Élection du président de la CCIM : Un exemple démocratique

3

ccimPour M. Tandia, la reconnaissance par son camp de la victoire de liste (A) ne doit pas occulter les dysfonctionnements graves observés tout au long de ce processus. Il a cité les insuffisances du décret n°2014-0641 PRM du 21 août 2014 qui faussent l’esprit de base de la bonne gouvernance économique. Pour lui, une grande confusion existe au niveau de la qualité et du statut des inscrits. Le non respect de l’esprit, de la lettre du ministre du commerce n°0906 du 2 août 2012 qui stipulait que le président du bureau transitoire ne pouvait être candidat. Il dira que le processus de vote a été altéré par la mise en place d’une commission d’organisation travaillant en autarcie, et sous la coupe de l’ancien collège transitoire, toute chose qui a entravé la sincérité du scrutin. La loi n’ayant pas prévu la présence d’accesseurs ou de délégués des candidats  contribue à ses yeux à vicier d’avantage le processus et la sincérité du scrutin. Il a aussi déploré le fait que le candidat Mamadou Tiény Konaté ait continué à battre campagne sur les lieux du vote le jour du scrutin. L’écart entre le décompte sur la base de la liste d’émargement et les résultats proclamés à l’issue du scrutin jette à ses dires le doute sur la sincérité du scrutin. Il a confié que des candidats figurant sur la liste n’étant pourtant pas en règle vis-à-vis du fisc et de l’INPS, se sont fait inscrire sur la base de procuration des sociétés ne leur appartenant pas ; et que chacun de ses candidats prétend diriger de nos jours la chambre. Il a estimé qu’il pouvait se servir de toutes ces irrégularités et insuffisances et de bien d’autres encore non énoncées pour engager des procédures judiciaires et obtenir l’invalidation du vote. Il estime malgré tout reconnaitre la victoire du camp adverse en les souhaitant bonne chance dans la défense des intérêts du monde des affaires.

Fousseyni S

 

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. C’est dommage que ces pratiques mal saines continuent toujours dans notre pays ,et plus precisement a la chambre de commerce et d’industries du Mali. En ce que je sache ,la chambre est un haut lieu representatif des operateurs economiques du Mali, une structure qui doit etre dirigee par les operateurs economiques, mais pas une personne etrangere a cette structure.
    Mais helas , des gens qui se disent operateurs economiques ,qui ne sont pas du tout en regle vis a vis du fisc et de cotisation sociale INPS ,et qui cherchent une vie sur le dos des paisibles operateurs ,par des lacunes ,parviennent a se hisser au sommet de cette structure par la complicite de certains clans parmi les autorites et les gouvernants, sinon comment comprendre le cas de ce monsieur Tieni que l’on ne connait pas parmi les milieux commerciaux et industriels du Mali ,qui ne peut pas prouver une seule cotisation sociale, et aussi un quelconque payement des impots et taxes, se voit admis parmi les candidats , cela est vraiment aberant ,une faute grave qu’il faut rectifier et laisser a cesar ce qui appartient a cesar c'[est a dire la chambre de commerce aux operateurs economiques et industriels.
    Monsieur Tandia avait une tres belle occasion d’invalider cette election ,car il avait toutes les preuves ,et la lois de son cote, mais l’attitude qu’il vient d’adopter ,est une attitude noble et responsable et surtout a saluer ,car il avait aussi une grande creme d’operateurs et industriels a son cote pour se battre, mais a preffere la raison a la lutte.
    Mes tres chers operateurs choisissez les operateurs dignes et capables pour sauver garder vos interets et non des opportinus.

Comments are closed.