Boubou Cissé : «C’est avec l’arrivée du président de la République et la LOPM que le budget de l’armée a été multiplié par quatre»

13
Boubou Cissé : «C’est avec l’arrivée du président de la République et la LOPM que le budget de l’armée a été multiplié par quatre»
Dr Boubou Cissé, ministre Economie et des Finances

Pour la première fois au Mali, le projet de budget 2017, qui sera soumis à l’Assemblée nationale en début du mois de décembre prochain, est arrêté en recettes globales à 2013 milliards de Fcfa. Ces recettes sont en augmentation de 211 milliards de Fcfa par rapport à l’année dernière. Toute chose qui signifie que grâce à l’innovation du département de l’Economie et des Finances, les services d’assiette ont fait des efforts phénoménaux pour pouvoir permettre que ces recettes puissent augmenter de 211 milliards de Fcfa. Concernant les dépenses, elles se chiffrent à 2270 milliards de Fcfa. Ces dépenses vont répondre aux trois objectifs principaux déclinés dans la Déclaration de politique générale du Premier ministre, elle-même s’inspirée de la vision du président de la République. Il s’agit de la sécurité des personnes et de leurs biens, de l’amélioration des conditions de vie de la population malienne et de la promotion de la justice et de l’équité.

Les détails en recettes et en dépenses du projet de budget 2017, qui sera soumis à l’Assemblée nationale en début du mois de décembre prochain, ont été donnés par le ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Boubou Cissé, au cours d’un entretien exclusif accordé à la presse le mardi 18 octobre 2016 à son département.

D’entrée de jeu, Boubou Cissé a expliqué que le budget est un instrument important de mise en œuvre de la politique économique du gouvernement, inspirée de la vision du président de la République, qui s’est traduite en des stratégies et des activités à développer. Selon lui, pour pouvoir financer ces activités, il faut que le budget puisse le faire. C’est pourquoi, le ministre de l’Economie et des Finances dira que cette politique est guidée par trois objectifs principaux qui sont indiqués dans la Déclaration de politique générale du Premier ministre.

Le premier objectif, selon Boubou Cissé, est la sécurité des personnes et de leurs biens. À ce niveau, il ajoutera que dans le budget, le financement accordé à la défense et à la sécurité est assez important. «Tout ce qui concerne la défense et la sécurité représente 15% du budget. La défense occupe 265 milliards de Fcfa et la sécurité 51 milliards de Fcfa. Les deux secteurs sont en augmentation par rapport aux années précédentes de plus de 10%», a déclaré le ministre Cissé.

Le 2ème objectif, à l’en croire, porte sur l’amélioration des conditions de vie de la population malienne. Il dira que dans la structure du budget, les secteurs sociaux sont le premier poste budgétaire du budget national du Mali. Il s’agit de l’éducation, de la santé et la protection sociale. Ce secteur, en lui seul, indique Boubou Cissé, représente 25% du budget national.

Le 3ème objectif de cette politique économique concerne, selon le ministre de l’Economie et des Finances, la promotion de la justice et de l’équité, qui s’est traduite dans le budget par des appuis à des départements ou des services qui contribuent à renforcer l’Etat de droit dans notre pays.  «Le budget est un instrument de mise en œuvre de cette politique qui a été exprimée dans la Déclaration de politique générale du Premier ministre qui, elle-même, s’inspire de la vision du président de la République», a-t-il dit.

Par ailleurs, Boubou Cissé a expliqué que le budget est un processus qui commence en début d’année après le premier trimestre de l’année en cours, où le ministre de l’Economie et des Finances dresse une lettre de cadre budgétaire  envoyée au Premier ministre. Il a fait savoir que ce sont des propositions d’orientation budgétaire sur la base de la politique du chef de l’Etat. Aux dires de Boubou Cissé, le Premier ministre prend connaissance de cette lettre de cadrage et s’assure que les priorités et les préoccupations du président de la République et du gouvernement sont inscrites. Après cette étape, dit-il, la lettre de cadrage sort de chez le Premier ministre pour aller dans l’ensemble des départements ministériels, où les objectifs de recettes et dépenses sont arrêtés.

