IBK a reçu hier une importante délégation de la communauté internationale : Une réunion aux allures de mise au point

6
Le Président IBK et Koenders
Le Président IBK et Koenders

Depuis quelque temps, un coup de froid s’est installé entre le président IBK et une partie de la communauté internationale. Le premier accusant cette dernière de soutenir les indépendantistes du MNLA et leurs acolytes de tous bords tandis que celle-ci estime que le blocage du processus de paix est consécutif à l’attitude du président IBK. C’est  pour aplanir cette divergence de vues qu’une réunion s’est déroulée hier jeudi, au palais de Koulouba, entre le président de la République et une importante délégation de diplomates de la communauté internationale conduite par le patron de la MINUSMA et représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, le Néerlandais Albert Gérard Koenders.

 

De sources concordantes, il s’agissait pour les deux parties de trouver un terrain d’entente en vue de relancer le processus de réconciliation internationale. Même si l’optimisme était de mise, on nous apprend que les deux parties n’ont pas hésité à discuter franchement des sujets qui fâchent. La délégation a ainsi réitéré à IBK le soutien de la communauté internationale. Rappelons que le processus de paix, conformément à l’esprit et à la lettre de l’accord préliminaire de Ouagadougou, devait être enclenché depuis novembre 2013 soit 60 jours après la prise de fonction de IBK.

 

 

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. On se souvient que le président IBK, après avoir cédé sur certains points (arrêt des poursuites judiciaires contre les chefs rebelles, libération des prisonniers du MNLA et du HCUA, relance des projets socio-économiques pour le nord…) a posé des conditions en indiquant que le dialogue devrait se tenir à Bamako. Ce que refusent les groupes armés en particulier le MNLA qui, à part la libération sous la contrainte des bâtiments administratifs de Kidal, n’a posé aucun acte allant dans le sens de la paix.  Au contraire, il a catégoriquement refusé de se désarmer et de se cantonner.

 

Pire, ce mouvement a sillonné les capitales des grandes chancelleries occidentales (Paris, Rome, Moscou) pour demander des armes et tirer à boulets rouges sur le pouvoir malien. Toujours dans sa  logique de faire monter les enchères, il a demandé la tenue des négociations hors de Bamako sous la houlette d’un médiateur international. Le MNLA a  même boycotté les différents ateliers informels initiés par la MINUSMA pour relancer le dialogue.

 

 

A travers ces actes, on comprend mieux le sens des propos d’IBK qui accusait les groupes armés de ” duplicité “. Pourtant, lors de leur séjour au Mali en février dernier, les membres de la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU ont bien promis que les négociations se tiendront bien à Bamako. Qu’est-ce qui explique donc ces tergiversations ?

En tout cas, il est clair  que les groupes armés n’ont toujours pas renoncé à leur velléité sécessionniste d’où la multiplication des actes de provocation. On ne comprend donc pas la réaction de la communauté internationale qui refuse de dénoncer fermement cette attitude ignoble, répréhensible et condamnable de ces groupes armés qui freinent le processus de réconciliation.

 

 

Cette réunion devrait permettre  de clarifier la situation.   Par ailleurs, il convient de signaler que celle-ci intervient alors que le président vient d’annoncer la désignation très prochaine d’une personnalité pour piloter les négociations.

Mais au vu de la position confuse des bandits armés, on se demande si cette initiative ne risque pas d’être mort-née.

 

                Massiré Diop 

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Il juste que les soit disant autorités maliennes actuellement malmené par la France et ses amis refuse de signer sans arrêt des accords avec ses gens dans n importe quelle condition. Il y a eu trop d accord signés sous la pression sur le mali arrêtons tout ca. Quand j entenddire reprise de négociations, ceux qui ont pris les armes c est eux qui doivent negocier leurs reditions , et renoncer aux armes. Si monsieur francois alphonsi le député européen de europe ecologie les verts veut aider le mnla il doit aller dans ce sens. Mais qui est monsieur alphonsi? C est il un agent double de la france?Pourquoi les autorités françaises dépenses des milliards pour l intervention serval et de l autre côté on laisse un parlementaire français s occuper due la réorganisation MNLA et d une facon public en france et partout jusqu’au parlement européen c’est trouble tout ca non? Je pense que le mali se trompe de ses amis qui lui veut vraiment du mal.

  2. La Communaute Internationale devrait reconnaitre que c’est le MNLA qui
    des le depart,a refuse de mettre en application ses rcommandations qu’elle avait posees comme prealables a toute negociation.Cela d’ailleurs ,en conformite avec la nature du conflit.Mais,au lieu de
    cette demarche,bien que,ce groupement arme,complice d’alliance avec
    Al-Quaida,auteur de crimes contre l’humanite,groupement disparate
    d’apatrites ayant renonce a la citoyennete Malienne,recidivistes
    bafouant leurs serments anterieurs,La Communaute Internationale com-
    mence a se ranger du cote des allies des pays accuses d’avoir fomente
    cette rebellion.Il est important de proceder a certaines clarifications:Le domaine d’intervention legal de l’ONU est l’invasion des Jihadistes.Le Mali a invite l’ONU dans la rebellion touareg pour appliquer la loi Internationale.Le Mali attend,sous les assauts et provocations repetes du MNLA que la loi internationale soit appliquee.Le Mali garde la competence legale.Il peut la reprendre.

  3. La Communaute Internationale devrait reconnaitre que c’est le MNLA qui
    des le depart,a refuse de mettre en application ses rcommandations qu’elle avait posees comme prealables a toute negociation.Cela d’ailleurs ,en conformite avec la nature du conflit.Mais,au lieu de
    cette demarche,bien que,ce groupement arme,complice d’alliance avec
    Al-Quaida,auteur de crimes contre l’humanite,groupement disparate
    d’apatrites ayant renonce a la citoyennete Malienne,recidivistes
    bafouant leurs serments anterieurs,La Communaute Internationale com-
    mence a se ranger du cote des allies des pays accuses d’avoir fomente
    cette rebellion.Il est important de proceder a certaines clarifications:Le domaine d’intervention legal de l’ONU est l’invasion des Jihadistes.Le Mali a invite l’ONU dans la rebellion touareg pour appliquer la loi Internationale.Le Mali attend,sous les assauts et provocations repetes du MNLA que la loi internationale soit appliquee.Le Mali garde la competence legale.Il peut la reprendre.

  4. Ses a ibk de dire à la communauté international trop ses trop il faut utilise la force

  5. Logiquement on ne négocie pas avec des bandits armés,on les combat.
    Si négociations il doit y avoir,elles doivent se tenir avec la France et la communauté internationale.

Comments are closed.