Les fruits de la visite d’Etat d’IBK en Arabie Saoudite commencent à tomber : ««Je suis aujourd’hui un ministre très comblé avec la visite d’une délégation du ministère saoudien des Affaires islamiques au Mali»

1
Les fruits de la visite d’Etat d’IBK en Arabie Saoudite commencent à tomber
L'ambassadeur d'Arabie Saoudite au Mali remettant symboliquement un don de dattes au ministre Diallo pour les fidèles musulmans

 «La Grande mosquée Fayçal sera rénovée. La construction d’une Maison du Hadj et l’Institut Khalid connaitra des jours meilleurs»

Un mois après la visite d’Etat du président Ibrahim Boubacar Kéïta en terre saoudienne, le ministère saoudien des Affaires Islamiques veut passer à la vitesse supérieure. En effet, une délégation de ce département vient de séjourner à Bamako, du 29 mai au 1er juin, en vue de matérialiser les accords signés entre les deux pays. Déjà, la moisson est bonne. La Grande mosquée du vendredi de Bamako, qui porte le nom du Roi Fayçal sera bientôt rénovée. La Maison du Hadj sera aussi dotée d’un nouveau bâtiment grâce à un fonds saoudien. Le département des Affaires religieuses et du Culte et l’Institut Khalid d’Hamdallaye bénéficieront de l’appui de l’Arabie Saoudite.   

 L’Arabie Saoudite est un pays ami du Mali et les liens de coopération entre les deux pays sont vraiment meilleurs. L’Arabie Saoudite a été le deuxième pays à reconnaitre le Mali après l’indépendance, après la République Fédérale d’Allemagne. En vue de renforcer davantage ces relations, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a séjourné en Arabie Saoudite, du 17 au 22 avril dernier. Cela sur invitation du Roi Salman Ibn Abdel Aziz Saoud, Serviteur des deux grandes mosquées.

Pour cette visite historique, le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéïta, était accompagné d’une forte délégation composée notamment de plusieurs ministres dont celui des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Hass Diallo. Lors de ce séjour, plusieurs accords de partenariat ont été signés entre les deux pays.

Les fruits de la visite d’Etat d’IBK en Arabie Saoudite commencent à tomber

C’est dans ce cadre qu’une forte délégation du ministère saoudien des Affaires islamiques vient de séjourner à Bamako, du 29 mai au 1er juin, malgré les contraintes du mois béni de Ramadan. C’est pourquoi, Thierno Hass Diallo était un ministre très comblé en recevant cette délégation conduite par Abdul Majeed M. A. Omari (directeur des Affaires extérieures au ministère saoudien des Affaires islamiques). Il était accompagné par trois autres personnalités dont Ali Zaguiby (directeur des Centres) l’Ingénieur Abdallah Zaharani (directeur des projets) et Hamade Bahous (membre du Cabinet).

«Cette forte délégation Saoudienne séjournait au Mali afin de concrétiser et matérialiser une volonté de deux personnalités. Il s’agit du Roi Salman, serviteur des deux mosquées et le président Ibrahim Boubacar Kéïta. Cela dans le cadre du renforcement des relations cultuelles entre nos deux pays. Comme vous le savez, le Mali n’est pas nouveau en Arabie Saoudite. Vous vous souvenez de ce pèlerinage de Kankou Moussa et toute la communauté malienne installée en Arabie Saoudite.  Cela veut dire que ce pays n’est pas aussi nouveau au Mali. C’est des relations séculaires. Au-delà de cela, l’Arabie Saoudite, c’est le Pont Fadh, c’est le fonds saoudien, c’est la grande mosquée du vendredi de Bamako, c’est la route Sévaré-Gao. Et combien de mosquées construites par certaines ONG financées par l’Arabie Saoudite ! Je suis aujourd’hui un ministre très comblé. J’en suis sûr, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, en est de même parce que ces instructions étaient que les projets qui ont été négociés avec les partenaires saoudiens ne dorment pas, comme cela a été le cas dans d’autres accords. Il a instruit à chaque ministre, dans son domaine concerné, de faire preuve de matérialisation de ces accords. Je pense que nous sommes déjà à cela». Parole du ministre Thierno Hass Diallo.

