Aménagement de Taoussa : 2 milliards de F CFA seront investis par l’Etat malien cette année

0
0

La 2 e session ordinaire du conseil d’administration de l’Autorité pour l’aménagement de Taoussa a eu lieu le lundi dernier au CRES de Badabougou. L’évènement était présidé par le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Diarra qui avait  à ses côtés le directeur général de l’Autorité pour l’aménagement de Taoussa, Karim Dembélé.

Les administrateurs passeront, au cours de cette 2e session, en revue le contrôle des tâches assignées à la direction générale lors de la première session ; le rapport d’activités de l’année 2010 ; les projets de programme d’activités et de budget de 2011.

Aussi, l’occasion était bonne pour le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Diarra d’expliquer que l’exécution du programme d’activités adopté par le première session a permis d’enregistrer des avancées significatives, puisqu’au-delà du barrage, des nouveaux projets sont en cours concernant l’aménagement de Taoussa en cette année 2011.

Selon lui, le consultant en charge du contrôle et de la surveillance des travaux de génie civil du barrage et de ses ouvrages connexes et de l’installation des équipements hydromécaniques, a été choisi et son contrat a été signé et approuvé par le conseil des ministres. Provisoirement retenu en attendant la signature de son contrat, le consultant a en charge le contrôle et la surveillance des travaux de la route d’accès.

Quant aux travaux proprement dits d’aménagement et de bitumage de la route Gao-Bourem-Taoussa, les dossiers d’appel d’offres sont en cours de finalisation pour prendre en compte les observations des bailleurs de fonds, a affirmé le ministre Diarra.

Pour sa part, le directeur général de l’Autorité pour l’aménagement de Taoussa, Karim Dembélé d’informer que 2 milliards de F CFA seront investis par le gouvernement du Mali pour fournir l’aménagement de Taoussa au cours de l’année 2011.

En termes d’appel d’offres pour le projet d’aménagement de Taoussa, près de 242 millions de F CFA seront investis par l’Etat malien pour le fonctionnement du projet au cours de l’année 2011. Il a ajouté qu’il est aussi prévu un financement de 15 milliards de F CFA attendu auprès des bailleurs de fonds au cours de l’année 2011. Ce financement selon lui, sera reparti pour les différentes composantes du projet.

Oumar Camara

4e SESSION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU LNE

Un budget de 700 millions de F CFA  pour 2011

Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Diarra a présidé le lundi dernier au Centre régional de l’Energie solaire (CRES) la 4e session ordinaire du conseil d’administration du Laboratoire national des eaux (LNE) dont le budget 2011 s’élève à près de 700 millions de F CFA, soit une progression de près de 4% par rapport à celui de l’année précédente.

Au menu de cette session, les administrateurs auront à passer au peigne fin l’examen du procès verbal de la session ordinaire précédente ; le rapport d’activités et de l’état du budget du 31 décembre 2010 ; le programme d’activités et du budget 2011 ; le point d’exécution des recommandations formulées lors de la 3e session ordinaire et enfin l’analyse sur le projet d’accord d’établissement, une nouvelle version élaborée de concert avec la session syndicale dont la finalisation sera essentiellement centrée ultérieurement cinq points essentiels pour la bonne marche du Laboratoire national des Eaux.

De l’intervention du ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Diarra, on retient que le Laboratoire national des eaux a effectué au cours de l’année 2010, 7709 analyses d’échantillons d’eau sur une prévision de 10000 soit un taux de réalisation de 77,09%. Quant au taux d’exécution budgétaire au 31 décembre 2010 pour toutes ressources confondues, il est de l’ordre de 95,39%, soit près de 672 millions de F CFA, apprend-on du ministre Diarra. Avant de relever que le budget 2011 a connu une progression de 4% par rapport à celui de 2010.

A en croire, le ministre Diarra, malgré des progrès enregistrés, il reste évident que la mission de suivi et de contrôle de la qualité des eaux dans notre pays demeure un énorme défi à relever afin de pourvoir les populations maliennes d’eau de qualité.

Mamadou Diarra d’ajouter que le Laboratoire national des Eaux, établissement public à caractère scientifique et technologique, doit demeurer le meilleur instrument capable de relever le défi de l’approvisionnement en eau de qualité des Maliens.

Pour sa part, le directeur général de LNE, Almoustapha Fofana a expliqué que le suivi et le contrôle de la qualité de l’eau sur l’ensemble du territoire national sera l’épine dorsale de la présente session.

Oumar Camara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.