Office Riz Mopti : Des infrastructures pour valoriser les potentialités agro-sylvo pastorales

0
14

Elles se composent d’une unité de décorticage, d’un atelier de polissage et d’ensachage du riz, d’une fabrique d’aliment bétail, d’une unité de brouillage de graine de coton, de magasins de stockage et d’un atelier de soudure.

La région de Mopti regorge d’énormes potentialités agro-sylvo pastorales dont l’exploitation profite peu aux producteurs à cause de l’insuffisance des infrastructures et de technologies adaptés pour la transformation et conservation de s produits locaux. En terme d’élevage, elle dispose de plus de 2 millions de bovins soit 26% de l’effectif national, 18,44% des ovins plus de 3 millions des caprins et environ 14,833 camelins. Cette potentialité classe la région au premier plan en matière de production animale.

Cependant cette production reste relativement modeste liée à plusieurs facteurs dont une alimentation insuffisante pendant la saison sèche. En plus de l’élevage la région est une zone de riziculture par excellence. Encadré par l’office riz Mopti, la production attendue de riz pour la campagne agricole 2011-2012 est de 111.729 tonnes soit une augmentation de 81% par rapport à la précédente campagne. Ce niveau de production met en évidence la nécessité de la mise en place d’équipements performants de transformation pour trouver une solution à la pénibilité et la lenteur du décorticage par la procédure traditionnelle (pilage utilisation de petites plates formes).

Ce manque d’infrastructure nécessaire à la promotion des deux filière connaitra un changement notoire avec la dotation de la région de Mopti d’une rizerie et d’une fabrique d’aliment bétail (RIFAB-SA). La création de cette structure procède d’un partenariat fécond entre l’Office Riz Mopti, l’Ong Initiative intégrée pour la croissance économique au Mali (IICEM), la Banque nationale pour le développement agricole (BNDA) et un opérateur privé, Sékou Bocoum. L’unité industrielle basée à Sévaré fait la transformation du riz paddy en riz entier long blanc et en brisure. Les sous produits du riz sont transformés en aliment bétail. Pour la campagne en cours, elle ambitionne de transformer 2000 tonnes de riz, produire 2100 tonnes d’aliment bétail. Pour la création de la valeur ajoutée, l’unité fait des emballages de 100 à 50 kg et pour faciliter l’exportation elle met également sur le marché des emballages de 5 kg à 1 kg. La réussite de ce challenge nécessite une synergie d’actions des différents acteurs. Ainsi le promoteur, Sékou Bocoum et les producteurs de la zone ORTM ont signé le 18 octobre dernier un protocole d’accord pour l’approvisionnement de l’unité en riz de qualité.

870 millions de Fcfa. D’un cout global de plus 870 millions de Fcfa, l’infrastructure comprend, une unité de décorticage, un atelier de polissage et d’ensachage du riz ; une unité de fabrique d’aliment bétail, de brouillage de graine de coton pour la production de tourteau quatre grands magasins de stockage, les bureaux et un atelier de soudure. L’initiative s’inscrit en droite ligne de volonté exprimée dans le Programme de développement économique et social du président de la République de faire du Mali une puissance agricole. La réalisation de cet idéal passe nécessairement à l’accroissement de la productivité des différents systèmes de production par une intensification agricole la valorisation des filières en y apportant de la valeur ajoutée par la mise en œuvre d’unités de transformation adaptées et performantes. Ce qui requiert l’émergence d’un secteur privé dynamique.

La création de l’unité RIFAB-SA et la mise en place des facteurs de production par la direction général de l’Office Riz Mopti militent en faveur de la réussite de ces objectifs du PDES. Avec pour objectif produire plus pour mieux gagner, RIFAB est une opportunité pour les producteurs qui disposent de plus de 1.404 hectares rizicultivables avec un rendement moyen de 7,49 tonnes/ha. Ils fourniront à la société RIFAB une production d’environ 10.520 tonnes de paddy, référés vendeurs. Avec cette quantité la RIFAB devient du coup un maillon essentiel de l’arsenal de commercialisation du riz en zone ORTM. Elle mettre les productions à l’abri du bradage de leur production en y apportant de la valeur ajoutée. En terme de création d’emploi, l’unité va générer 8 emplois permanents et une trentaine d’emplois temporaires. Analysant l’impact de l’infrastructure dans le développement économique régional, les différents acteurs (autorités administratives, élus, service d’encadrement, partenaire technique et financiers et les organisations paysannes) ont tous salué l’initiative et le courage du promoteur.

L’unité RIFAB est l’amorce d’un développement industriel pour la valorisation des filières porteuses et émergentes de l’agriculture qui concoure à l’atteinte de la vision de développement à l’horizon 2035 de la région de Mopti émis dans son schéma régional d’aménagement du territoire. Pour le coordinateur des périmètres irrigués villageois (PIV) et les périmètres moyens (PM), Alassane MaÏga, l’unité RIFAB est l’espoir des riziculteurs de la zone ORTM. Elle vient combler un grand vide dans la chaîne de production qui est la problématique de l’écoulement des produits. L’unité apporte une réponse à beaucoup de préoccupations dont l’instauration d’un système pérenne de commercialisation à moindre coût et l’alimentation des bœufs de labour a indiqué Alassane Maïga. Avec cette assurance les paysans pourront désormais s’endetter pour s’équiper afin de produire plus. Cet avis est partagé par le représentant de la plate forme régionale riz –Mopti, Yousouf Tangara qui pour rappeler l’importance de l’ouvrage dans la promotion de la filière a fait allusion au problème de commercialisation que les agriculteurs de la région ont vécu en 2009.

Le directeur général de l’Office Riz Mopti, Zakaria Camara explique que l’accompagnement des structures techniques ORTM, IICEM et la BNDA pour la création d’une unité de transformation du riz vise à valoriser la production agricole à travers le développement de l’agro Industrie pour de l’agriculture le levier de la croissance économique et source de richesse pour les paysans. Selon le directeur, avec l’unité RIFAB un pas important est franchi dans la transformation du riz, la création de valeur ajoutée et la promotion de la commercialisation. L’infrastructure va dissiper le souci des paysans « produire et ne pas pouvoir écouler son produit » a t-il souligné avant de dire que de nos jours, l’agro industrie à travers les petits et moyennes entreprises offre beaucoup de perspectives. Il 84*permet aux consommateurs d’accéder à un riz de qualité, crée la valeur ajoutée pour la chaine en donnant plus de visibilité au riz local. Il a rendu un hommage mérité au promoteur Sékou Bocoum et à la BNDA qui a accepté de financer le projet. Le DG, Zakaria Camara a lancé un appel aux opérateurs économiques de la région pour qu’ils investissent dans l’agro-industrie afin de sécuriser notre agriculture.

 

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.