Afrique-Pays arabes : Le sommet de Malabo exhorte à la solidarité

Emirs, chefs d’État et de gouvernement ont appelé à la manifestation d’un élan de solidarité et à la mutualisation des efforts pour financer des projets de développement.

1

Emirs, chefs d’État et de gouvernement ont appelé à la manifestation d’un élan de solidarité et à la mutualisation des efforts pour financer des projets de développement.

Tenu à Malabo (Guinée équatoriale) du 17 au 23 novembre, le IVè Sommet Afrique-Pays arabes a connu son épilogue, mercredi, quelques heures après la cérémonie solennelle d’ouverture (lire L’essor d’hier). Les travaux, tenus à huis-clos, ont débouché sur des résolutions qui pourraient redynamiser ce nouveau partenariat. A l’issue de la cérémonie de clôture, le Premier ministre Modibo Keïta a révélé les grandes lignes des résolutions du sommet.

Selon le chef du gouvernement, les participants ont appelé à la manifestation d’un élan de solidarité et à la mutualisation des efforts pour financer des projets de développement au profit des populations.

Modibo Keïta a aussi annoncé que le Koweït met à la disposition de la région Afrique un fonds important destiné à son essor économique et social. Les pays africains ont, à cet effet, été invités à présenter des projets concrets et réalistes, a-t-il ajouté, avant de saluer l’intérêt et les engagements manifestés en faveur de leur lutte commune contre le terrorisme pour l’avènement d’un monde de paix. Deux préoccupations auxquelles notre pays accorde une importance particulière.

En vue de préserver des vies humaines et prémunir la jeunesse contre le terrorisme, les émirs, chefs d’État et de gouvernement ont exhorté à la réduction de la migration en mettant en place des projets novateurs permettant de fixer la jeunesse dans les zones de départ. « L’Afrique et le monde arabe doivent renforcer leur coopération dans les domaines aussi variés que l’agriculture, l’énergie, la culture… », a souhaité Modibo Keïta.

Le chef du gouvernement dit avoir profité de l’occasion pour échanger avec des dirigeants d’autres régions d’Afrique. « Les uns et les autres manifestent un vif intérêt pour la situation dans laquelle se trouve le Mali », s’est-il félicité.

Aux dirigeants africains, Modibo Keita a donné l’assurance par rapport à l’engagement du gouvernement pour faire aboutir l’Accord pour la paix et la réconciliation. Il les a également informés qu’au moins 91% des bureaux de vote ont pu fonctionner lors des élections communales du 20 novembre dernier.

Concernant l’Institut culturel afro-arabe, un des projets à l’élaboration duquel notre pays a fortement contribué, la déclaration de Malabo a exhorté la commission de l’Union africaine et le secrétariat de la Ligue arabe à verser intégralement leurs contributions statutaires. Émirs, chefs d’État et de gouvernement ont demandé de mener, en collaboration avec cet institut, une étude approfondie sur les possibilités de coopération culturelle conjointe.

Les deux régions entendent soutenir l’exécution du plan d’action conjoint. Le sommet de Malabo a, dans ce cadre, lancé un appel vibrant aux États africains et arabes afin qu’ils soutiennent toute forme d’assistance financière et technique. Ce, en collaborant avec les institutions financières, le secteur privé et les organisations de la société civile. La déclaration a aussi demandé la finalisation de l’étude sur la mise en place et le renforcement des mécanismes de partenariat Afrique-Monde arabe dans tous les secteurs et domaines d’intérêts communs.

A propos de la coordination du financement conjoint des projets, l’Afrique et le monde arabe demandent, à la commission de l’UA et au secrétariat général de la Ligue arabe, l’organisation régulière des réunions entre les agences de financement des deux régions.

Y compris la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), la Banque africaine de développement (BAD) et d’autres institutions financières sous régionales africaines et arabes, à partir de 2017. Ils ont aussi plaidé pour la mobilisation, la coordination et l’assurance du suivi du financement et de l’exécution des projets conjoints proposés.

Du suivi régulier des résolutions proposées dépendra leur exécution correcte. Le sommet a alors décidé de la tenue, en marge des Sommets Afrique-Monde arabe, de la tenue de la réunion conjointe des ministres de l’Economie, du Commerce et des Finances pour évaluer l’état de mise en œuvre des projets, programmes et activités prévues dans le plan d’action.
Le Vè Sommet Afrique-Pays arabes se tiendra à Ryad en 2019.

Envoyé spécial
C. M. TRAORÉ

PARTAGER

1 commentaire

  1. Quand on est convaincu de la solidarite de vivre ensemble,au lieu de souhaiter l’expression d’un “elan de solidarite” on met en place des institutions financieres pertinentes de solidarite.Le projet de Banque d’Investissement Africaine de Kadhafi est mort avec sa disparition tragique.Le BRIC n’a pas tergivererve pour decider de la creation d’une Banque d’Investissement Internationale en vue de financer les projets clefs de croissance et de developpement en Afrique:infrastructures lourdes et industrialisation.Les domaines prioritaires choisis a Malabo sont discutables.Depuis l’independance,les experts non Africains exhortent les pays Africains a se focaliser sur l’Agriculture,On se rend compte que pour developper l’agriculture il faut produire a bas prix l’engrais local,reduire les prix des tracteurs et autres machines agricoles en creant des unites d’assemblages et accroitre l’integration locale de ces unites par la fabrication locale des pieges de rechange et d’elements de rechange .Il convient de transformer industriellement les matieres premieres agricoles,en un mot il faut mettre en place la base industrielle pour supporter et l’agriculture et les agro-industries a ce stade.L’energie ,oui!Mais ,priorite a l’hydroelectricite et a l’amenagement des bassins fluviaux et lacustres.En ce qui concerne l’education ,il est manifeste que l’Afrique doit cooperer avec les pays qui beneficient de l’avantage competitif dans ce domaine,qui ont non seulement developpe le Science fondamentale mais aussi la technologie.Comme la Chine et l’Inde, l’Afrique doit chercher a cooperer avec les Etats-Unis D’Amerique, les pays Europeens et les pays du BRIC.En matiere de culture,nous devons chercher a consolider notre fondement des valeurs humaines ,en les repertoriant,en les organisant prioritairement Dans cette Afrique diversifiee ethniquement,religieusement,nous devons mettre en place une grande culture laique basee sur les droits humains,et inspiree des valeurs morales et des apports riches que peut fournir chaque grande Croyance.La culture doit rapprocher les homemes ,non les diviser.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here