Le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué qu’après les discussions techniques avec l’ensemble des ordonnateurs et celles politiques avec les ministres, le projet de budget est élaboré et soumis à l’appréciation du Conseil de Cabinet et part ensuite au Conseil des ministres qui le valide et l’envoie à l’Assemblée nationale du Mali. À l’en croire, après la validation de l’Assemblée nationale, le budget devient la Loi de finance. Cette étape interviendra en début du mois de décembre où l’Assemble nationale va valider le budget, qui sera mis à exécution à partir du premier janvier.

Aux dires du ministre de l’Economie et des Finances, le projet de budget du Mali est aujourd’hui arrêté en recettes globales à 2013 milliards de Fcfa. Il dira que c’est la première fois dans notre pays que «nous dépassons la barre de 2000 milliards de Fcfa en terme de recettes». Ces recettes, à l’en croire, sont en augmentation de 211 milliards de Fcfa par rapport à l’année dernière. Cela veut dire que les services d’assiette ont fait des efforts phénoménaux pour pouvoir permettre que ces recettes puissent augmenter de 211 milliards de Fcfa, a-t-il déclaré. «Il a fallu mettre en place quelques innovations au niveau de l’administration fiscale pour générer davantage les recettes fiscales. Nous avons instauré le droit de timbre au cours de l’année qui est dans le Code général des impôts et qui avait disparu dans notre pays», a-t-il expliqué.

«Sur cette hausse de 211 milliards de Fcfa, il y a la partie de l’administration fiscale qui a augmenté de 128 milliards de Fcfa, soit une progression de plus de 10% par rapport à l’année dernière», a-t-il déclaré. La seconde raison, selon le ministre Cissé, est la confiance que les partenaires techniques et financiers font au Mali et qui  trouvent que du point de vue de macro-économique, les choses se passent bien dans notre pays.

En outre, Boubou Cissé a rappelé que l’appui budgétaire du Mali augmentera en 2017 de 23 milliards de Fcfa par rapport à l’année dernière. Au-delà de l’appui budgétaire, il a expliqué qu’il y a également les projets d’investissements des partenaires techniques et financiers dont les revenus ont augmenté d’un montant d’environ à 12 milliards de Fcfa.

Pour les dépenses, Selon Boubou Cissé estime qu’elles sont de 2270 milliards de Fcfa. Ce sont ces dépenses qui essayent, selon lui, de répondre aux trois objectifs : la sécurité des personnes et de leurs biens, l’amélioration des conditions de vie de la population malienne et la promotion de la justice et de l’équité. Concernant la défense, aux dires de Boubou Cissé, qui prend  en charge la Loi d’orientation et de programmation militaire, le budget se chiffre à hauteur de 265 milliards de Fcfa. Il a fait savoir que jusqu’en 2013, avec l’arrivée du président de la République, le budget moyen de l’armée n’a jamais dépassé 50 milliards de Fcfa par an. «Sur les dix dernières années, avant 2013, ça oscillait entre 35 et 50 milliards de Fcfa. C’est avec l’arrivée du président de la République et la Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM) que le budget de l’armée a été multiplié par quatre. Dès 2014, on est passé pratiquement à 200 milliards de Fcfa et en 2017, il y en aura pour 265 milliards de Fcfa. C’est une première dans notre pays», a déclaré le ministre Cissé.

Avant d’ajouter que dans les dépenses également, il y a aussi un budget qui rentre dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Le ministre de l’Economie et des Finances a enfin parlé des 14 projets prioritaires présidentiels qui seront  mis en  œuvre dans les deux années à venir et qui sont tous inscrits dans le budget 2017. Il s’agit du 2ème pont de Kayes, de la route Kayes-Kéniéba, du 4ème pont de Bamako et certaines voies…

Diango COULIBALY

 

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. Nous sommes capables de défier les lois de la pesanteur, mais nous sommes souvent submergés par la paperasse.” La confiance n’a plus de prix lorsqu’on la partage avec des hommes corrompus, tu es de cette famille corrompue tes petites acrobaties pour les quelles on t a amené au minestere des finances pour ditraire les maliens ne passe pas, Boubou Neveu de Tomy degages.L’homme ne naît pas bon pour être ensuite corrompu par la société. C’est un reptile poursuivi par une civilisation à laquelle il essaye en permanence d’échapper MAIS quand il ATTERIT A l’ EPICENTRE D UNE FAMILLE CORROMPUE IL L ENTRETIENT ET LA VIE , Boubou tu ne peux pas tromper les gens surtout que tout le monde voit comment les militaires maliens tombent comme des mouches, quelle honte
    VIVA

  2. Bonjour,
    Au niveau de l’armée, le Ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA a coïncidé avec la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM) qui commence à générer ses fruits, avec les nouveaux hélicoptères pour l’armée de l’air et un budget conséquent pour la mise en œuvre de cette loi LOPM.

