pas traités de décision arbitraires par certaines personnes,il importe d’aller minutieusement.Cela peut paraître long,mais c’est la meilleure et nous voyons une partie des résultats avec le rejet du dossier de la SOMADECO.
    Merci à nos autorités pour cet actes. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  29. Je pense en tant que Malien que la sanction prononcée en l’encontre de la SOMADECO est très légère. J’aimerais qu’on lui inflige une sanction plus lourde en répondant bien sûr de ces actes devant une cour de justice.

  30. Salut c’est Abrahel qui revient avec de nouvelles infos sur ce problème d’engrais frélaté :Pour booster la production dans les champs, les paysans maliens ont besoin d’engrais pour les semences. Mais près de 40 000 tonnes d’engrais importées sont frelatées. C’est un véritable scandale, estime un député du parti au pouvoir qui a enquêté sur le sujet : « C’est vraiment un scandale. Les paysans sont beaucoup plus endettés qu’avec la culture du coton. Et s’il faut leur envoyer encore des engrais de mauvaise qualité, ça va leur créer encore d’autres problèmes », assure en colère Bafotigui Diallo.

    Après avoir analysé les échantillons d’engrais livrés, deux laboratoires confirment que l’engrais est de mauvaise qualité. L’affaire est devenue une affaire nationale et à son tour, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, est sorti de ses gonds : « Tout sera tiré au clair. Les fautifs seront punis ».

    Les coupables sont recherchés. Des auditions sont prévues ce lundi et on évoque même l’implication de gros poissons dans la chaîne qui irait du lancement d’appel d’offres aux fournisseurs d’engrais, en passant par les intermédiaires.

    • ENSUITE Abrahel je confirme en ajoutant que Après une batterie de questions précises d’un élu, le ministre malien du Développement rural s’est exprimé devant les députés. Il a contesté un rapport d’analyse en révélant que c’est un fournisseur d’engrais mécontent qui a fait des déballages non fondés.

      Mais finalement, le ministre Bocari Téréta a reconnu que, selon des analyses qu’il a demandées lui-même, il existe bel et bien des engrais hors norme sur le terrain au Mali : « L’autre prélèvement pour le premier tour n’a porté que sur moins de 10 000 tonnes. Et sur ces 10 000, ce sont finalement 4 000 tonnes d’engrais qui ont été vraiment épinglées, jugées comme qualité non conforme à la norme ».

      Après cette annonce, le député Bakary Koné de la majorité est revenu à la charge. Dans son intervention, il a parlé de magouille, de perte de 27 milliards de francs CFA pour les paysans à cause de cette affaire d’engrais périmés, frelatés, et il a mis directement le ministre en cause : « Je dirais que tous ceux qui importent ces engrais de mauvaise qualité, vous êtes complices de ces gens ». La réplique du ministre malien du Développement rural ne s’est pas fait attendre : « Je me porte en faux par rapport à tout ce que vous avez dit ».

      Pour le moment, une chose est sûre, la lumière n’a pas encore totalement été faite sur le scandale des engrais hors norme qui sont déjà sur le terrain.

      • En ma conception Les résultats des analyses de trois laboratoires que RFI a pu consulter sont formels : des engrais fournis aux paysans maliens sont hors normes.

        Le Collectif pour la défense de la République (CDR) – une association – tire la sonnette d’alarme. « Les spécialistes disent que ces engrais vont constituer des poisons qui vont affecter les sols, les récoltes et tous les être vivants aquatiques. Cela est une menace grave dont les conséquences sont difficiles aujourd’hui à percevoir et à dénombrer », a déclaré, à RFI, le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf Bathily.

        Au Mali, l’affaire continue de faire grand bruit. « Affaire de gros sous », « irresponsabilité », « négligences graves », « résultat de luttes fratricides entre concurrents ». Les commentaires vont bon train.

