Évoquant des tentatives tendant à écarter ses membres des élections de la CCIM : La Fédération nationale des transporteurs menace d’aller en grève de protestation

2
Mamadou Koroba Traoré
Mamadou Koroba Traoré

Le premier vice-président de la Fédération nationale des groupements de transporteurs du Mali (FENAGROUP), Mamadou Koroba Traoré et les responsables des différentes organisations de transporteurs avaient réuni la presse pour faire part de leur décision de saisir le ministre de tutelle de la CCIM, à savoir celui du commerce et de l’industrie,  afin qu’il éclaircisse sa position vis-à-vis des propos de ce responsable du bureau provisoire de la CCIM qui soutient que les “transporteurs ne font pas partie de la CCIM“.

Pour contredire cette allégation, Mamadou Koroba Traoré a rappelé que les deux derniers présidents de la CCIM, à savoir Jeamille Bittar et Mamadou Lamine Tounkara étaient des transporteurs qui provenaient tous les deux des “Services”. La Chambre étant constituée des opérateurs économiques venant du commerce, de l’industrie et des services. La loi n’ayant pas été modifiée comment se fait-il, se demande un participant à cette rencontre, que ce membre du Collège Transitoire de la CCIM s’exprimer ainsi. Une manière grossière, selon ce syndicaliste, d’écarter d’éventuels concurrents de la course à l’élection du président de la CCIM prévue le 10 mai prochain.

C’est ainsi que dans une pétition en voie d’élaboration, les participants à cette rencontre se sont donnés 48 heures pour avoir la réponse des autorités compétentes. Car, pour eux “ tous ceux qui payent la patente sont membres de la CCIM”.

Si la réponse des autorités n’est pas satisfaisante, les transporteurs soutiennent qu’ils iront en grève de Kayes à Kidal. Il  était prévu hier, selon la FENAGROUPE, que le président du CMTR (Conseil malien des transporteurs routiers), Youssouf Traoré rencontre le ministre du commerce et de l’industrie pour échanger autour des déclarations de cette personnalité de la CCIM et, le cas échéant, lui demander de de le démettre de ses fonctions. A défaut, la FENAGROUPE et l’ensemble de ses membres envisagent de demander la dissolution pure et simple dudit collège qui, selon les uns et les autres, a raté sa mission qui était de “réconcilier les opérateurs économiques” et de “tenir des élections pour la mise en place d’un bureau légitime”. D’autre part, la FENAGROUPE dit ne pas comprendre l’attitude des autorités qui laissent le collège en question choisir le délégué au titre des “Services” au sein de la commission de recensement.

En tout cas, la FENAGROUPE dit espérer qu’elle n’ira pas à cette ” grève illimitée ” si toutefois les autorités mettaient fin immédiatement à cette gestion partisane des futures élections à la CCIM.

Abdoulaye DIARRA

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.