Classement de 140 pays selon leurs activités: « L’Afrique subsaharienne est la zone la moins connectée au monde »

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

C’est le lundi 3 décembre dernier que les résultats d’une analyse complète de la situation actuelle de la mondialisation (GCI) à travers le monde ont été publiés. Le Mali se classe 118e sur les 140 pays concernés. L’enquête a été commanditée par DHL, leader mondial de la logistique.

L’Indice de Connectivité Globale 2012 est une analyse complète de l’état de la mondialisation à travers le monde. Il classe les 140 pays selon leur niveau de connectivité à l’échelle mondiale en se fondant sur les flux d’échanges, de capitaux et d’information, et enfin, sur la circulation des personnes.

Selon le directeur général de DHL Mali, Amadou Diabaté, l’Afrique subsaharienne reste la zone la moins connectée au monde ; elle enregistre, cependant, une connectivité en très forte croissance de 2010 à 2011.

« La performance de l’Afrique subsaharienne est, certes, loin derrière celle de l’Europe, l’Asie et  celle des Américains. D’un point de vue positif, les 5 pays ayant enregistré les scores les plus élevés sont le Mozambique, le Togo, le Ghana, la Guinée et la Zambie et sont tous situés dans cet espace. Nous sommes convaincus qu’avec la hausse des investissements en Afrique et grâce à un engagement continu des Etats, ces scores s’amélioreront au fil des années. L’Afrique subsaharienne est certainement sur la bonne voie dans le cadre du commerce mondial et de la connectivité ».

Selon l’Indice de Connectivité Globale,  le Mali se classe actuellement au 118e rang mondial (sur 140 pays) et 21e parmi les 29 pays d’Afrique subsaharienne qui ont été analysés. Le plus haut score enregistré par le Mali se situe au niveau de sa migration sortante où il se classe 24e  dans le monde entier avec 13 % de personne nés au Mali et vivant à l’étranger. Par ailleurs l’étude révèle que 91 % des  migrants sortants du Mali sont restés en Afrique subsaharienne.  L’internationalisation se définit par le volume d’une activité donnée dans les échanges internationaux (et non nationaux).

Les échanges domestiques couronnent les échanges internationaux en assurant la distribution de la composante internationale d’une d’activité donnée, à travers le pays. L’Indice de Connectivité Globale révèle que le volume des échanges intra-africains est loin derrière celui des européens et des asiatiques.

« Si nous voulons améliorer cette interconnexion, il faudra faciliter la création des entreprises au-delà des frontières, travailler à des accords commerciaux régionaux et régler la question des tarifs douaniers et de l’efficacité aux frontières, pour ne citer que ceux là ».

En effet, les principales et actuelles destinations des exportations commerciales du Mali  sont : Chine (33 %), Corée du sud (15 %), Indonésie (13 %), Thaïlande (7 %) et Malaisie (6 %).

D’un point de vue global, l’Indice de Connectivité Globale 2012 indique que l’environnement volatile et incertain des affaires subit encore les durs effets de la crise financière.

N.B

 
SOURCE:  du   13 déc 2012.