        Le bouillant responsable du Collectif pour la défense de la République va plus loin et réclame des démissions : « Nous demandons la démission, d’abord, du ministre de l’Agriculture. Il avait l’obligation, en vertu de l’article 222 du code commercial et général, de vérifier la conformité des produits. Ensuite, celle du président de la Chambre de l’agriculture du Mali (Apcam). Nous demandons enfin la démission du président de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT). »

        Cependant, des proches des trois personnes citées affirment que celles-ci ont la conscience tranquille

        • Suite de l’affaire des engrais frelatés au Mali. Ce scandale a été révélé par un député malien. Près de 40 000 tonnes d’engrais importées auraient des effets néfastes sur les cultures, mais aussi sur la santé des consommateurs. Les associations paysannes demandent des comptes au gouvernement de même que l’Association des consommateurs maliens, l’Ascoma.très interressant

          • Après le courroux d’élus, celui des paysans maliens : Ils ont entamé ce mardi, un sit-in de trois jours à la Bourse du travail de Bamako pour notamment interpeller le gouvernement malien sur le scandale des engrais importés, des engrais qui devaient en principe permettre de stimuler la production du coton et de céréales. Mais une partie de l’engrais importée est périmée.

            Des paysans venus de l’intérieur du Mali sont en colère. Après leur premier jour de rassemblement, organisé à la Bourse du travail de Bamako, ils réclament toujours à corps et à cris deux choses : la fin de l’accaparement des terres et la lumière sur ce qu’on appelle désormais ici le « scandale des engrais périmés importés ».

            Massa Koné est un membre influent de l’UACDDDD, l’Union des associations et coordinations d’associations pour le développement et la défense des droits des démunis. Porte-parole de la Convergence Malienne pour l’accaparement des terres (CMAT), il a participé au rassemblement. « C’est des gros bonnets qui se tirent entre eux, qui font leur marché, qui font leur business sur notre dos et [créent] l’accaparement des terres et ce problème d’engrais, s’indigne Massa Koné. Suite au résultat, immédiatement on devrait procéder à des sanctions et à des arrestations ! Quand on dit un Etat de droit il faut qu’il y ait l’autorité de l’Etat ! »

            L’Etat malien n’a pas encore donné des réponses claires. Certes, le président malien IBK a récemment déclaré que sur le dossier des engrais périmés il sera intraitable, sans pitié. Mais jusque-là des questions restent sans réponse. Par exemple, quelle est la quantité exacte des engrais périmés et surtout qui sont ces gros bonnets fautifs dont parlent les paysans.

          • Encore plus je vois que vous êtes bien informé La justice malienne a ouvert une enquête sur l’affaire des engrais de mauvaise qualité. Les auditions ont commencé. Le patron de la Compagnie malienne de développement textile (CMDT), ainsi que trois autres cadres de la filière agricole ont déjà été entendus. D’autres personnes s’apprêtent à passer devant les enquêteurs.

            Les élus des associations de défense des consommateurs maintiennent la pression et exigent « la vérité sur les poisons déversés dans les champs ». Un député de la majorité présidentielle a même publiquement interpellé le ministre malien du Développement rural sur la question. Bokary Téréta dans ses réponses n’a pas du tout convaincu des élus qui l’ont même accusé « d’être complice de ceux qui ont commandé des engrais de mauvaise qualité ». Faux, a répondu le ministre qui a néanmoins reconnu que plusieurs fournisseurs ont introduit dans le pays des engrais hors normes.

            L’affaire continue de faire grand bruit au Mali. Publiquement, des députés parlent d’un scandale qui porte sur un détournement de plus de 10 milliards de francs CFA alors que, outre la baisse possible du rendement de la production, la santé des populations est en jeu.

  31. ‘’Mais il faudrait faire attention, on devrait éviter l’amalgame. On doit pouvoir trier la bonne graine de l’ivraie”
    C’est justement ce tri qui fait que les enquêtes trainent souvent.Pour mener une bonne enquête et avoir des résultats qui seraient pas traités de décision arbitraires par certaines personnes,il importe d’aller minutieusement.Cela peut paraître long,mais c’est la meilleure et nous voyons une partie des résultats avec le rejet du dossier de la SOMADECO.
    Merci à nos autorités pour cet actes.

  32. Le président IBK avait promis qu’une enquête sera menée pour épingler les auteurs de ce scandale. A cet effet, une commission d’enquête a été mise en place. Aujourd’hui, elle nous donne les résultats de cette enquête dont la SOMADECo est le coupable.C’est une victoire pour le président et je souhaiterais que ces acteurs soient punis conformément aux lois.

