Conséquence du coup d’etat du 22 Mars : Les transactions bancaires et transferts d’argent suspendus entre le Mali et l’extérieur

28 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

L’Agence Principale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) au Mali n’a pas obtempéré à l’appel lancé par les nouvelles autorités militaires à l’administration et au secteur privé pour reprendre le travail hier mardi 27 mars après un arrêt des activités de cinq jours consécutif au coup d’Etat militaire survenu à Bamako dans la nuit du 21 au 22 mars dernier.

Le siège de la BCEAO sur les rives du fleuve Niger à Bamako

La non ouverture des guichets de l’agence principale de la BCEAO a eu pour effet immédiat l’impossibilité pour les clients des banques primaires de la place d’effectuer des opérations de virements et retrait dans les Etats membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) voire pour certaines d’entre elles dans d’autres régions du monde. Les transactions internationales  des banques Maliennes passent, en effet, habituellement par la BCEAO et lorsque celle-ci n’ouvre pas ses portes, cette partie de leur activité est bloquée.

Cette situation est directement liée au changement brutal de régime qui vient de se produire à Bamako nous renseigne une source bancaire qui tient à garder l’anonymat : «le coup d’Etat  a créé un contexte d’incertitude. La BCEAO est obligée d’en tenir compte pour éviter d’avoir à subir des préjudices comme ce fut le cas en Côte-d’Ivoire lors de la grave crise post-électorale de 2010-2011».
Pour rappel Laurent Gbagbo, disqualifié par les autorités de l’UEMOA au profit de son rival Alassane Ouattara, avait instruit aux militaires qui lui étaient restés fidèles de retirer des fonds de l’agence BCEAO de Côte-d’Ivoire alors fermée pour pouvoir payer les salaires des fonctionnaires. Ce qui a conduit à des effractions pour lequel il est poursuivi par la justice de son pays, indépendamment des griefs qui l’ont conduit  à comparaitre devant la Cour pénale internationale CPI.

«Nous espérons qu’au Mali nous n’en arriverons pas là, mais l’on n’est jamais trop prudent » ajoute notre interlocuteur. Les sociétés maliennes travaillant avec l’extérieur de même que beaucoup de familles maliennes pourraient être pénalisées si cette situation devait perdurer.

Les sociétés de transfert de fonds (Western Union et MoneyGram) ont dû arrêter elles aussi leurs opérations aux environs de 13 heures sans fournir d’explications à leur clientèle manifestement gagnée par l’inquiétude.

Y T

SOURCE:  du   28 mar 2012.    

28 Réactions à Conséquence du coup d’etat du 22 Mars : Les transactions bancaires et transferts d’argent suspendus entre le Mali et l’extérieur

  1. babaduhon

    ???????????????????????
    je ne comprend plus rien,meme les militaires parlent moins du NORD,.qu’est ce qui ce passe? le vrai probleme n’etait pas le NORD du Mali? meme dans les discutions ici le NORD disparait petit a petit,je ne comprend plus?
    on voit la verite qui sort petit a petit.

    • Koirakoy

      Il faut venir au nord pour savoir cher amis
      on vous a dit depuis le début de cette histoire que cette junte a d’autre chose dans la tête que le Nord .
      Vue la situation au Nord au moment même du coup d’état si quelqu’un à ce souci il ne va pas oser déstabiliser le pays quelque soit le problème.
      Monsieur ici à Tombouctou la situation est pire q’avant mais on ne vous dit rien car ce n’est pas leur problème.
      Soyez sûre quant on dira a ces gens d’aller au Nord ils démissionnerons de l’armée .