Coopération Mali-Canada : Des commandos parachutistes mis à niveau

0
0

La formation de renforcement de capacités tactiques et techniques a bénéficié à 136 hommes de ce corps d’élite.

Le Canada est un partenaire privilégié pour la formation de nos cadres. Les instructeurs des forces spéciales de ce pays viennent d’assurer une formation opérationnelle de nos commandos parachutistes. Durant huit semaines, les militaires de Régiment des commandos parachutistes (RCP) ont reçu une formation d’entraînement au combat interarmes délivrée par une équipe des forces spéciales du Canada. Cette formation visait à préparer une compagnie en attente prête à s’engager sur le théâtre et conduire des opérations sans préavis. Le président de la République, Amadou Toumani Touré, a présidé la cérémonie de clôture de la formation de mise à niveau à Koulouba. L’événement a enregistré la présence du ministre de la Défense et des Anciens, Natié Pléa, de l’ambassadeur du Canada dans notre pays, Mme Virginie Saint-Louis, du chef d’état-major général des armées, le général Gabriel Poudiougou, et de plusieurs autres responsables militaires. La formation de renforcement des capacités tactiques et techniques a bénéficié à 136 militaires.

Le programme de stage comprenait deux niveaux, a expliqué le colonel Abdina Guindo, le chef du Régiment des commandos parachutistes. Les cours tactiques ont concerné une compagnie qui a évolué sur le terrain. Le groupe de planificateurs a acquis de nouvelles connaissances sur la conception. La compagnie a reçu des leçons sur la tactique, l’évolution de l’équipe autour de l’embuscade, la réaction à l’embuscade, la manière de rompre le contact, l’escorte de convois, la sécurisation des points stratégiques. Les cours ont porté aussi sur la topographie. Les stagiaires ont tous appris sur la navigation à la boussole Silva, sur la transmission, c’est-à-dire la procédure radio. Les conférences sur le secourisme ont rendu les militaires plus aptes à assurer les premiers soins de secours. Enfin au cours des leçons de tir, une moyenne de 120 cartouches ont été tirées par jour et par combattant. Le groupe de stagiaires basé au poste de commandement du régiment a été formé à l’aptitude à travailler dans un PC opérationnel, à analyser des missions et planifier des opérations.

La coopération entre les forces armées canadienne et celles du Mali était jusqu’ici orientée vers les formations au soutien de la paix à travers le Centre Pearson et la formation en langue bilingue, a rappelé le chef d’état-major général des armées, le général Gabriel Poudiougou. Cette coopération se renforce de plus en plus. « Ce coup d’essai a été un véritable coup de maître », a t-il assuré. Le professionnalisme et l’enthousiasme des treize formateurs canadiens ont permis à nos militaires d’acquérir des compétences individuelles et collectives dans plusieurs domaines. Les nouvelles connaissances acquises concernent les mouvements tactiques, la surveillance des bases, la navigation terrestre, la réaction à une embuscade, la réaction aux engins improvisés, les raids, le cordon de fouille, le tir de campagne, la coopération aéroterrestre. Parallèlement à la formation de cette troupe, les officiers d’état-major ont également bénéficié d’un programme de renforcement de capacité sur la procédure de planification opérationnelle et l’analyse tactique graphique. Le chef d’état-major général des armées a rendu hommage à l’équipe de formateurs canadiens pour sa formidable capacité d’adaptation et son intégration dans un système différent du sien.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.