  33. BAFOTIGUI dit tout ça pour son intérêt personnel.
    Prenons aussi le cas de DIADIE BAH qui était le fournisseur d’engrais sous l’ancien régime.
    Lors de l’appel d’offre sa compagnie a été regrettée de la liste des fournisseurs, c’est pour cela qu’il entrain de salure le gouvernement d’IBK.

  34. Il ne faut pas que nos autorités caressent dans le sen du poils des gens qui ont sali leur image; il faut que ces gens payent et dans les brefs délais. Leur acte est inacceptable et impardonnable.

  35. Pour BAFOTIGUI « c’est le RPM qui a fait élire IBK comme président du Mali. Ce parti est obligé de soutenir toute action allant dans le sens de l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens C’EST CE PARTI QUI A PROPOSE IBK CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE.C’EST LE RPM QUI A SIGNE LA PLATEFORME AVEC LES PARTIS POLITIQUES ALLIES PENDANT LES ELECTIONS. ».
    Il fait ses critiques pour avoir une place au sein du nouveau gouvernement d’IBK.
    Tout ce qu’il dit est loin de la vérité
    Et tous ces journaleux par leur man que d’expériences ne disent rien de bon
    Le journalisme c’est éclairer le peuple et non le revolter inutilement

  36. La somadeco se doit de réparer l’erreur commise car elle a été de grande portée.
    Il faut que le gouvernement exige que ce fournisseur redonne de l’engrais de bonne qualité cette fois si aux populations auxquelles ceux de l’an passé était destiné et cela sans rémunération.
    Félicitations à la commission d’enquête qui a éclairci cette affaire.

  37. Enfin, le verdict sur le scandale des engrais frelatés est tombé. C’est une volonté du chef de l’Etat qui vient d’être accomplie car il avait promis de faire la lumière sur cette affaire. Et c’est chose faite.

  38. L’affaire de l’engrais est plus politique que technique.
    Le cas de BAFOTIGUI DIALLO est un exemple.
    Prenons le cas de BAFOTIGUI DIALLO députe élu à commune VI de BAMAKO, il fait également du parti RPM
    Pourquoi un membre de même parti puisse critiquer le régime en place dont il faisait partie du même de parti ?
    Pourtant On sait que BAFOTIGI vient de la même localité que TIEBLE DRAME et IBK.

  39. La Somadeco ne doit pas se plaindre du fait que leur requête aux appels d’offre ait été rejeté car ils ont été à la base d’un grand scandale qui a sali des honnêtes personnes et institutions de ce pays et je pense même que cette décision de leur interdire de postuler aux offres du gouvernement est insuffisante. Il faut engager des poursuites pénales contre ses responsables.

  40. “En effet, parlant de ce problème d’engrais frelatés, nous avions mis l’opinion nationale en garde contre l’amalgame”.
    Certes vous l’avez fait mais il y a des gens qui sont des spécialistes de la polémique dans ce pays tant leur haine contre le pouvoir en place est intense. :mrgreen: :mrgreen: 8) 8) 💡 💡
    J’attends de voir quelle sera leur réaction face à cette conclusion de l’enquête mené dans le cadre de cette affaire.

  41. Je crois que les commissions d’enquêtes jouent leurs rôles et celle mise sur pieds dans cette affaire des engrais frelatés ne me fera pas dire le contraire. Elle a produit des résultats probant au delà de toutes attentes. Il ne faut donc pas se baser sur certaines affaires qui piétinent pour saboter l’immense travail que ces gens abattent pour le bien de tous.

  42. Je pense que la volonté du président de la république de faire de la justice malienne une des plus crédible n’a jamais changé. Il l’a affirmé lors de la campagne et tient toujours à cette promesse qui était à l’ordre du jour des consultations du conseil de gouvernement. Il faut donc accorder le temps nécessaire pour que ces reformes puissent voir le jour et que les procès et autres affaires qui n’avaient pas encore eu de dénouement puissent être tirées au clair.

