Session 2011 de l’assemblée consulaire de la chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim)\”Le secteur privé doit cesser d’être cette majorité silencieuse, instrumentalisée…\” dixit Jeamille Bittar, président de la CCIM

0
2

Jeamille Bittar

Les travaux de l’Assemblée consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) ont démarré, hier, sous la présidence de Jeamille Bittar, président de l’institution. C’était en présence notamment du Secrétaire général du ministère de l’Industrie, des Investissements et du Commerce, Mamadou Traoré, représentant son ministre en déplacement à l’extérieur du pays, du président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola et du président de l’Assemblée permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM), Mamadou Minkoro Traoré. Etaient également présents les quelque 290 membres consulaires venus du district de Bamako et des différentes régions du pays. Etant à deux petits doigts de la présidentielle 2012, Jeamille Bittar qui vient d’être confirmé à son poste de premier vice-président du PDES, a invité les membres de l’Assemblée consulaire de cesser d’être des faiseurs de rois…pour être des acteurs en jouant  toute leur partition lors des prochaines joutes électorales.

L’ordre du jour de la présente session 2011 de l’Assemblée consulaire vise, essentiellement, à éplucher le rapport d’activités du bureau et de l’état d’exécution du Budget 2011. Les délégués auront également comme tâche, à compter d’aujourd’hui, d’analyser, en vue de leur adoption en plénière, le Rapport sur le diagnostic financier et le projet de  Budget 2012. Tous ces documents faisant l’objet de débats dans le but que tous les membres de l’Assemblée consulaire soient au même niveau d’information. Et que chacun puisse apporter sa dose de critique à l’amélioration des documents produits en vue de leur approbation. 

Au cours de cette rencontre, il s’agira aussi de proposer des voies et moyens à même de consolider la place du secteur privé dans notre pays. C’est pourquoi, d’ailleurs, dans son intervention à l’ouverture des travaux, le président de la CCIM, Jeamille Bittar, dira qu’ “aujourd’hui une page se tourne et nous voici au seuil d’une aube nouvelle, l’an 2012, une année électorale où le secteur privé malien, conscient de sa valeur intrinsèque et de ses capacités, veut récréer un climat de confiance, jeter les bases d’une coopération nouvelle, enrichissante pour toutes et pour tous”. Au président Bittar de poursuivre : “il est largement admis que le développement d’un pays passe par le secteur privé. Les défis auxquels le secteur privé est confronté dans son ensemble exigent de nous tous, plus de responsabilité et plus d’engouement”.  Comme on le voit, l’allusion est claire : le président de la CCIM pense qu’il est temps que le monde des opérateurs économiques s’intéresse beaucoup plus à la politique qui, in fine, décide de la marche à suivre par l’Etat et les citoyens. “Ne dit-on pas, d’ailleurs, que le destin d’un homme est mieux entretenu entre ses propres mains qu’entre les mains d’autrui” a rappelé Jeamille Bittar devant un auditoire attentif et intéressé par cette manière de voir les choses. Il a profité de cette allocution pour relever le rôle éminemment significatif joué “par les commerçants dans la gestion de la crise alimentaire et des répercutions sur notre pays des différentes crises énergétiques mondiales, en parvenant à endiguer l’inflation que nous importons avec les produits pétroliers, le riz, le lait, l’huile et le sucre”.

S’agissant des réalisations à l’actif du bureau qu’il préside, Jeamille Bittar a souligné que “dans le cadre de l’exécution des recommandations de l’Assemblée consulaire, qui a adopté un programme d’activités 2010-2011, dans lequel les infrastructures et équipements constituent un volet prioritaire. Et conformément au Plan de Mandature, le Bureau de la CCIM s’était engagé à boucler la réalisation complète de la construction et l’équipement des sièges des Délégations régionales”.

A ce titre, il a  souligné que la pose du siège de la Délégation régionale de Koulikoro a eu lieu il y a de cela quelques mois. Le dossier d’appel d’offre des sièges de Kayes, Ségou, Tombouctou et Gao a déjà été lancé.  Au titre des difficultés, le président de la CCIM a rappelé qu’au-delà des avancées significatives, la principale préoccupation des opérateurs économiques demeure la problématique du financement de leurs activités. Mais, a-t-il souligné, le président de la République a pris à bras-le-corps ce problème et ne cesse de “nous appuyer pour trouver la solution la meilleure à cette préoccupation“. 

Rappelons que le président de la CCIM, Jeamille Bittar, au terme des travaux de cette Session 2011 de l’Assemblée consulaire de la CCIM, animera cet-après midi, au CICB, une conférence de presse. En présence des présidents des Délégations régionales présents à ces assises.

Mamadou FOFANA

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.