Salon du financement de l’agriculture (FINAGRI) : Déclencher des relations d’affaires afin de réduire le fossé existant entre les Banques et les agriculteurs

0

FinagriLa capitale du Kénédougou a abrité du 6 au 8 mars 2014 la 1ère édition du salon du financement de l’Agriculture (FINAGRI 2014) sous la présidence du ministre délégué chargé de la Promotion des investissements et de l’Initiative privée, Moustapha Ben Barka. L’esplanade  de l’hôtel du cinquantenaire a servi de cadre à l’exposition des produits et des talents. L’objectif de ce salon était de  déclencher des relations d’affaires qui permettront de réduire le fossé qui existe entre les fournisseurs des ressources financières et le monde rural.

 

L’Agriculture malienne a un potentiel considérable qui n’est pas mis en valeur du fait de l’insuffisance de financement. La faible rentabilité des filières agricoles, les ” risques élevés “ qui pèsent sur ces filières, le manque de garantie pour faire face aux risques et surtout le manque de concertation entre les acteurs de l’Agriculture et les bailleurs de fonds notamment les banques commerciales rendent l’accès difficile aux crédits. Il faut donc développer des mécanismes nouveaux de financement et surtout rassurer les banques et autres bailleurs que l’Agriculture est un domaine rentable et que les risques peuvent être mitigés. Mais cela ne peut se faire efficacement en l’absence de concertation entre les acteurs concernés. Au Mali, des activités ont été organisés dans le cadre de ce thème et une des recommandations fortes est d’organiser un cadre de rencontre entre les agriculteurs et les bailleurs de fonds (banques commerciales, institutions de microfinance et autres bailleurs) pour permettre à chacune des parties de mieux comprendre les préoccupations des uns et des autres. L’Agriculture est un pilier essentiel du développement économique et social du Mali. Elle fournit près de 30% des recettes d’exportation et emploie près de 80% des actifs du pays. Aussi, en vue de promouvoir le développement de ce secteur, le gouvernement a adopté en 2006 la Loi d’Orientation Agricole et a mis en œuvre de nombreux programmes, plans et schémas directeurs du secteur agricole.

Organisé par Agri-Hub, le FINAGRI offrira d’une part, aux banques, aux établissements financiers, aux IMF, aux compagnies d’assurances,  aux fournisseurs d’intrants et de technologie, aux entreprises d’intermédiation l’occasion d’exposer et de présenter leurs produits dans un espace qui permet une véritable interaction. D’autre part, les entrepreneurs auront l’opportunité de connaitre et d’apprécier les différentes gammes de produits offerts par les fournisseurs de financement et d’engager des discussions avec eux sur diverses préoccupations. Le salon accroîtra  l’accès des agriculteurs, transformateurs et entrepreneurs agricoles aux informations sur les produits et services financiers disponibles sur le marché ainsi que les conditionnalités qui y sont liées, de promouvoir l’agriculture comme un investissement viable pour les institutions financières. Il va encourager le développement de services financiers adaptés aux agriculteurs et du coup aborder des thématiques sur la problématique du financement de l’agriculture.

Le Finagri a permis aux agriculteurs et aux entrepreneurs agricoles d’avoir une bonne connaissance des produits et services financiers disponibles sur le marché.

Le ministre délégué chargé de la Promotion des investissements et de l’Initiative privée, Moustapha Ben Barka à la cérémonie d’ouverture du salon a apprécié l’initiative qui cadre bien avec les priorités du gouvernement.

Il a souligné que ce salon est une première du genre au Mali et il sera pérennisé afin de répondre aux préoccupations des agriculteurs. Avant d’instruire qu’il attend à la sortie du salon des résultats concrets.

Le président de l’APCAM, Bakary Togola, au cours de son intervention a indiqué que les agriculteurs ont besoin de financement, mais qui ce sont les systèmes mis en place par les banques qui les découragent. Il a demandé aux banques de baisser les intérêts des crédits. Car, la plupart des agriculteurs sont pauvres. La coupure du ruban symbolique et la visite des stands par la délégation du ministre a mis fin à l’ouverture solennelle du salon. Celle-ci a été suivie par l’animation d’une conférence débat sur “Retour sur les expériences de financement de l’Agriculture “.

Falé COULIBALY

Envoyé spécial à  Sikasso

PARTAGER