  43. Tu as raison le reste est à venir, la Somadeco n’a encore rien vue. La commission d’appel d’offre n’a fait que rejeter leur offre, le gouvernement malien n’a point besoin de travailler avec une société aussi corrompu et infâme.

  44. 😈 😈 😈 😈 La Somadeco, principale société incriminée vient de voir son offre pour la saison agricole 2015-2016 rejetée par la commission d’appel d’offres. 8) 8) 8) Cela est tout à fait normal, alors que la société s’attend au pire.

  45. Moi je pense que les enquêtes peuvent piétiner mais elles donnent toujours des conclusions. C’est dans l’intérêt même de la nation que les imposteurs payent de leurs actes donc je crois que la volonté des autorités ne seraient nullement être que ces faits restent totalement impunis.
    Merci à la commission d’enquête qui nous a éclairé sur cette affaire.

  46. Par rapport à cet article, je voudrais dire seulement que les décisions de justice sont des choses qu’il faut prendre très au sérieux car d’elles dépendent la vie de personnes et même souvent la vie des peuples alors une enquête doit prendre le temps qu’il faut pour ne pas prendre le risque de se tromper et prendre de décisions qui feront plus tard regretter.
    Je suis donc ravi que cette enquête promise par nos dirigeants ait au moins pu fournir des résultats.

  47. La Somadeco a commis de grave acte, le faite de faire circuler expressément des engrais hors normes sur le territoire malien est un acte qui dérive de la mauvaise foi. Je soutient le gouvernement pour le rejette de l’offre de la Somadeco pour la saison agricole 2015-2016 par la commission d’appel d’offre.

  48. Dans cette affaire les détracteurs cherchent par tous les moyens à porter atteinte au régime en place. Mais les résultats contrairement aux dits des détracteurs, les résultats de l’enquête sont d’une manière salutaire et objectif.

  49. La machine est déjà lancée donc la SOMADESCO et tous ceux qui ont participé à cette histoire. Ils doivent être rayés de la liste des fournisseurs du pays et doivent être poursuivis pour trahison à la nation

  50. Les autorités maliennes ont promis des enquêtes afin de trouver les auteurs et de les faire payer.
    Les faits parlent d’eux-mêmes car une enquête qui a été ouverte il y a quelques temps jours a porté ces fruits donc cela prouve qu’il y a du travail qui est en train d’être fait. Tout ne peut pas marcher comme sur des roulettes que ce soit en justice ou pas mais le plus important c’est de faire le maximum pour que la lumière soit faites sur certains scandales afin que les uns et les autres soient satisfaits et c’est là le souhait des dirigeants de ce pays.

  51. J’accuse l’opposition d’être à la base de ce scandale. Ils n’ont jamais caché leur mauvaise intention de s’accaparer du pouvoir en causant du tort au pouvoir IBK pour dire à qui profite cette histoire.

  52. Les promesses d’IBK finiront toujours par se réalisé, et cette autre de ses promesses n’est pas en marge des sanctions qu’il a entrepris. Tot ou tard, ces fautifs seront traduits devant la justice.

  53. Ici la question qui doit se posée est de savoir si réellement l’histoire de trois milliards FCFA qui à bloquer par le par le ministre du développement rural dans la campagne agricole 2010-2011 sont en rapport avec celui de 2015 ?
    La réponse à cette question va nous permettre de savoir la réalité concrète concernant l’histoire de l’engrais frelaté.
    Les journalistes racontent toutes sortes de conneries sur l’histoire de l’engrais frelaté

  54. IBK et MODIBO avaient promis de faire la lumière sur cette histoire donc nous sommes confiants que les auteurs seront arrêtés. La SOMADESCO ne peut plus bénéficier de marchés encore car elle a trahi le peuple. Le produit livré l’année dernière est très dangereux sur tous les plans donc il faut savoir où on va.

  55. Enfin la lumière est faite sur ce scandale qui a fait couler assez d’encre que de salive.
    Il y a des personnes qui tirent des conclusions un peu trop hâtive dans ce pays. C’est le gouvernement et IBK qui ont été accusé. Maintenant que les faits sont là; que dîtes vous?

