Assemblée consulaire de la CCIM : Jeamille Bittar satisfait de l’atteinte des objectifs fixés

0
1





La session 2011 de l’Assemblée consulaire de la CCIM (Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali) a ouvert ses travaux, le mercredi 21 décembre 2011, au Centre international de conférences de Bamako. C’était en présence du Président de la CCIM, Jeamille Bittar. Il avait à ses côtés le Secrétaire général du ministère des Industries, des Investissements et du Commerce, Mamadou Sinaly Traoré.

Etaient aussi présents dans la salle les membres des cabinets ministériels, les présidents des Chambres consulaires et des Conseils et les représentants des institutions consulaires.

Les présentes assises, a déclaré Jeamille Bittar, dans son allocution d’ouverture, «se tiennent à un moment où le niveau d’atteinte des objectifs que nous nous sommes fixés nous donne de réelles satisfactions et augure d’un avenir meilleur. Mais l’œuvre humaine étant, par essence, toujours perfectible, nous allons nous atteler, ensemble, à toujours mieux faire pour réaliser les nobles ambitions que nous nourrissons pour notre pays en général et pour la Chambre de Commerce et d’Industrie en particulier».

Dès le début de notre mandat, a-t-il ajouté, «nous avons érigé la concertation en mode de gestion. C’est ainsi que, s’agissant de la crise ivoirienne, concernant l’amélioration de l’environnement des affaires ou encore s’agissant de la gestion de la crise alimentaire, nous avons privilégié la concertation avec les autorités. Le but étant de parvenir à des résultats consensuels et applicables dans la sauvegarde des intérêts de toutes les parties».

Jeamille Bittar a alors profité de cette tribune pour insister sur le rôle très important joué par les commerçants dans la gestion de la crise alimentaire et des répercussions sur notre pays  des crises énergétiques mondiales. Ceux-ci, selon lui, ont réussi à endiguer l’inflation des produits importés: pétrole, riz, lait, huile et sucre.

«Pour prétendre à un développement économique durable, il faut un secteur privé dynamique, capable de générer des emplois et d’aider les couches démunies à s’extraire de la pauvreté», a-t-il conclu.

Après ce discours, très applaudi, les travaux se sont poursuivis par la présentation du rapport d’activité, la présentation et l’adoption du projet du budget 2012 et, enfin, la présentation du rapport du diagnostic financier.

Pierre Fo’o Medjo

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.