Application de l’article 13 du règlement intérieur de la CCIM : Les délégués consulaires forcent la main à Yousouf Bathily

0

Un boucan terrible, un brouhaha sans pareil et une crise des nerfs qui a failli dégénérer. Voici l’atmosphère qui a caractérisé la fin des travaux de la première session de l’assemblée consulaire de la Ccim, ce mardi. Tels des étudiants en meeting, les délégués consulaires ont fait voir de toutes les couleurs au Président Youssouf Bathily et à son bureau. Le différend est survenu au sujet de l’interprétation de l’article 13 du règlement intérieur qui a été soumis à l’approbation de l’Assemblée. Comme dans tout système démocratique, quand il y a des titulaires, il y a des suppléants. Et dans aucun pays du monde, un suppléant ne siège en même temps que son titulaire. C’est l’esprit de l’article 13 qui leur est proposé. Il n’en fallait pas plus pour provoquer leur ire. Ils ont contesté véhément cette disposition qu’ils ont souhaité voir disparaitre du règlement intérieur. Or, ce règlement intérieur tire cet article du décret fixant l’organisation et le fonctionnement de la Chambre. Juridiquement, une norme inférieure doit scrupuleusement respectée une norme supérieure. C’est ce que Bathily et son bureau ont tenté de leur expliquer mais, ils n’ont voulu rien savoir. Certains, à l’image de Bathio de Koutiala, se sont laissés emporter par leurs cœurs. Ce dernier  a même failli s’en prendre aux présidents, n’eut été l’intervention de bonnes volontés. Finalement, ils ont eu gain de cause, car Bathily s’est engagé à faire fi de cet article. Donc, désormais, suppléants et titulaires siègeront en Assemblée, en violation flagrante de la loi.

 

Infrastructures routières :                                                                                                                    L’Accord de paix fait ses effets dans le Nord

Le programme routier en faveur des régions du nord sera étudié d’ici à la fin de ce mois. Il s’agit là d’un des chapitres de l’Accord de paix et de réconciliation, conclu à Bamako, qui prévoit l’amélioration des infrastructures des différentes régions du septentrion. Une réunion de concertation va se tenir à Bamako les 24 et 25 mars prochains. Cette rencontre sera présidée par le Premier ministre et interviendra à la veille du forum de Kidal, prévu du 27 au 30 de ce mois.

 

«Gouvernance des enjeux»              

Le programme sera lancé le 7 avril prochain

En prélude de cet événement, une commission d’organisation a été mise en place. Ce programme est une initiative de l’ONG française Grdr (Groupe de recherche et de réalisation pour le développement rurale dans le tiers-monde).

Le procureur général de la Belgique en mission au Mali :

S’informer de l’évolution du dossier de «La Terrasse»

Ce mercredi 16 mars 2016, le Procureur général du Royaume de Belgique, De Valkeneer, s’est rendu au commissariat du 3e Arrondissement de Bamako pour s’enquérir de l’évolution du dossier de l’enquête sur les attentats du bar «La Terrasse» de Bamako. Il était à la tête d’une délégation d’experts qui l’assistent dans sa tâche. Pour rappel, cet attentat, survenu le 7 mars 2015 et qui avait fait cinq morts (1 Belge, 1 Français et 3 Maliens), avait été revendiqué par         le tristement célèbre groupe jihadiste « Almourabitoune» de Mokhtar Belmokhtar. Après la neutralisation de 2 des terroristes, les enquêtes qui s’en sont suivies avaient permis la capture du troisième, 4 mois plus tard, dans un faubourg de Bamako. Et surtout le début du démantèlement du réseau de soutien aux trois criminels et la découverte de caches d’armes et de munitions, de véhicules et d’une puce téléphonique.

 

Segou :

8 ONG se partagent plus de 360 millions FCFA

360 millions FCFA ont été distribués à 8 ONG dans la région de Ségou. La cérémonie de signature des engagements a eu lieu le lundi 21 mars.  Ces financements permettront aux bénéficiaires de promouvoir la santé de la reproduction dans la région. Ce programme a été financé par l’Ambassade des Pays-Bas pour une durée de 2 ans et demi.

 

Moribougou/Ultimatum contre les Peulhs

La gendarmerie pour réconcilier les cœurs

Suite au décès du nommé Baba Koumaré, consécutif aux coups et blessures volontaires qu’il avait reçus, les populations de Mouribougou, dans la commune rurale de Boron, ont lancé un ultimatum aux peulhs, leur intimant de quitter leurs terres avant le 21 mars 2016. C’est conscient du niveau élevé de risque d’affrontements que le Commandant de la brigade de gendarmerie territoriale de Banamba s’est retrouvé le jour 18 mars 2016 à Moribougou, pour tenter de ramener le calme avant l’expiration de l’ultimatum. Il faut signaler que pour l’occasion, le Commandant de brigade était en compagnie du Sous-préfet et du Maire de la localité. Une forte délégation qui a entrepris des démarches auprès des deux communautés en froid, afin d’initier un dialogue fort pour ne pas plonger dans les méandres  d’un conflit aux issues sanglantes. Au moment où nous mettions sous presse, aucune information ne nous était parvenue quant à la suite des évènements. Mais comme on le dit : « pas de nouvelles, bonnes nouvelles ». On ne peut donc que se fier à cet adage en attendant d’en savoir plus.

 

CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA SESSION INAUGURALE DE LA CCIM

Mamadou Tiéni Konaté, l’illustre absent

La première session de l’assemblée consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) s’est tenue le mardi dernier. Cet événement important a vu l’absence très remarquée d’un homme. Il s’agit de Mamadou Tiéni Konaté alias l’homme à la barbe blanche. Il a brillé de mille feux par son absence. L’homme qui a présidé aux destinées du Collège transitoire a fini par se retrouver premier vice-président du bureau actuel. Tout le monde se demandait où il était passé, alors qu’on sait qu’il aime se faire voir et se pavaner gaillardement avec l’arrogance qu’on lui reconnait. C’est à la fin de la cérémonie, lorsque tous les officiels se sont retirés, qu’il a pointé le bout du nez avec son sourire large et ses yeux hagards. On aurait cru qu’il fuyait les ministres. Peut-être qu’il ne se plait pas de jouer les seconds rôles, car il a pris trop de goût à jouer le patron pendant son règne sans partage qui, faut-il le rappeler, a été très controversé. Heureusement que le ministre a vite fait de le débarquer, car il voulait s’y éterniser.

 

PASSEPORT BIOMETRIQUE AU MALI

Sa mise en circulation prévue pour le 1er avril prochain

Au cours d’un point de presse le mardi 22 mars, le DG de la police nationale, Moussa Ag Infahi, a annoncé la bonne nouvelle. Il a annoncé la mise en circulation du passeport biométrique au Mali et les critères y afférents, à partir du 1er avril prochain, et il coûtera 55000 FCFA. Et pour l’obtenir, il faut forcément avoir une carte Nina. Son établissement est confié à la société «Mali Solution Numérique», en partenariat avec «Oberthur Technologie», une société française.

 

Textiles  

 La Comatex au bord du gouffre

La Compagnie malienne des textiles (Comatex-SA) risque de mettre la clé sous le paillasson si rien n’est fait par les autorités pour donner une bouffée d’oxygène à cette société. Car la mauvaise gestion de ses administrateurs fait que la Comatex, l’une des premières sociétés de notre pays, bat de l’aile. Sans oublier les conditions de travail pénibles pour les employés.

La Rédaction

PARTAGER