  56. Le PM Modibo Keita a souligné de sa DPG que cet acte ne restera pas impuni. Le chef de gouvernement et son président sont décidés pour que la lumière soit faite sur cette affaire.

  57. Le président Ibrahim Boubacar Keita a tenu concernant la poursuite de ces coupables des engrais frelatés. Tel que je le connais, il ne laissera pas tombé cette histoire, vous pouvez en être sure.

  58. Nous devons faire attention à ces journalistes qui sont à la solde de TIEBILE et autres donc ce scandale leur profite. Nous attendons la conclusion définitive de l’enquête pour situer les différentes responsabilités

  59. IBK est contre la corruption et la mauvaise gestion des finances publiques. Il a été élu à 77.86%, il a promis un Mali prospère et émergent donc il ne peut pas dilapider l’argent du contribuable malien.
    Tout cela est de la faute de l’opposition donc il faut faire attention car ils cherchent à ternir l’image d’IBK

  60. Je félicite le gouvernement pour la pratique de ses sanctions contre la “Somadeco”. Cet acte ne doit pas rester impuni. Le gouvernement a promit de faire la lumière sur le litige. Les coupables sans exception devront payé pour cet crime.

  61. Les députés du RPM sont en campagne d’acharnement contre leur patron à la présidence. L’affaire des engrais frelatés a été dévoilée par un député du parti présidentiel, le RPM. Les journalistes ont profité de cela pour raconter toute sorte connerie dans cette affaire. Voilà qu’aujourd’hui encore ce journaliste accuse la Somadeco. Mais jusqu’à présent la véracité de cette affaire est contestée. Car la commission chargée d’enquêter sur ce scandale n’a pas encore présenté ses conclusions. 😯 😯 😛 😛 😛

  62. L’accusation portée au pouvoir était une manœuvre de TIEBILE et SOUMI. Mais aujourd’hui le peuple se rentre compte que IBK n’a rien avoir avec cette histoire et nous savons qu’ils sont de mauvaise foi.

  63. Plusieurs figure sont impliqué dans cette affaire d’engrais frelatés qu’on ne le pense, les détracteurs s’acharnent sur le ministre Tréta pour couvrir leurs arrières. Le président et son PM Modibo Keita ont pris cette affaire au sérieux afin démasquer les fautifs de histoire.

  64. Nos dirigeants ont bien fait d’analyser ces engrais, et maintenant que les coupables sont connus. Moi je dirais que le gouvernement ne doit pas laisser filé cette occasion, personne ne doit s’amuser avec la santé des maliens.

  65. Enfin, les coupables du scandale des engrais frelatés sont connus. Quelle bonne nouvelle, ils peuvent déjà s’attendre à une sentence digne de ce nom.

  66. Même si la SOMADESCO a changé de fournisseur cela ne veut pas montrer qu’elle n’est pas toujours poursuivi donc elle doit reconnaître son imposture

  67. Les maliens n’attendent que les conclusions de la commission ad-hoc chargée d’enquêter sur le scandale des engrais hors norme. Maintenant on peut accuser qui que ce soit, comme le fait ce journaliste contre la Somadeco. 👿 👿 💡 💡 💡

  68. En ce sue je sache ici je n’ai pas vu mentionner le nom des députés comme le font d’ailleurs certains détracteurs, le coupable est connu et il répondra devant la justice.
    Les députés ne sont pas la SOMADESCO

  69. Je savais bien que la vérité allait finir par éclater un jour ou l’autre. Bon nombre d’individus se sont mis à tenir le gouvernement coupable de ce scandale sans chercher à comprendre.

  70. Le scandale des engrais frelatés n’a pas encore fini de dévoiler tous ses secrets. Pas la Somadeco seulement. Les mêmes députés interpellateurs sont des complices du scandale, à ce que je sache. Inch’allah tous les criminels au col blanc, seront démasqués. 😛 😛 😀 😀 😀

  71. Ainsi, le jour vient d’éclairer cette histoire, le gouvernement malien est en sort la tête haute. Il fallait bien que cela arrive un jour. Ce scandale des engrais frelatés a failli déstabiliser notre pays.