    Avec ses visites dans les centres de commandements de l’armée, il tient à impulser une nouvelle dynamique pour moderniser l’armée et valoriser la fonction militaire.

    Vous trouverez dans la lettre ouverte, adressée au Président, aux Maliens et aux Partenaires, ci-dessous un chapitre sur comment impulser l’armée et la moderniser :

    http://www.maliweb.net/contributions/mali-moc-autorites-interimaires-ddr-elections-communales-regionales-1835772.html

    Ce qui n’arriveront pas à ouvrir ce lien, voir ci après.

    Impulser et Moderniser les Forces de défense et sécurité du Mali

    Nous devons donner une grande importance à notre défense et sécurité.

    C’est pourquoi, la modernisation des forces de défense et sécurité Maliennes souhaitée par le Président IBK est la bienvenue tout en n’oubliant pas de valoriser les fonctions associées et les Hommes qui les assument.

    Centrées sur l’Homme et la cohésion nationale, la loi d’orientation et de programmation militaire et la réforme du secteur de sécurité (avec une vision globale prenant en compte tous les acteurs) prennent en compte ces aspects.

    Nous arriverons, ainsi, à bâtir des forces de défense et sécurité à même d’assurer leurs missions régaliennes, DONC, LA PROTECTION, LA DÉFENSE ET LA SÉCURITÉ DE LA NATION, DES PERSONNES ET DES BIENS.

    Valorisons (1) nos forces de défense et sécurité, (2) valorisons les fonctions associées (à travers le renforcement de capacités, de meilleurs salaires, des avancements en adéquation avec les salaires, constitution d’une force d’élite composite (combinant des éléments de la défense et ceux de la sécurité) et expérimentée (bien formée et bien entrainée) dont celles (à intégrer plus tard, pour plus de cohésion, dans cette force d’élite composite) contre le terrorisme sont un début, …) et (3) impulsons-les, elles nous protégeront, défendront et sécuriseront mieux et seront autonomes.

    Une telle force d’élite composite (combinant des éléments de la défense et ceux de la sécurité après la mise en place effective du DDR (Démobilisation, Désarment et Réinsertion) et de la RSS (Réforme du Secteur Sécurité)) devra être affectée et gérée par l’état-major général des armées (au Ministère de la défense) en coopération étroite avec le ministère de la sécurité et de la protection civile.

    Si les deux ministères (défense et sécurité) ne s’entendent pas sur l’affectation de cette force d’élite composite, elle pourrait être affectée à l’état-major particulier du Président.

    Si ce n’est pas un problème de ressources (financières et humaines), cette force d’élite composite serait affectée à l’état-major particulier du Président et les deux forces contre le terrorisme (celle au ministère de la défense et celle au ministère de la sécurité) resteront dans leurs ministères respectifs comme c’est actuellement.

    Ainsi, se construiront, petit à petit, des vraies forces d’élite au Mali pour une défense et une sécurité optimales et sans faille pour que plus jamais ça (ce qui s’était passé).

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    TEL 00223 95 58 48 97

  3. Le plus risible, c’est qu’en mettant fièrement (et imprudemment!) en avant son “budget multiplié par 4”, ce clown ne s’est même pas rendu compte que maintenant, les Maliens qui voient bien que rien ne change en matière d’armement vont FATALEMENT et INELUCTABLEMENT se poser la question suivante:

    “Avec 4 FOIS PLUS de budget et……. RIEN DE PLUS sur le terrain, où passe cet argent et à quoi (et par qui!) est-il utilisé?”

    Cissé, iI vaut mieux réfléchir avant parler! (lol)
    Surtout sur des sujets aussi SENSIBLES!

    Houbien

  4. “C’est avec l’arrivée du président de la République et la LOPM que le budget de l’armée a été multiplié par quatre»

    Oui, le budget… mais pas l’équipement!!!