Arrivée à Bamako le lundi 29 mai, la délégation saoudienne avait un agenda très chargé, le mardi dernier. C’est aux environs de 12 heures qu’elle a eu des entretiens très fructueux avec le ministre des Affaires religieuses et du Culte et ses proches collaborateurs dans les locaux de son département. L’Ambassadeur d’Arabie Saoudite au Mali, Moussahoud Ali, était également au rendez-vous. Après une heure  d’échanges, la délégation saoudienne accompagnée par le ministre Thierno Hass Diallo s’est rendue d’abord à la Maison du Hadj au Centre Islamique d’Hamdallaye. Là, le directeur général de la Maison du Hadj, Hamza Moustaphe Maïga, et son personnel, étaient là pour réserver un accueil chaleureux à la délégation. Tour à tour, la délégation a visité la grande salle occupée par les agences de voyages privées pour les inscriptions des pèlerins, tout comme la filière gouvernementale. Le bureau de paiement des frais du Hadj pour les pèlerins de la filière gouvernementale, la salle médicale ont été aussi visitées avant un entretien de 30 minutes avec la délégation saoudienne. Il s’agissait, en réalité, de prendre en compte toutes les préoccupations.

La délégation saoudienne était agréablement surprise de voir que le Mali est le seul pays de la sous-région où il existe une Maison du Hadj.  Elle était aussi séduite de la façon dont le Hadj est organisé. Ce n’est pas pour rien que l’Arabie Saoudite n’a pas hésité à augmenter le quota des pèlerins maliens cette année. Il est passé de 9 000 à 13 323 pèlerins cette année. Cela a été rendu possible grâce à l’implication personnelle du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta.

Pour éviter tout problème de retard, le département des Affaires religieuses et du Culte a décidé d’ouvrir la campagne du Hadj  depuis le 20 mars dernier. En d’autres termes, 100 jours avant le départ à la Mecque. C’est pourquoi, les inscriptions se passent normalement aujourd’hui.

En tout cas, l’Arabie Saoudite est prête aujourd’hui à doter le Mali d’une nouvelle Maison du Hadj, à travers un fonds saoudien. Il reste seulement l’obtention par le département des Affaires religieuses et du Culte d’une parcelle de la part de l’Etat. «Un fonds saoudien est prêt à prendre en charge la construction d’une nouvelle Maison du Hadj» martèlera le ministre Thierno Hass Diallo.

Après la Maison du Hadj, la délégation s’est dirigée vers la Grande mosquée du vendredi de Bamako, qui porte depuis le 5 avril dernier, le nom du Roi Fayçal Ibn Abdel Aziz. Là, le directeur de la Mosquée, Koromankan et l’imam El Kokè Kallé (fils de Balla Kallé) étaient au rendez-vous. Les locaux de cette mosquée, un don de l’Arabie Saoudite, ont été visités avec beaucoup de fierté par les Saoudiens. Ils ont été très surpris de voir que la Direction de cette mosquée offre depuis le début de Ramadan des repas aux fidèles musulmans pour la rupture du jeûne.

Aux dires du ministre Thierno Hass Diallo, un projet de rénovation a été remis à la délégation saoudienne. Et dans quelques mois, la Grande mosquée Roi Fayçal va carrément changer de visage pour le plus grand bonheur des fidèles musulmans.

L’Institut Khalid Ben Abdallah Aziz, l’un des premiers instituts de formation financé par l’Arabie Saoudite, a été aussi visité. Aux dires du ministre Thierno Hass Diallo, l’Institut Baba Cissé d’Hamdallaye connaitra aussi des jours meilleurs.

Notons que l’Arabie Saoudite est également prête à accompagner le département des Affaires religieuses et du Culte dans le but de réaliser ses objectifs. D’ores et déjà, il recevra à Bamako, en octobre prochain, le ministre saoudien des Affaires islamiques, dans le cadre d’une visite de travail au cours de laquelle des accords de coopération de partenariat seront signés pour le meilleur du rayonnement de l’islam dans ce pays.

A.B. HAÏDARA

 

PARTAGER

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here