  72. Nous savons tous que le président avait promis de faire arrêter les auteurs de ces engrais frelatés donc si aujourd’hui la Somadesco est accusée c’est qu’elle est fautive

  73. Béyi tafo, mais aujourd’hui la vérité est là sous nos yeux, je savais très bien que nos dirigeants n’avaient rien à avoir dans cette situation.

  74. Les détracteurs doivent commencer par féliciter, le gouvernement car elle a fait une promesse qu’elle est en train d’honoré. L’enquête de la commission d’ah-doc est en train de porter ses fruits. La Société Somadeco ne pourra pas dire le contraire.

  75. Le scandale des engrais hors norme dépasse la compréhension humaine. Les éventuelles conséquences sont néfastes. Tous les paysans sont soucieux de la campagne agricole 2015-2016. Mais le gouvernement prendra toutes les mesures nécessaires pour rattraper le manque. 😛 😛 😀 😀 😀

  76. Ce n’est pas sûr que la Somadeco soit coupable du scandale des engrais frelatés. Aucune preuve n’a encore été trouvée contre elle. Tout ce que les gens disent sont des simples rumeurs non justifiées. Faites attention à vos dires, M. I. K. 😥 😥 👿 👿 👿

  77. La population malienne doit faire confiance au gouvernement, les enquêtes concernant les engrais frelatés sont toujours en cour. Les coupables seront tous traduit devant la justice malienne pour répondre de leur actes ignoble.

  78. Au moment où une commission ad-hoc est en train d’enquêter sur la présence des engrais dits frelatés et les coupable du scandale, certains journalistes se font encore de la peine sur la culpabilité de la Somadeco. Finalement ces journalistes payés ne cherchent-ils pas à cacher la part de responsabilité de ceux qui les payent ? 😥 😥 ❓ ❓ ❓

  79. Je félicite le gouvernement pour la mise en pratique de ses sanctions, les particulier ou les sociétés coupables de cet actes seront tous poursuivie devant la juridiction malienne.

  80. Selon certaines sources d’informations, il est fort probable qu’il y ait des engrais frelatés au Mali. Mais ce que je demande comme service aux maliens intéressés par cette affaire , c’est de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. La Somadeco ainsi que les autres personnes physiques ou morales impliquées dans cette histoire ne peuvent pas peut-être blanchies mais pour le moment les accuser de tous les côtés revient à violer les dires de la loi : tout accusé est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie. 💡 💡 😛 😛

  81. Bocary Tréta est le Ministre malien du développement rural. Il est, tout comme beaucoup d’autres personnes, impliqué dans l’affaire des engrais frelatés. Cette affaire peut causer plusieurs dommages au peuple malien. Cela dans des domaines différents, notamment la santé, la fertilité des sols, l’agriculture,…Mais pour le moment personne ne connait les vrais coupables de cette histoire. Le journaliste est en train de dire ce qu’il pense. Il n’a aucune preuve du fait que la Somadeco a avoué sa culpabilité. 😆 😆 💡 💡 👿 👿

  82. Je suis totalement perdu dans cette histoire. Ce sont certains députés de la majorité présidentielle qui ont été les premiers à dénoncer la présence des engrais de mauvaise qualité sur le sol malien. Le Ministre chargé du développement rural est aussi membre du parti présidentiel. Donc de ce fait, cette affaire n’est-il pas une sorte de règlement de compte ? 👿 👿 👿

  83. Les députés Bafotigui Diallo, Bakary Koné sont tous impliqués dans l’affaire dite des engrais frelatés. Le Ministre Bocary Tréta est innocent jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie, selon l’esprit d’une loi. Déjà une commission ad-hoc a été mise en place après l’interpellation de l’honorable Bakary Koné. Cette commission n’a pas encore dit ses derniers mots. Attendons qu’elle soumette ses conclusions à qui de droit. Ce qui est étonnant dans cette histoire c’est que Tréta a affirmé qu’il n’y a pas d’engrais frelatés au Mali. Tiébilé est perdu de la circulation de cette histoire. Au début, il était lui aussi très motivé. La société Somadesco n’a pas avoué son imposture, arrêtez de faire des diffamations? 😯 😯 😛 😛 😛

Comments are closed.