    Tous les soldats qui continuent à mourir chaque semaine dans des attaques ici ou là, faute d’avoir le moindre hélico ni le moindre équipement sérieux de renseignement (APRES TROIS ANNEES COMPLETES DE POUVOIR DU BOUFFON!), ça doit sûrement beaucoup les apaiser de savoir le BUDGET (des chiffres sur du papier!) à été multiplié par 4!!!!!!

    Ca vous éviterait, par exemple, de devoir expliquer à tous les Maliens comment avec UN BUGET MULTIPLIE PAR 4, nos armées sont toujours aussi mal et aussi peu équipées!!!!!
    Ou comment, à la grande sidération de TOUS les observateurs inernationaux (Africains ou autres), le Mali n’a toujours à ce jour AUCUN HELICO ni AUCUN AVION de combat, alors que tout le monde sait (et depuis le 1er jour!) que la couverture aérienne est LA SEULE ET UNIQUE façon d’assurer la sécurité territoriale sur un territoire comme le notre d’une part, et dans un cconflit de type guerilla comme le notre!

    Conclusion, Cissé: Médite à l’avenir cet adage populaire bien connu:
    “Quand on a rien à dire, le mieux, c’est encore de fermer sa g…!”

    Le peuple Malien se fout éperdument de l’accroissement du budget et des “chiffres”!
    La seule chose chose qui lui importe, c’est l’accroissement DE L’ARMEMENT SUR LE TERRAIN!!!!!!!!!!!!!

    PS: Et les partenaires (qui eux aussi se foutent éperdument des “chiffres” mais attendent eux aussi du concret) commencent à se lasser de voir que rien ne change militairement au Mali! Les Pays-Bas ont même commencé à décider à la longue de rapatrier leurs hélicos et leurs soldats!

    • Puisqu’on explique l’inertie du pouvoir par ce soi-disant embargo que le monde a peur d’annoncer contre nous, pourquoi alors quadrupler le budget d’une armée qui est sous embargo, qui ne peut pas s’équiper ? C’est curieux non ?

  5. plus de budget pour l armee ne va pas forcement changer la donne si les sommes n arrivent pas a destination Augmenter l enveloppe de l armee oui mais il faut des objectifs de resultat pour les maliens si c est juste pour pouvoir passer de plus gros marches surfactures ca ne changera rien sur le terrain.

  6. voila l’argent qui ne circule pas a Bamako pour que les voyous construisent vilas inhabitees et voitures de luxes….
    «C’est avec l’arrivée du président de la République et la LOPM que le budget de l’armée a été multiplié par quatre»
    LE MALI A DES CHOSES A REDRESSER ET LA PATIENCE SANS OUBLIER LA BONNE GESTION ET LA VIGILENCE POPULAIRE!!!!

    DES-ISLAMISEZ LE MALI ET LIBEREZ LA FEMME DES ABRAHAMIQUES HOMMELETS LACHES

  7. Eeeehhhh JABARU MANSA ! 🕋🌒🕌⛪⛪🕌🕌
    Ce gofrènement rend fou !! 😇😇😇😇

    Le budget de l’armée multiplié par quatre ? À quelle fin ? Sécurité des personnes et des biens vous dites ? Où va tout cet argent pour que nos garnisons continuent de subir l’assaut répété des assaillants à moto et à pied ?

    Quand on dit que depuis 4 ans on ne voit aucune amélioration des moyens matériels de l’armée on nous balance un embargo imaginaire à blâmer.

    POURQUOI QUADRUPLER LE BUDGET D’UNE ARMÉE SOUS EMBARGO QUAND DANS LA CAPITALE CERTAINS QUARTIERS CRÈVENT DE SOIF ?? NE PARLONS MÊME PAS KIDAL !!!

    😇😇😇😇😇😇 OÙ VA TOUT CET ARGENT ?? 😇😇😇😇😇😇

          • Mr le Ministre ne vous flatté pas pour cette augmentation car la situation du pays l’exige c’est sont utilisation correct que nous exigon
            S’il faut augmenter le budget en continuant de surfacturer et volé à la pelle comme d’habitude sa ne servira à rien vous êtes la depuis 3 ans à la tête d’un pays en guerre ceux à quoi vous êtes élues notre armées continue d’être massacrés faute de moyens
            Que des moyens obselettes
            Il manque tous nos militaires les blindés, des armes de point ,des hélicos , surtout des armes de point accessible facilement et rapidement

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here